Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 5 mars 2021 - 09:00 - Mise à jour le 5 mars 2021 - 09:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Solinum rêve d’essaimer en France (et au-delà…)

Luttant contre la précarité et l’exclusion, l’association créée en 2016 vise à essaimer à travers toute la France, mais aussi à convaincre de la pertinence de son modèle en Europe.

Crédit : Solinum
Crédit : Solinum

 

Top 50 de l'entrepreneuriat à impact

Cet article est issu du Top 50 de l’entrepreneuriat à impact. Initié par Carenews, piloté par HAATCH et l'ESSEC et soutenu par BNP Paribas, ce classement dévoile les 50 structures (entreprises, associations, coopératives) les plus impactantes de 2020.

 

Découvrez le détail du Top 50 et ses lauréats dans le livre de 136 pages qui présente la méthodologie, les critères d'évaluation, les portraits, les chiffres, les analyses et dossiers de fond sur les réseaux de l'ESS ou la mesure d'impact.

 

«  Notre premier défi est de nous déployer en France », répond Victoria Mandefield quand on l’interroge sur les ambitions et les challenges de Solinum, l’association qu’elle a fondée pendant ses études d’ingénieure. L’objectif de la structure est de lutter contre la précarité et l’exclusion : Solinum propose tout d’abord soliguide.fr, une plateforme en ligne qui permet d’orienter toutes les personnes en situation difficile vers les structures adéquates. Une deuxième activité est « merci pour l’invitation », une plateforme qui met en relation des femmes à la rue avec des familles accueillantes. Une troisième activité concerne la production d’études et de données en lien avec l’exclusion. 

Trois activités qui sont synonymes de beaucoup de travail à produire dans les années à venir. Mais comme ironise la jeune professionnelle de 26 ans : « On n’a même pas fait 10 % du travail. » La structure, qui compte aujourd’hui onze salariés, des services civiques et des freelances, et qui est présente dans huit territoires, vise à s’implanter dans toutes les capitales régionales de l’Hexagone en 2021. Dans ce cadre, le budget de Solinum, qui est d’environ 500 000 euros, devrait doubler pour l’année à venir. 

 

S’inspirer des stratégies qui marchent

Solinum aimerait ensuite avoir un essaimage plus précis encore grâce à une stratégie de franchises et de licences, des méthodes inspirées par la politique mise en place par des précurseurs comme Simplon.co ou La Cloche qui ont « défriché le sujet », comme le décrit avec enthousiasme la jeune entrepreneure. « On a beaucoup de chance d’arriver après eux et d’avoir tous ces enseignements  », explique celle qui s’est lancée dans la lutte contre l’exclusion en étant bénévole pour des maraudes pendant ses études. 

 

À terme, Solinum compte aussi aller au-delà des frontières hexagonales et essaimer en Europe : la Hongrie et la Roumanie sont particulièrement envisagées. Des discussions ont déjà lieu avec des partenaires comme la Croix-Rouge française. L’association a aussi entamé une collaboration avec CentraleSupélec pour développer des projets de data science afin d’offrir des ressources à des preneurs de décisions.

 

Pierre-Anthony Canovas

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer