Header logo

Le portail n°1 dédié à l'intérêt général

François Hollande et le service civique universel aux 20 ans d'Unis-Cité

François Hollande et le service civique universel aux 20 ans d'Unis-Cité
Lundi soir, dans la Grande Halle de la Villette, l'ambiance était survoltée. François Hollande et plusieurs ministres étaient attendus, et la sécurité aux alentours a atteint un niveau unique. Unis-Cité fêtait ses vingt ans en réunissant 2 000 jeunes. Le Service Civique célèbre la même semaine ses 5 ans. Dans une ambiance de meeting, de la fosse, nous avons assisté à l'allocution du Président de la République.


L'ambiance bon enfant des 20 ans d'Unis-Cité : une grande kermesse orange accueille François Holande

Dans l'ancienne « halle aux bœufs », des centaines de jeunes habillés en orange et noir grouillent, se mêlant à quelques rares un peu moins jeunes en costumes ou du moins, sans l'uniforme Unis-Cités. François Hollande arrive sous des tonnerres d'applaudissement en compagnie de Marie Trellu-Kane, cofondatrice et présidente de l'association . 2 000 jeunes, ça fait du bruit. Il y a des stands de nourriture, des boissons, des stands tatouages ou badmington. Des ballons. On se croirait à un concert, à une très grande kermesse. Ou à un meeting politique, justement.

Ce qui est fêté ce soir, ce sont les 20 ans d'Unis-Cité, l'association qui a inventé le Service Civique avant qu'il fasse son apparition sous de nombreuses formes jusqu'à sa structure actuelle, créée en 2010. C'est l'occasion pour le Président de la République, qui s'est invité à la dernière minute, dit-on, de faire une allocution sur l'engagement citoyen et tous les projets qui gravitent autour du Service Civique.

Après l'intervention de trois jeunes, il prend la parole. L'ambiance est bon enfant, et les jeunes d'Unis-Cité rient, blaguent. Quand on sait que François Hollande est plaisantin, on imagine qu'il a là le bon public, à la répartie vive et facile. Le Président commence "C'est chaud le Service Civique" [Il fait en plus très chaud]. La foule, goguenarde, approuve. Après avoir remercié les jeunes d'être "utiles à [leur] pays et à [eux]-mêmes", il attaque et commence à énumérer les faits : la disproportion entre les missions et le nombre de volontaires, la nécessité de plus de moyens.

 

Un Service civique étendu et disponible pour tous les jeunes qui le souhaitent

François Hollande réitère sa volonté de créer un service universel, qui ne sera pas obligatoire, le Service Civique étant "un engagement pas une corvée" mais la journée d'appel (dont François Hollande se demande à quoi elle sert, les jeunes riant, on imagine qu'ils se posent la même question) va être structurée pour servir de levier d'information au Service Civique. " Ce qui sera obligatoire c'est que l'État fournisse un Service Civique à tous ceux qui le veulent " avec un objectif de 250 000 jeunes d'ici 2016. Devant ces belles promesses, certains jeunes ont l'air songeur, mais le Président semble décidé à tout mettre en œuvre, y compris de grands moyens : " le service civique a un coût mais n'a pas de prix". Là encore, les jeunes semblent contents, même si certains trouvent le temps un peu long.

À l'annonce des domaines d'intervention touchés, certains s'interrogent, applaudissent ou sortent "fumer une clope " : 5 000 jeunes pour l'écologie, des missions de sécurité dans les gares et des missions pour "soigner les âmes" dans les hôpitaux... Des milliers de Services Civiques pour l'Euro 2016, les jeunes se réveillent. L'international est une question qui fait parler.  François Hollande tient à ce que tous les jeunes puissent connaître une expérience de volontariat à l'étranger ; il balaye l'obstacle de la langue : " si ils ne maîtrisent pas les langues, ils les apprendront et ils partiront ". Il annonce ensuite que c'est une structure qui doit se consolider et monter en  pusisance, et qu'il chargera l'ENA et les grandes écoles de cela. Les jeunes sont un peu stoïques. Certains se moquent. On demande combien d'énarques ont fait un Service Civique. Peu, sans doute.

Certains se dispersent mais ils sont interpellés lors de l'annonce d'une journée annuelle – le 10 mars – dédiée aux réceptions et cérémonies en l'honneur des jeunes du Service Civique, qui défileront le 14 juillet. Après un sincère "Je suis fier de vous", auquel les jeunes ont répondu malicieusement, le Président a évoqué quelques autres sujets avant de partir.

Ensuite, les partenaires sont allés signer conventions et engagements, et comme dans une grande fête populaire, les jeunes ont dansé, sont sortis prendre l'air, ont écouté un ancien rappé et surtout, ils se sont majoritairement assis en bande pour papoter, évoquant certainement des sujets bien moins graves... Ils ont beau jouer un rôle important dans la société actuelle, dans ce statut hybride qu'est le Service Civique, et intervenir sur des sujets d'intérêt général, ils sont avant tout des jeunes, à aider à grandir mais sur lesquels un service universel ne peut pas tout faire reposer.  

, , , ,