Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 15 juin 2021 - 14:00 - Mise à jour le 23 août 2021 - 17:39
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Associations : quels impacts de la crise du Covid un an après ?

Près de 40 % des associations sont encore quasiment à l’arrêt, un an après le début du Covid. Le Mouvement associatif, le Réseau National des Maisons des Associations (RNMA) et Recherches & Solidarités dévoilent les résultats d'une troisième enquête. Détails.

Les dirigeants d'associations se livrent sur leur situation. Crédit : iStock
Les dirigeants d'associations se livrent sur leur situation. Crédit : iStock

 

Après deux premières enquêtes réalisées en mars et juin 2020, le Mouvement associatif, le Réseau National des Maisons des Associations (RNMA) et Recherches & Solidarités ont mené une troisième enquête intitulée « Où en sont les associations un an après ? ». L’objectif ?  Mesurer les impacts de la crise pour les associations, la situation actuelle et les perspectives envisagées. L’enquête a été réalisée du 30 mars au 30 avril 2021, auprès de 9 458 responsables d’associations de toutes tailles, tous secteurs d’activités et toutes régions.

 

40 % des associations à l’arrêt

 

Alors qu'approche l’anniversaire de la loi du 1er juillet 1901, donnant naissance au statut juridique d’une association, la dernière enquête du Mouvement associatif, du Réseau National des Maisons des Associations (RNMA) et du collectif d’experts Recherches & Solidarités dresse un état des lieux instructif de la situation des associations un an après le début de la pandémie. Premier résultat qui donne le ton : près de 40 % des associations sont encore quasiment à l’arrêt. Un chiffre assez conséquent qui traduit, un an après le début du Covid, des difficultés à reprendre normalement le cours des choses. Les dirigeants d'association interrogés ont livré leur opinion sur la situation générale de leur association, et elle n’est plus jugée comme très bonne, elle est même en chute libre depuis 2019 (68 %) et 2021 (27 %).

Malgré tout, les dirigeants sont confiants quand leur activité est maintenue. Près de 75 % de ceux dont l'association connaît une activité plus importante qu'auparavant déclarent que la situation générale de leur association est bonne. Et sans surprise, cette proportion faiblit au fur et à mesure que la part d'activité maintenue depuis la crise diminue, pour tomber à 9 % dans les associations quasi à l’arrêt.

 

Quelles conséquences sur l’activité ? 

 

Près de 73 % des associations ont dû adapter leur façon de travailler un an après la crise, soit les trois quarts d’entre elles. C’est le fonctionnement même de l’association qui est affecté : travail à distance grâce au numérique, nouvelles relations avec les adhérents et les bénéficiaires, relations différentes avec les bénévoles, etc. 

Le principal impact de la crise s’est fait sentir sur les actions de bénévolat. Une grande majorité des bénévoles n’ayant plus accès aux locaux de par les mesures sanitaires imposées en 2020. D’où la perte de contact avec certains bénévoles. Certains bénévoles ont arrêté toute activité à l’époque par crainte du virus. Et un tiers d'entre eux ont eu des difficultés à utiliser les outils numériques ce qui a fortement ralenti leur actions de bénévolat.   

Pour 11 % des dirigeants interrogés, la crise a engendré d’autres changements. Parmi eux, 500 déclarants expliquent qu’ils ont dû s’adapter en délocalisant leurs activités, adapter le fonctionnement statutaire (projet associatif, statuts, règlement intérieur), mettre en place une nouvelle organisation des bénévoles (dont les pratiques numériques), changer de moyens humains et financiers, et renforcer leur communication (externe et interne). 

 

Un an après, de fortes préoccupations demeurent

 

Parmi les préoccupations mises en exergue par les dirigeants d’association, la question de la réouverture des structures d'accueil ou des locaux est jugée comme la plus importante. Viennent ensuite, pour près d’un tiers d'entre eux, l’adaptation des activités dans la durée, la façon dont va se passer la reprise ou la poursuite des relations avec les adhérents, la (re)mobilisation des bénévoles et la confirmation des partenariats financiers. 

Les sujets d’inquiétudes pour les mois à venir concernent principalement les adhésions, notamment le maintien du lien avec les adhérents de l’association et la diminution de leur nombre. Ensuite, le sujet des bénévoles préoccupe plus d’un tiers des dirigeants, particulièrement en termes de ressources humaines. Enfin, la motivation même et l’investissement des dirigeants sont sources de questionnement ainsi que le renouvellement des dirigeants bénévoles pour un peu moins d’un tiers des répondants. Autre sujet tout aussi prégnant, celui de la situation financière, ainsi que des locaux et des moyens matériels.  

Le recours aux solutions financières

Depuis le début de la crise sanitaire du COVID-19, l’État et les Régions ont mis en place un fonds de solidarité accessible aux associations ayant une activité économique. En janvier dernier, un fonds d'urgence de 30 millions d'euros a été déployé pour soutenir les structures de l'ESS de moins de dix salariés frappées par la crise, notamment les associations.

Qu'en est-il aujourd'hui ? L'enquête traduit que 21 % associations ont bénéficié d’une aide financière en avril 2021, notamment due à une meilleure connaissance des dispositifs mis en place. Un tiers des dirigeants répondants a déclaré que cela n’avait pas été nécessaire, et 20 % indiquent qu’aucune des aides n’a semblé correspondre aux besoins. Il reste encore une faible part d'associations qui n’ont pas connaissance de leur existence ou de leurs conditions d'application. 

Malgré tout, 56 % des associations disent avoir terminé l’année 2020 en déficit. Et sur les 10 000 répondants de cette enquête, 4 % ont indiqué un possible dépôt de bilan de leur structure. Soit 400 associations qui pourraient disparaître. Cela peut paraître peu, mais à l'échelle nationale, nous avons refait le calcul, pour les1,5 million* d’associations, cela donnerait 60 000 dépôts de bilan...

 

*source des 1,5 million d’asso : INJEP 2019, donnée de 2017

 

La rédaction 

 

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer