Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 15 janvier 2020 - 16:58 - Mise à jour le 15 janvier 2020 - 17:14
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

20 associations où faire du bénévolat en 2020

Avec la nouvelle année et son lot de bonnes résolutions, on peut être tenté·es de vouloir s’engager davantage. Alors si vous souhaitez donner un peu de votre temps en tant que bénévole,  voici une liste (non exhaustive) de 20 associations proposant des missions ponctuelles ou régulières.

Crédits photo : Prostock-Studio

Selon une étude réalisée par le Crédit Mutuel et France Bénévolat, près de 20 millions de Français effectuent des missions bénévoles, dont 13 millions rien qu’en milieu associatif. Les jeunes, notamment, s’engagent de plus en plus dans les associations, dans la démarche de donner plus de sens à leur vie quotidienne. 

Si on voit le verre à moitié plein, on peut se dire qu’un concitoyen sur quatre qui s’engage, c’est déjà beaucoup. Mais cela veut aussi dire qu’il reste encore beaucoup de marge pour mobiliser les autres ! Quels que soient leurs enjeux et leurs domaines d’action, les associations ont, elles, presque toujours besoin de volontaires. Parmi la multitude de celles qui existent, nous en avons sélectionné vingt où faire du bénévolat en 2020 . Et si vous ne parvenez pas à trouver votre bonheur dans cette liste, sachez qu’il existe des plateformes dédiées (Benenova, Benevolt) recensant des missions ponctuelles ou régulières près de chez vous. 

Les internationales

La Croix-Rouge : Fondée en 1859, la Croix-Rouge intervient dans le monde entier pour remplir des missions humanitaires à destination des populations défavorisées ou victimes de conflits. À plus petite échelle, la Croix-Rouge française s’appuie sur plus de 60 000 bénévoles pour participer aux opérations de distribution alimentaire et aux actions de secourisme auprès des plus démunis, ou encore pour animer ses vestiboutiques, lieux d’accueil et d’écoute pour les familles en difficulté. 

Oxfam France : À l’international, l’ONG mène des campagnes de mobilisation citoyenne et de contre-lobbying auprès des responsables économiques et politiques. Elle se consacre également à la réalisation d’actions humanitaires et de projets de développement dans les pays les plus pauvres et particulièrement touchés par les conséquences du réchauffement climatique. En France, elle a ouvert plusieurs magasins solidaires et de bouquineries à Paris, Lille et Strasbourg. Ses bénévoles y reçoivent et trient les dons de vêtements et de livres réalisés par les particuliers avant de les revendre. Ils en profitent pour sensibiliser le grand public sur les thématiques qu’elle porte.

WWF : Depuis 1961, le Fonds Mondial pour la Nature agit à travers le monde pour freiner la dégradation de l’environnement et bâtir un monde où l’Homme peut vivre en plus grande harmonie avec la nature. Au niveau local, il propose des missions ponctuelles faciles à réaliser, comme le nettoyage des sites naturels ou la participation à des campagnes de sensibilisation. Seule petite obligation, il est nécessaire d’assister aux réunions de présentation avant de devenir bénévole. Celles-ci se tiennent deux fois par mois à Paris et une à deux fois par trimestre à Lyon. Mais il est aussi possible d’y assister à distance. 

Unicef : Le Fonds des Nations unies pour l’enfance se charge de défendre le droit des enfants dans le monde entier et agit pour leur protection. Elle privilégie les plus vulnérables, ceux victimes de conflits, de catastrophes naturelles ou d’exploitation. À un niveau plus local, ses bénévoles accomplissent des missions de sensibilisation dans les écoles pour informer les plus jeunes sur les droits des enfants. Ils participent aussi à l’organisation d’événements de communication et animent les stands de ventes des produits de l’association.

Celles qui viennent en aide aux plus démunis 

Les Restos du cœur : Depuis sa fondation par le comédien Coluche en 1985, l’association œuvre pour venir en aide aux populations défavorisées. À ce titre, les missions de bénévolat vont de la distribution de repas lors des maraudes à la collecte de nourriture et de biens de première nécessité, en passant par l’accueil de jour dans ses centres. Il vous est bien sûr possible d’accompagner des sorties culturelles, de donner des cours de français ou d’apporter un soutien scolaire aux enfants des familles les plus démunies.

Entraides citoyennes : L’association s’est constituée en 2011 à Paris dans l’objectif de prêter assistance aux personnes sans domicile et victimes d’exclusion. Ses bénévoles sont sollicités pour participer aux maraudes, avec distribution de vêtements et de repas, mais aussi pour apprendre le français aux populations immigrées et les aider dans leurs démarches administratives. À noter toutefois que celle-ci n’intervient qu’en région parisienne.

Le Secours populaire : L’association s’implique dans de nombreux domaines, et notamment dans l’aide alimentaire, le maintien des personnes démunies dans leur logement ou encore l’insertion professionnelle. En tant que bénévole, vous pourrez tout aussi bien accueillir les plus démunis dans ses centres d’accueil que recevoir un enfant issu d’une famille défavorisée pour lui offrir quelques jours de vacances.

-Refettorio : Si vous habitez Paris et que vous avez du temps à donner, vous pouvez vous engager auprès de ce restaurant solidaire, situé dans la crypte de l’église de la Madeleine. Lancé par le chef italien étoilé Massimo Bottura, il s’est donné pour mission d’utiliser les invendus alimentaires pour proposer chaque soir, du lundi au vendredi, des repas gastronomiques aux personnes en situation de précarité. Les bénévoles sont mis à contribution pour servir les plats, nettoyer la salle, voire cuisiner.

L’Armée du salut : Née en 1878 en Angleterre, l’association s’est implantée en France en 1881, où elle a été reconnue d’utilité publique. Tout comme le Secours populaire, elle s’appuie sur ses bénévoles pour assurer la distribution quotidienne de repas aux personnes les plus fragiles. Elle œuvre également pour l’insertion des victimes d’exclusion en les accompagnant dans leurs démarches pour trouver un emploi ou se former. Elle offre enfin aux volontaires la possibilité d’animer des ateliers culturels, véritables lieux d’échanges entre eux et ses bénéficiaires.

Celles qui viennent en aide aux personnes en situation d’exclusion

Le Refuge : Depuis 16 ans, l’association apporte son soutien aux jeunes LGBT de 18 à 25 ans, victimes d’homophobie et en rupture avec leur famille. Elle leur offre un environnement rassurant où ils peuvent se reconstruire. Implantée dans toutes les principales villes de France, elle s’appuie sur ses près de 400 bénévoles pour héberger et accompagner cette population en détresse et lui redonner confiance. 

Wake Up Café : Cette association est partie d’un constat simple : accéder à la culture permet aux détenus de mieux se réinsérer dans la vie active à leur sortie de prison et de limiter les actes de récidive. Les bénévoles sont appelés à animer des ateliers culturels et créatifs ou des groupes de paroles et d’échanges, dans l’optique d’aider les participants à se découvrir un talent ou tout simplement à s’ouvrir à d’autres perspectives. En parallèle, Wake Up Café mène des campagnes de sensibilisation auprès des chefs d’entreprise pour changer leur perception sur les anciens détenus.

Association Aurore : Fondée en 1871, elle fournit soins et hébergements aux personnes en situation de précarité ou d’exclusion. Reconnue d’utilité publique depuis 1875, elle travaille en partenariat avec l’État, les régions et les collectivités locales pour assurer au mieux ses missions. Les bénévoles sont mis à contribution pour animer des ateliers, donner des cours de français ou encore participer aux maraudes. En 2018, elle a également mis en place un programme pour favoriser l’insertion des réfugiés.Toutes ses offres de missions, ponctuelles ou régulières, sont affichées sur son site internet. 

Petits frères des pauvres : Permettre aux personnes âgées isolées de recréer du lien, c’est la mission que s’est donnée l’association depuis sa fondation en 1946. Ses 13 000 bénévoles effectuent des visites aux domiciles des plus fragiles pour les sortir de leur isolement et les accueillent dans ses maisons de vacances et ses lieux d’hébergement. Ils organisent également des activités et des événements collectifs, dans cette même volonté de rompre la solitude des victimes d’exclusion.

