Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 21 janvier 2021 - 16:00 - Mise à jour le 21 janvier 2021 - 16:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Un projet de loi inquiétant pour les associations, Intermarché qui revoit sa copie… Voici la revue de presse du 21 janvier !

Que fallait-il retenir de l'actualité de l'engagement cette semaine ? Voici les articles que la rédaction de Carenews a sélectionnés pour vous.

Crédit photo : artisteer.
Crédit photo : artisteer.

Alors que le projet de loi « confortant le respect des principes de la République » est actuellement en discussion en commission spéciale à l'Assemblée nationale, le Mouvement associatif a partagé ses inquiétudes dans une tribune publiée sur franceinfo. Et explique que les associations se sentent « présumées coupables », s’interrogeant notamment sur les raisons motivant le nouveau « contrat d'engagement républicain » pour les associations recevant des subventions.

« Le véritable enjeu du gouvernement doit être de renforcer les associations dans leur action de terrain, et de définir avec elles, les premières au front, les mesures ciblées permettant d’apporter des réponses. Jouer de l'amalgame avec les dérives communautaristes et instaurer un doute généralisé sur la contribution des associations à une République dont elles sont issues, et au moment où chacun se félicite de leur rôle central face aux effets de la pandémie, ne peuvent être acceptés. »  

 

Pour l’ADN, une véritable tendance à l’engagement s’observe dans le marché publicitaire. Le site expose comment Goodeed, avec ses régies partenaires, « dispose désormais d’un panel de solutions permettant de proposer des communications solidaires multicanales (digital, affichage, TV)».

« À la différence d’autres régies qui reversent 1 % du budget total d’une campagne à une association, 60 % des revenus de Goodeed sont reversés au projet associatif. L’objectif est de créer une image de marque de façon à ce que lorsqu'un internaute voit le liseré bleu caractéristique du format Goodeed il sache que derrière, une partie importante du budget est reversé à un projet solidaire. »

 

En septembre 2019, Intermarché annonçait vouloir améliorer la composition de près de 900 recettes des produits de sa marque de distributeur, et en bannir 140 additifs controversés. Son objectif était à la fois d'optimiser le classement Nutri-Score de ses produits et d'améliorer leur note sur l'application Yuka. Ce 18 janvier, l’enseigne a dressé un premier bilan, que présente Business Insider.

« Intermarché ne compte pas s'arrêter là et se donne comme prochain objectif de supprimer le nitrite de sodium et le carbonate de sodium de tous ses produits à marque propre d'ici 2025. L'enseigne explique ce délai par une complexité plus forte pour trouver un remplaçant à ces additifs qu'elle souhaite supprimer en priorité de ses charcuteries. »

 

Ce 20 janvier a ouvert, à Paris, près du Panthéon, la première librairie exclusivement consacrée aux livres destinés aux malvoyants. Le Monde s’est penché sur cette initiative pilotée par Agnès Binsztok, la directrice éditoriale de deux maisons d’édition spécialisées dans ce secteur, A vue d’œil et Voir de près.

« Dans un premier temps, seuls les catalogues des deux maisons d’édition de Mme Binsztok seront proposés à la vente. Soit 600 titres, enrichis de 150 nouveautés par an. “Nous proposons une offre très variée et des ouvrages pour un public à partir de 13 ans”, explique-t-elle. Et pas uniquement des “romans de terroir” que sont censées apprécier les personnes âgées. »

 

Les chefs d’entreprises ne savent plus à quel label se vouer, constate Novethic, qui souligne la difficulté, particulièrement pour les petites entreprises, de se repérer parmi les labels de responsabilité sociétale d’entreprises (RSE), qui se multiplient depuis quelques années. Manque de visibilité et d’attractivité, coût direct et indirect… Les spécialistes identifient différents facteurs de confusion, mais présentent plusieurs leviers d’amélioration. 

« Les observateurs appellent à simplifier, clarifier et valoriser l’offre existante. Cela passe notamment par les labels sectoriels, plus adaptés aux enjeux professionnels, mais aussi par l’accompagnement des entreprises dans leur démarche, l’adossement à des référentiels reconnus comme l’ISO 26 000, la formation des dirigeants et la reconnaissance par l’État des labels les plus crédibles. »

 

Conseiller indo-franco-américain en innovation et leadership, co-auteur, entre autres, de Donner du sens à l’intelligence : Comment les leaders éclairés réconcilient business et sagesse, Navi Radjou signe une tribune sur WeDemain sur comment Siemens, Danone et Décathlon ont redéfini « leur identité, leur mission et leur perspective » en pleine crise sanitaire, sociale et économique.

« Comme Charlie Felgate, Vision Leader chez Décathlon United, me l’a dit : “Le confinement mondial a donné une opportunité unique à tous nos employés de prendre du recul, de réfléchir et d’introspecter. Soudainement, les priorités clés de la Vision 2030 — comme prendre soin des autres, améliorer notre bien-être, surmonter les inégalités sociales et régénérer l’environnement — sont devenues très réelles et personnelles et, surtout, très urgentes pour nos employés.” »

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer