La SNCF et sa fondation s’engagent pour accompagner 1 000 réfugiés d’ici 2021

La SNCF et sa fondation s’engagent pour accompagner 1 000 réfugiés d’ici 2021
La SNCF et sa fondation lancent un programme d'1,3 million d'euros pour accompagner les réfugiés à s'intégrer grâce à l’action sur le terrain des associations mais aussi grâce aux compétences des salariés du groupe SNCF. Au programme : parrainages entre salariés et réfugiés pour favoriser l’intégration sociale et professionnelle, mise en place d’une cinquantaine de missions de bénévolat pour les réfugiés et cours intensifs de français à destination de 500 mineurs non accompagnés.


 

Comme l’explique Stéphane Volant, le secrétaire général de la SNCF depuis 2008 : « La SNCF a pris les mesures de sécurité qui s’imposaient pour protéger les migrants. Aujourd’hui, il faut aller plus loin et aider les réfugiés à s’intégrer ». La SNCF et sa fondation souhaitent ainsi lancer un programme pour accompagner 1 000 réfugiés d’ici 2021 avec l’appui de partenaires associatifs et de ses salariés.

 

Faire émerger des solutions pour l’intégration des réfugiés

 

Le programme prévoit ainsi une aide financière de 1,3 million d’euros et propose aux salariés SNCF d’accompagner les réfugiés dans leur intégration sociale et professionnelle. Ce programme est mis en place avec France terre d’asile, les Apprentis d’Auteuil, Singa et France bénévolat en collaboration avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés et la Délégation interministérielle à l’accueil et l’intégration des réfugiés. « Avec nos partenaires, nous allons faire émerger des solutions pour l’intégration des réfugiés », précise Patrick Jeantet, président directeur général SNCF Réseau et président de la Fondation SNCF.

 

Un travail en partenariat avec les associations

 

Dans le cadre de ce programme, des objectifs ont été définis avec chacune des associations partenaires. Dans le cadre de l’opération « Duos de demain », l’association France terre d’asile permettra de mettre en lien grâce au mécénat de compétences, un salarié SNCF appelé « parrain » avec un réfugié. « La Fondation SNCF a la conviction qu’une intégration réussie des réfugiés passe par le lien social et SNCF offre une opportunité aux salariés de les accompagner avec le mécénat de compétences », précise Marianne Eshet, déléguée générale de la fondation SNCF.

 

L’objectif ? Créer du lien social tout en permettant de renforcer l’apprentissage du français et de découvrir la culture de l’autre. Former 350 duos, telle est l’ambition de cette opération. Dans la même lignée, des programmes de parrainage seront proposés en partenariat avec l’association Singa. Deux dispositifs ; « #Buddy citoyen » et « #Buddy Pro » seront développés en formant des binômes réfugiés/salariés SNCF. Singa animera également dans 4 à 5 villes, des réunions de sensibilisation auprès des salariés du groupe SNCF sur l’asile en France et les programmes de parrainage proposés.

 

S’engager en tant que bénévole est également un facteur de réussite d’intégration. C’est pourquoi, France Bénévolat prévoit d’inviter les réfugiés à s’engager dans le monde associatif en devenant eux - mêmes bénévoles. Leur souhait ? Lancer une cinquantaine de missions de bénévolat avec les réfugiés.

Parmi les migrants en France, il y a des enfants arrivés seuls sur le territoire français ou par l’intermédiaire de passeurs. L’apprentissage du français est essentiel pour le futur de ces mineurs non accompagnés (MNA). Grâce à un partenariat avec Apprentis d’Auteuil, le programme prévoit de mettre en place des formations intensives pour l’apprentissage du français auprès de 500 MNA.


 

, , , , , ,