[CHIFFRE] Les trois quarts des Français ne croient pas en l’égalité des chances

[CHIFFRE] Les trois quarts des Français ne croient pas en l’égalité des chances
Les êtres humains naissent et demeurent libres et égaux en droit, certes, mais pas avec les mêmes chances. C’est en tout cas le ressenti d’une grande majorité de Français, ainsi que le révèlent les résultats d’un sondage OpinionWay pour la Fondation d’entreprise FDJ, réalisée auprès d’un échantillon de 1037 personnes du 20 au 26 septembre 2018. 75 % des sondés estiment que l’égalité des chances n’est pas ou “plutôt pas” une réalité en France. Le jeu est vu comme un facteur d’inclusion satisfaisant, mais pas assez exploité.


 

Une société française jugée inégalitaire

 

Seul 25 % des Français pensent que l’égalité des chances est une réalité dans l’Hexagone.

Pour les sondés, toutes les inégalités progressent depuis cinq ans, qu’elles soient économiques et sociales (62 %), liées à d’accès au logement (53 %), l’accès aux soins (52%) ou scolaires : 53 % des interrogés pensent notamment que le nombre de décrocheurs scolaires a augmenté, alors que les chiffres ont en réalité chuté. Même ambivalence autour du numérique, qui reste pour 80% des Français un espoir pour l’inclusion mais également une menace, puisque 74 % craignent qu’il ne devienne vecteur d’exclusion, un sentiment encore plus marqué chez les séniors (81 %).

 

Les Français bien intégrés dans une société perçue comme peu inclusive pour certains publics

 

C’est la bonne nouvelle de cette enquête : 90 % des Français s’estiment bien intégrés à la société française. En revanche, ils lui reprochent de ne pas intégrer de nombreux publics : les jeunes entrant sur le marché du travail (63 %), les personnes âgées (67 %), les personnes en situation de handicap (67 %) ou les personnes en situation de précarité économique (71 %). En tête des discriminations les plus identifiées par les Français, celles liées à l’origine sociale et à la couleur de peau arrivent en tête (48 %), suivies par le handicap (39 %) et l’âge (33 %). La Fondation d’entreprise FDJ, qui intervient désormais pour l’égalité des chances à travers l’éducation et “l’insertion par le jeu comme moyen d’apprentissage” –  une enveloppe de 18 millions d’euros sur 5 ans a été allouée à cette mission – consacre également un volet de son étude à la perception du jeu comme outil d’intégration. Plus de neuf personnes sur dix le voient comme un moyen d’apprentissage qui permet de gagner confiance en soi (86 %) et de s’intégrer (84 %). De fait, les Français aimeraient que l’outil soit davantage utilisé, aussi bien dans le cadre de l’éducation (57 % estiment qu’il n’est pas assez utilisé à l’école) qu’en maison de retraite (70 %) ou dans les hôpitaux (77 %).

 

 

, , , , , , ,