Celles qui viennent en aide aux enfants

Entraide Scolaire Amicale : L’objectif de cette association est de lutter contre l’échec à l’école. Les bénévoles s’engagent ainsi à apporter un soutien scolaire à un enfant au moins une heure par semaine. En l’accompagnant et en l’ouvrant sur le monde, ils contribuent aussi à lui redonner confiance en lui. Mais ils interviennent également auprès des parents afin de les aider à mieux prendre conscience des enjeux du travail scolaire. Et les missions sont attribuées en fonction du lieu de travail ou du domicile des volontaires.

Petits Princes : Depuis novembre 1987, l’association Petits Princes agit auprès des enfants malades. Son rôle est de leur permettre de réaliser un ou plusieurs de leurs rêves, tout en s’adaptant au rythme de leurs traitements et de leurs hospitalisations. Il existe plusieurs types de missions de bénévolat, qui vont de la préparation et de la réalisation des rêves des patients à la mise en place d’outils de communication et de sensibilisation du grand public. Attention toutefois, elle requiert un réel engagement dans la durée de ses bénévoles.

Celles qui viennent en aide aux migrants et aux réfugiés

Utopia 56 : C’est en Bretagne, en 2016, qu’est créée l’association Utopia 56, dans une volonté d’encadrer les initiatives de bénévolat qui se déployaient autour de la jungle de Calais. Depuis, elle multiplie les actions auprès des migrants et des personnes réfugiées dans plusieurs grandes villes (Calais, Lille, Paris, Rennes, Tours et Toulouse). Maraudes, aide à la distribution de repas ou de sacs de couchage, soutien juridique et social ne sont que quelques-unes des missions qu’elle confie à ses 12 000 bénévoles.

Cimade : Présent en France métropolitaine et en outre mer, le Comité inter-mouvements auprès des évacués défend les droits et la dignité des migrants et des réfugiés. Elle accueille dans ses permanences pas moins de 100 000 personnes par an et agit dans les centres de rétention administrative pour informer les hommes et les femmes qui y sont retenus sur leurs droits. Elle est toujours à la recherche de bénévoles pour accompagner ces réfugiés dans leurs démarches juridiques, leur transmettre leurs connaissances de la culture et de la langue françaises, ou encore participer aux campagnes de communication. Et pour plus de clarté sur ce qu’il est possible de faire, elle dresse sur son site Internet une liste de ses missions de bénévolat les plus urgentes.

Celles qui aident à la protection de l’environnement et des animaux

La SPA : En tant que première association de protection animale en France, la Société Protectrice des Animaux s’est donnée pour mission de lutter contre la maltraitance et l’abandon des animaux domestiques. Reconnue d’utilité publique depuis 1860, elle milite pour faire évoluer la cause animale. Ses bénévoles, eux, travaillent dans les refuges, au contact des animaux. Leurs missions : prendre soin d’eux et entretenir chenils et chatteries. Ils accueillent également le public et participe à sa sensibilisation à la cause animale.

Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme : Créée en 1990 par Nicolas Hulot, cette association œuvre à la préservation du patrimoine naturel. Chez elle, tout est affaire de pédagogie puisqu’il s’agit d’inciter des changements de comportements individuels et collectifs. Elle met ainsi l’accent sur la nécessité de mettre en place des actions communes pour préserver le vivant. Si un engagement régulier est bien sûr possible, la Fondation Nicolas Hulot propose surtout des missions ponctuelles et de proximité. 

Agir pour l’environnement : Il s’agit ici d’une association citoyenne nationale, qui milite pour la protection de l’environnement. Son mode d’action principal consiste à faire pression sur les décideurs économiques et les pouvoirs publics grâce à des campagnes de mobilisation s’appuyant sur tout un réseau d’associations. Elle organise notamment tous les ans depuis 2009 Le Jour de la Nuit pour sensibiliser le public sur le sujet de la pollution lumineuse. Elle est toujours à le recherche de bénévoles pour participer à ses actions d’information ou pour l’aider dans ses tâches administratives.

Audrey Parvais

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer