Aller au contenu principal
Par Société Générale - Publié le 18 mars 2021 - 10:28 - Mise à jour le 18 mars 2021 - 10:45
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Les collaboratrices Société Générale coachent de jeunes femmes bénéficiaires de Rêv’Elles

Pendant les vacances scolaires de février, de jeunes bénéficiaires du programme Rêv’Elles ton Potentiel ont participé à une journée d’échanges avec 15 collaboratrices de Société Générale. Au programme : mentorat, présentation des métiers de la banque et simulation d’entretiens. Témoignages.

Promotion Malala Yousafzai de Rêv'Elles ton Potentiel. Crédit photo : Société Générale.
Promotion Malala Yousafzai de Rêv'Elles ton Potentiel. Crédit photo : Société Générale.

Rêv’Elles ton Potentiel : rencontres avec des femmes inspirantes

Rêv’Elles fait partie de ces associations qui n’ont pas modéré leur mobilisation pendant cette crise sanitaire. L’association, qui ouvre les horizons à des jeunes filles qui s’auto-censurent souvent dans leurs ambitions professionnelles, a lancé une nouvelle promotion du programme Rêv’Elles ton Potentiel pendant les vacances d’hiver. 

Rêv’Elles ton Potentiel, c’est un parcours de cinq jours, du lundi au vendredi, qui alterne coaching collectif et individuel, pour les aider à prendre confiance en elles, à déployer leurs potentiels et à clarifier leur projet professionnel. Ces cinq jours sont suivis de cinq mois d’un accompagnement régulier. Malgré la crise liée au Covid-19, la formule ne change pas. Ce sont quarante heures d’intervention qui mobilisent l’équipe Rêv’Elles, des dizaines de coachs, des intervenantes, des rôles-model…

Une de ces journées se fait en partenariat avec une entreprise. Les jeunes filles sont immergées dans la culture de l’entreprise et dans ses métiers au travers de simulations d’entretiens, d’enquêtes et de beaucoup de dialogue avec des collaboratrices. 

Les collaboratrices Société Générale accompagnent la promotion Malala Yousafzai

15 collaboratrices de la Société Générale ont ainsi consacré de deux heures à une demi-journée de leur temps pour accompagner la promotion Malala Yousafzai de février 2021.

Le matin, des collaboratrices ont assisté les jeunes filles lors de simulations d’entretien. Tandis que l’après-midi, elles représentaient une vaste palette des métiers de la banque pour permettre aux jeunes filles de mieux se rendre compte de la grande diversité des parcours professionnels et des parcours de vie.

Collaboratrice de la Société Générale, Bouchra a pu échanger avec deux jeunes filles de la promotion Rêv’Elles. Bouchra n’avait jamais imaginé tenir le rôle de modèle ou d’exemple inspirant pour d’autres.

Une situation qui a d’ailleurs fait naître un peu d’appréhension chez elle. Bouchra explique pourquoi elle a pris l’exercice très au sérieux :

« Je l’ai vu comme une grosse responsabilité. Je suis maman de trois enfants, et je sais que nos mots peuvent avoir un impact. J’ai donc voulu essayer de me remettre dans la tête de la jeune fille que j’étais à leur âge, retrouver les interrogations que j’avais dans la tête à ce moment-là, et surtout ce que j’aurais voulu entendre de la part d’un adulte bienveillant. Je pense que l’expérience a été aussi enrichissante pour nous que pour les jeunes filles. »

Qu’apporte Rêv’Elles ton Potentiel aux jeunes filles accompagnées ?

« J’ai rencontré plein de femmes inspirantes… vraiment, cela m’a donné espoir. »

C’est par ces quelques mots remplis d’excitation, qu’Ikhlas résume son sentiment en sortant de la quatrième journée du parcours Rêv’Elles ton Potentiel. Ikhlas est une jeune fille de 17 ans au parcours tellement commun. Elle prépare le bac, mais ne sait pas encore ce qu’elle veut faire ensuite. Elle a des pistes bien sûr, mais rien d’arrêté, et la situation génère un stress diffus sur sa vie.

Sa grande sœur et une cousine lui ont conseillé de participer au parcours Rêv’Elles ton Potentiel. Elles ont participé à une promotion précédente et en gardent d’excellents souvenirs. Au terme de cette journée, Ikhlas confie :

« Je sais ce que je veux faire maintenant. Et avec ce que les femmes d’aujourd’hui sont venues nous apporter, cela m’a donné de la détermination ».

De l’égalité des chances à l’égalité des rêves

Laura Maclet, responsable du pôle pédagogique de Rêv’Elles précise : « On s’adresse aux jeunes filles des quartiers populaires, des adolescentes. Il s’agit d’un public qui est déjà invisibilisé à la base. Et pendant cette crise sanitaire, toutes les faiblesses se sont accentuées : ces jeunes filles ont encore moins d’espaces de parole, elles ne pouvaient plus sortir pour aller voir leurs amies ou leurs voisines aussi facilement. »

En février 2020, un groupe de jeunes filles était venu passer la journée dans les tours Société Générale de la Défense. Aujourd’hui, c’est sur Zoom que l’ensemble des rencontres se font. Un vrai tour de force pour l’association qui a dû repenser ses formats pour les adapter au tout numérique. 

Société Générale est partenaire de longue date de Rêv’Elles. L’association s’est d’abord construite autour du programme « Rêv’Elles ton Potentiel », et d’autres actions et parcours sont venus s’ajouter pour accompagner au mieux ses bénéficiaires. Ce sont uniquement des jeunes filles, elles ont entre 14 et 20 ans, et elles viennent le plus souvent de quartiers populaires.  L’association a ainsi fait ce choix de la non-mixité de son public cible pour justement créer ces « safe spaces », ces espaces sécurisés où elles peuvent être entre elles, prendre confiance avant de retourner dans le monde réel. « L’objectif étant de les préparer pour qu’elles puissent y rentrer sereines, décomplexées, complètement elles-mêmes et agissantes », ajoute Laura Maclet. Pour la fondatrice de l’association, Athina Marmorat, « l’égalité des chances passe aussi par l’égalité des rêves » : il faut ouvrir les horizons à des jeunes filles qui s’auto-censurent souvent dans leurs ambitions professionnelles, persuadées qu’elles ne peuvent pas y arriver. 

Fermer
Fermer