Aller au contenu principal
Par Fondation Transdev - Publié le 3 février 2021 - 14:50 - Mise à jour le 6 juillet 2021 - 11:59
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

#CeuxQuiFont : interview de Bernadette Rwegera, directrice de l’association Ikambere

Bienvenue dans #CeuxQuiFont, le podcast de Carenews qui valorise les associations en première ligne pendant la crise sanitaire, économique et sociale que nous traversons. « Ceux qui font », ce sont toutes celles et ceux qui veulent agir et être solidaires. Depuis son canapé ou en extérieur dans le respect des gestes barrières, il y a beaucoup de manières de s’engager. Pour cet épisode, Louise Vignaud, journaliste à Carenews, reçoit Bernadette Rwegera, fondatrice et directrice d’Ikambere, une association d’accueil et d’accompagnement des femmes séropositives en Île-de-France.

Crédit visuel : Carenews.
Crédit visuel : Carenews.

IKAMBERE, qui signifie « maison d’accueil » en Kinyarwanda (langue du Rwanda), est une association née en 1997 à l’initiative de Bernadette Rwegera. En 1995, elle mène un travail universitaire consacré aux femmes et aux enfants migrants atteints du VIH en Île-de-France. À cette époque, près de 30 000 personnes ont déjà été victimes du VIH en France. Bernadette Rwegara dresse le constat suivant : les femmes migrantes et séropositives sont particulièrement touchées par l’isolement et la grande précarité.

«  Quand je faisais ce travail de recherche, en 1995, il n’y avait pas beaucoup de traitement. Pour les personnes qui vivaient avec le VIH à l’époque, la mort était imminente. »

À l’issue de ce travail, Bernadette décide d’agir et passe du statut de chercheuse à celui de militante associative. Elle fonde l’association Ikambere pour permettre aux femmes séropositives de sortir de la honte et de l’isolement liés à la maladie. « J’ai créé Ikambere pour permettre à ces femmes d’avoir un espace à elle et d’être accompagnées pour  sortir de l’isolement et de la précarité. » La première maison accueillante de l’association s’ouvre à Saint-Denis.

La maison qui relève les femmes 

Depuis plus de 20 ans, l’association Ikambere envisage l’accompagnement des femmes séropositives dans sa globalité en s’attaquant à tous les problèmes qu’elles peuvent rencontrer. Au quotidien, la maison accueillante de Saint-Denis permet aux femmes de se retrouver et de profiter d’activités collectives afin de recréer du lien : repas gratuits, sport, danse-thérapie, alphabétisation, informatique, nutrition. Aujourd’hui l’association s’appuie sur 25 salariés qui accompagnent plus de 500 femmes par an, à travers différents programmes spécifiques :

  • un programme d’accueil et d’accompagnement vers l’autonomie : une équipe de cinq assistantes sociales accompagnent les femmes dans leurs démarches d’accès au droit et au logement 
  • un programme de formation professionnelle à travers un accompagnement individualisé mais aussi des ateliers collectifs favorisant le retour à l’emploi
  • un programme de prévention dans des foyers de travailleurs migrants, des associations de femmes et des lieux d’accueil des jeunes, où les animatrices de santé animent des séances d’information et de sensibilisation sur le VIH et les IST (infections sexuellement transmissibles)
  • un programme de permanences hospitalières pour accompagner les patients durant leur consultation ou leur hospitalisation. Ce programme vise notamment à répondre aux préoccupations du corps médical pour la prise en charge des patients migrants et à combler les difficultés liées aux barrières de la langue et à une compréhension différente de la maladie et des soins 
  • un projet appartement-passerelles qui propose une transition entre l’hébergement d’urgence et le logement définitif pour les femmes dont l'état de santé est dégradé 
  • un projet mère-enfant où l’association propose un accompagnement renforcé spécifique et pluridisciplinaire pour les mères célibataires et leurs enfants
  • un projet femmes âgées : Ikambere offre aux femmes atteintes du VIH et âgées de 60 ans et plus (« les femmes Roseaux ») un accompagnement et un espace d’écoute et de parole spécifiques pour aborder les questions de vie qui leurs sont propres.

Avec la crise sanitaire, encore plus d’isolement pour les femmes

Depuis le début de la crise sanitaire, la maison accueillante de Saint-Denis a dû stopper ses activités collectives, au grand regret de sa directrice Bernadette Rwegera et des femmes qu’elle accompagne : 

« La crise sanitaire a vraiment enfoncé les femmes dans la précarité et dans l’isolement. Elles ne peuvent plus venir à Ikambere comme elles le faisaient.  Les activités de lien ont été stoppées, cela a donc renforcé l’isolement. De nombreuses femmes, notamment les mères seules, n’arrivent pas à faire les cours à distance : beaucoup n’ont pas d’ordinateur, certaines sont analphabètes et n’arrivent pas à assurer les cours à la maison. Cette situation crée beaucoup d’inégalités. »

L’association a tout de même mis en place des solutions d’urgence pour garder le lien avec les femmes accompagnées : 

« Nous avons ouvert une permanence téléphonique 24h/24 destinée aux femmes, explique Bernadette Regwera. Chaque femme qui appelle et a un besoin est orientée vers une assistante sociale qui l’accompagne. Les assistantes sociales ont beaucoup travaillé à la distribution de tickets service. Nous organisons une fois par semaine la distribution des colis alimentaires aux femmes. » 

Comment aider Ikambere ?

 

Ikambere va ouvrir une deuxième maison à Ivry destinée aux femmes vivant avec une maladie chronique (hypertension, obésité, diabète). Une troisième maison, cette fois reposante, doit également ouvrir ses portes en 2021 dans l’Essonne pour permettre à toutes les femmes suivies par l’association de partir en vacances ou de passer des week-ends à la campagne. Une manière pour les femmes de souffler un peu. 

Bernadette Rwegera rappelle qu’Ikambere a toujours besoin de nouveaux bénévoles et de personnes investies dans le programme d’insertion professionnelle destiné aux femmes. Pour soutenir Ikambere et ses bénéficiaires, vous pouvez également faire un don à l’association.

 

> Retrouvez lIkambere sur Facebook ou sur son site internet.


#CeuxQuiFont
Cet épisode est soutenu par la Fondation Transdev. Sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation Transdev incarne l’engagement philanthropique et citoyen du groupe Transdev dans les villes et les départements desservis par les réseaux dont il est opérateur. La Fondation Transdev déploie son action dans le champ de la mobilité sociale en soutenant des initiatives qui permettent à des personnes fragilisées d’évoluer et de progresser dans leur parcours de vie.

 

Tous les épisodes :

 
Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer