Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 7 octobre 2020 - 09:40 - Mise à jour le 9 octobre 2020 - 14:48
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Confinement : quand le numérique soutient le lien social

Le dernier rapport de WeTechCare, publié fin septembre, revient sur le confinement et la façon dont les acteurs de l’action sociale ont maintenu le lien avec leur public grâce aux outils numériques. Effet éphémère de la crise sanitaire ou effet durable de leurs pratiques de travail ? Eléments de réponse avec Jean Deydier, directeur de la startup sociale WeTechCare.

 

De la fracture sociale à la fracture numérique, il n'y a qu'un pas. La crise sanitaire a mis en évidence des disparités en terme d’accès au numérique de la population française, l’exclusion numérique est devenue visible. En effet, pendant le confinement, certains élèves étaient totalement coupés de leur école, des personnes âgées sont restées isolées. Les associations, les travailleurs sociaux, quant à eux, ont rapidement mis en place de nouvelles stratégies pour garder le lien avec les enfants et adultes qu’ils suivaient habituellement sur le terrain.  Le dernier rapport de WeTechCare, startup à vocation sociale, dresse le bilan de plusieurs mois de confinement et des nouvelles habitudes “numériques” qui ont émergé dans un secteur souvent perçu comme éloigné du monde digital.

Des habitudes de travail bousculées dans le social

Les travailleurs sociaux ont tout de suite pris la mesure du défi qui les attendaient pendant les premières semaines du confinement. Loin des adultes et enfants qu’ils avaient l’habitude de suivre en   « face-à-face », ne pouvant plus avoir le même dialogue en direct avec eux, ils ont dû pallier le manque de contact. Comment ? En utilisant des pratiques numériques qu’ils avaient très souvent mises de côté. Du téléphone à la réunion à distance, en passant par les webinaires, les acteurs du monde social ont pris en main les outils digitaux leur permettant de garder un lien avec leur public et leurs collègues. Petit à petit, les réticences se sont estompées. 

Jean Deydier, directeur de WeTechCare, nous précise :

Avec le confinement, le numérique est devenu le seul moyen de garder un lien pour les acteurs du secteur de l’action sociale. La crise du Covid-19 a fait sauter la barrière qui existait jusque là.  

Le confinement, un accélérateur de la transformation numérique

La période de confinement a permis aux associations, collectivités locales et mairies d’accélérer leur transformation digitale. « Certaines réticences ont été dépassées par les travailleurs sociaux et le personnel de l’action sociale dans son ensemble. Les craintes, la prudence envers le numérique étaient dues à un manque de moyens et d’équipements », indique le directeur de WeTechCare. Dans certaines organisations, le personnel s’est même auto-formé en cherchant les bons outils numériques pour garder un lien. 

Il y a eu beaucoup de solidarité entre les personnels, ils se sont prêtés des ordinateurs entre eux. L’association Emmaüs Connect a d’ailleurs fortement contribué à équiper au mieux les différents acteurs sociaux sur le territoire.

Certaines associations, comme Les Petits Frères des Pauvres, ont pu accélérer leur transformation numérique en quelques semaines. « Nous avons gagné deux ans d’acculturation numérique en deux mois. De 130 collaborateurs présents au siège social, nous sommes passés à dix personnes présentes. Un accord sur le télétravail a également été signé pendant les mois de confinement pour l’ensemble des collaborateurs de l'association », témoigne Armelle De Guibert, déléguée générale de l’association Les Petits Frères des Pauvres, jusqu'au 1er septembre 2020.  

Un effet durable et bien ancré du numérique

Les acteurs du secteur associatif et les collectivités locales ont mis en place des habitudes de travail via des supports et outils numériques qui perdurent depuis le déconfinement. Les travailleurs sociaux ont gardé un mode de travail hybride, en face-à-face pour le suivi des populations et par téléphone, ou par courriers électroniques pour les envois de documents, ou via des webinaires pour des réunions, quand c’est possible selon les équipements à disposition sur leur lieu de travail.

Pour Jean Deydier : 

“Le besoin de se former aux outils numériques est passé en haut de la liste des acteurs du monde de l’action sociale. Cela progresse bien. Après, j’attire l’attention sur demain et le fait que le monde d’aujourd’hui est soumis aux mises à jour pédagogiques régulières sur le numérique. La formation au numérique pour tous est nécessaire en continu”, conclut-il.  

Comment réduire l'exclusion numérique des populations dans les zones rurales ? C'est une des questions mise en exergue par le confinement. Et c'est celle dont devront s'emparer, demain, les politiques gouvernementales dans des territoires qui cumulent souvent exclusions sociale et numérique. 

 

Christina Diego  

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer