Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

[EN IMAGES] Journée mondiale du don de la moelle osseuse: dissiper les craintes

[EN IMAGES] Journée mondiale du don de la moelle osseuse: dissiper les craintes
Le 15 septembre 2018 se tient la 4e journée mondiale du don de moelle osseuse. L’Agence de la biomédecine espère mobiliser de nouveaux donneurs, autour notamment d’une campagne de communication lancée l’an dernier, #UnBleu. Sur une succession d’images, une femme se cogne dans un mur, puis un un homme fait tomber son sac de courses, un petit garçon tombe de vélo… Un sportif après un match, tout sourire, semble même ignorer les marques physiques laissées par ses adversaires. “Dans la vie il y a toutes sortes de bleus. (...) Et il y a des bleus qui sauvent des vies”, entend-t-on finalement en voix off, tandis qu’un jeune homme quitte une salle d’hôpital, compresse posée sur le bras. “Merci à tous ceux qui ont accepté d’avoir un bleu suite à leur don de moelle osseuse. Vous aussi, inscrivez-vous”, invite ensuite l’Agence de la biomédecine, qui produit le film. Les dons de moelle osseuse favorisent la guérison de 80 % des maladies rares du sang, comme les leucémies ou les lymphomes.



 

Mobiliser un maximum de donneurs dans toute la France


 

Rien qu’en 2017, près de 19 000 donneurs ont permis à des malades d’être greffés dans le monde. Pas encore assez pour l’Agence de la biomédecine, qui rappelle que la greffe “ne peut être envisagée que lorsque la compatibilité est parfaite entre le malade et le donneur”. En clair : le malade et le donneur doivent partager la même “histoire génétique”, liée notamment aux origines géographiques. Elle s’emploie donc à mobiliser partout en France, afin de diversifier au maximum les profils de donneurs – en moyenne, la probabilité pour un malade de trouver un donneur compatible en dehors de ses frères et soeurs est d’une chance sur un million – et d’augmenter les chances de greffes. Elle mise sur un film de sensibilisation, #UnBleu, qui sera relayé sur Facebook, Instagram et Youtube. Des versions segmentées du film seront également diffusées sur 300 écrans du métro et du RER parisien.


 

Combattre les idées reçues et unir tous les acteurs


 

Le don de moelle osseuse est freiné par une méconnaissance de ses conséquences, des craintes souvent injustifiées. “Non, le don de moelle osseuse n’est pas si douloureux (...), ni si contraignant”, insiste l’Agence de la biomédecine, qui rappelle que 75 % des dons se font par un prélèvement dans le sang, et s’accompagnent d’un simple bleu. Le Dr Évelyne Marry, directrice prélèvement greffes de cellules souches hématopoïétiques à l’Agence de la biomédecine, rappelle également dans un communiqué l’importance des échanges internationaux entre les différents registres : “aujourd’hui, ce sont plus de 31 millions de donneurs qui sont inscrits et mobilisables dans le monde. Ainsi, un donneur inscrit sur le registre en France pourra donner à un patient qui vit à proximité ou à des centaines, voire des milliers de kilomètres”.  

 

 

, , , ,