Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 18 février 2021 - 14:55 - Mise à jour le 18 février 2021 - 14:55
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Précarité numérique : Emmaüs Connect équipe et forme les bénéficiaires pour lutter contre leur exclusion

Depuis le début de la crise sanitaire, le numérique est devenu indispensable. Pourtant 14 millions de personnes en seraient exclus en France. Face à ce constat, Emmaüs Connect a mis en place des programmes pour que l’inclusion numérique devienne une réalité pour tous.

Crédit photo : Andrii Sedykh.
Crédit photo : Andrii Sedykh.

 

Que cela soit pour garder le lien avec ses proches, travailler ou continuer à suivre ses cours, le numérique s’est avéré être un outil encore plus indispensable depuis le début de la crise sanitaire. Si le phénomène n’est pas nouveau, les confinements ont cependant mis en lumière la question de la précarité numérique comme le précise Marie Cohen-Skalli, co-directrice d’Emmaüs Connect, une association qui a vocation à favoriser l’inclusion numérique :

On est passé d’un phénomène grave à une urgence nationale qui a creusé les inégalités et la fracture sociale. 

14 millions de personnes sont en effet éloignées du numérique selon une étude réalisée par France Stratégie en 2018. Deux principaux facteurs expliquent cette exclusion. D’un côté, l’illectronisme, que Marie Cohen-Skalli définit comme « l’incapacité d’utiliser le numérique dans son quotidien. C’est l’illettrisme des temps modernes. » De l’autre, le manque d’équipements, faute de matériel informatique ou de connexion aux réseaux Internet ou téléphonique.

17 % de la population touchés par l’illectronisme

En prenant en compte les personnes qui n’auraient aucune compétence numérique ainsi que les non-usagers, 17 % de la population seraient touchés par l’illectronisme. « Il y a plusieurs chiffres, car il existe différents niveaux d’éloignement », précise cependant la co-directrice d’Emmaüs Connect. En effet, le rapport de l’Insee, paru le 30 octobre 2019, compte quatre domaines de compétences numériques : « la recherche d’information, la communication, l’utilisation de logiciels et la résolution de problèmes ». Or, 38 % des utilisateurs d’Internet manqueraient d’au moins d’une de ces compétences. 

Contrairement aux idées reçues, l’absence de compétences numériques n’est pas une tendance que l’on observe uniquement chez les personnes âgées, comme le souligne Marie Cohen-Skalli : « Les jeunes sont à l’aise avec leur smartphone, mais ils le sont moins lorsqu’il s’agit d’utiliser un ordinateur à des fins professionnelles ou pour les études. » Par ailleurs, 25 % des personnes interrogées dans le cadre de l’étude « Les Français et l’inclusion numérique », réalisée par la Banque des Territoires en septembre 2020, estiment qu’elles rencontrent des difficultés à effectuer leurs démarches administratives en ligne. C’est en effet la principale conséquence de l’illectronisme :

Lorsqu’une personne n’a pas accès à l’information ou qu’elle ne peut pas utiliser les services du quotidien, elle peut se couper de ses droits et se retrouver exclue.

12 % de la population sans ordinateur fixe ou portable

Autre constat : il existe une corrélation entre la précarité sociale et la précarité numérique. Le manque de moyens financiers est un frein pour acheter du matériel informatique ou encore financer un abonnement Internet ou téléphonique. 80 % du public accompagné par Emmaüs Connect touche en effet moins de 650 euros par mois. 13 % des personnes qui n’ont pas accès à Internet à leur domicile expliquent, dans l’étude de la Banque des Territoires, que c’est à cause du coût de l’équipement. Pour Marie Cohen-Skalli :

On peut accompagner quelqu’un sur les compétences numériques de base, mais s’il n’a pas les outils pour intégrer ces pratiques au quotidien, il ne sera pas autonome.

Équiper les bénéficiaires 

Pour favoriser l’inclusion numérique, Emmaüs Connect a donc mis en place un programme pour faciliter l’accès aux équipements par ses usagers. En partenariat avec SFR, l’association propose ainsi des recharges prépayées et des appareils électroniques à prix solidaires. En 2019, Emmaüs Connect a ainsi distribué plus de 80 000 cartes SIM et recharges téléphoniques et abonnements Internet ainsi que plus de 700 équipements.

Elle a récemment mis en place LaCollecte.tech : « On appelle les entreprises à se mobiliser et à donner leur flotte d’ordinateurs. » Ceux-ci seront ensuite reconditionnés puis distribués par les structures sociales. 

Former les personnes aux usages numériques

Deuxième volet de l’action d’Emmaüs Connect : former les bénéficiaires aux usages numériques. « Nous avons mis en place un programme de terrain à 360 degrés pour agir sur l’ensemble des freins que l’on a observés, avec des programmes adaptés aux envies et à l’autonomie de nos bénéficiaires », détaille la co-directrice. L’association propose ainsi plusieurs formations gratuites, autant pour la prise en main des équipements que pour des démarches administratives en ligne. En 2019, ce sont plus de 23 000 heures d’accompagnement aux usages qui ont permis aux bénéficiaires d’acquérir des compétences numériques, soit un peu moins du double comparé à 2018. 

Enfin, l’association organise des formations à destination des travailleurs sociaux :

Les structures sociales n’avaient pas pour cœur de métier l’inclusion numérique. Durant le confinement, un certain nombre de structures a été forcée de répondre à cette urgence et de passer à l’action. Désormais, ils vont pouvoir continuer à intégrer cela dans leurs pratiques quotidiennes.

 

Lisa Domergue 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer