Les Verts voient rouge contre le Crédit Agricole, un mécénat controversé à Rouen

Les Verts voient rouge contre le Crédit Agricole, un mécénat controversé à Rouen
Le 17 novembre dernier, le groupe écologiste de la ville de Rouen a refusé de voter une délibération ayant pour objet de permettre au Crédit Agricole d'entamer des actions de partenariat pour le Réveillon Solidaire. Les réactions ne se sont pas fait attendre puisque cela a provoqué un véritable tollé de la part du directeur de l'établissement qui s'insurge contre la position des Verts lors du conseil municipal.


Le Crédit Agricole ne représentait pas à leurs yeux toutes les garanties d’éthique et de morale pour être associé à l’image de la ville. C'est cette raison qu'implore le groupe écologiste, mené par Jean-Michel Bérégovoy, pour expliquer sa position tranchée.

La banque est accusée par l'élu de placer de l'argent dans des paradis fiscaux via ses filiales afin d'éviter de payer ses impôts sur le territoire ainsi que de favoriser l'évasion fiscale de ses clients les plus fortunés.

Frédéric Thomas, directeur du Crédit Agricole Normandie-Seine, ne l'entend pas de cette oreille et se s'est trouvé particulièrement révolté et surpris par ses assignations. Une incompréhension pour la cible de l'attaque puisque que le Crédit Agricole a l'habitude de soutenir financièrement la ville de Rouen notamment en supportant des opérations caritatives comme la fête du ventre ou avec son aide régulière aux musée des Beaux Arts. Une réaction également incensé pour l'interrogé puisque le réveillon solidaire, dont il a été question lors du conseil municipal, est financé par le Crédit Agricole chaque année et cela depuis déjà quatre ans.

Quant aux accusations relatives à l'impôt et aux paradis fiscaux, le directeur de l'établissement bancaire rétorque en soulignant une mauvaise connaissance du dossier du parti adverse puisque c'est près de quatre milliards d'impôts en France qui seraient payés par le Crédit Agricole, une somme qui en ferait un des plus gros contribuables français. Une entreprise qui travaille évidemment à l’international mais qui respecte totalement la législation en vigueur clame Frédéric Thomas. Le mécénat normand sous haute tension !

, , , , , ,