Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 28 janvier 2020 - 16:38 - Mise à jour le 29 janvier 2020 - 10:35
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Ces commerçants qui vous veulent du bien

Il n’y a pas que les grandes entreprises qui s’engagent pour un monde meilleur. Les petits commerces de proximité rivalisent aussi d’idées pour construire une société plus solidaire et responsable. La preuve en sept exemples. 

Crédit photo : CrazyD.

Leur impact est certes moindre que celui de grandes entreprises. Et pourtant, cela ne les empêche pas de s’engager auprès des plus démunis ou en faveur de l’environnement. Partout en France, de petits commerçants rivalisent d’originalité et de bonne volonté pour améliorer le quotidien de leurs concitoyens. Chez Carenews, nous aimons ces initiatives qui, à leur petite échelle, contribuent à rendre le monde plus juste et plus durable. Nous avons donc sélectionné sept de ces petits commerces, qui ont lancé des opérations originales et positives pour agir à leur niveau. 

Le boulanger au grand cœur 

Cédric Ergo est boulanger à Charly-sur-Marne, dans le département de l’Aisne. Et pour le début de l’année 2020, il a décidé d’organiser une belle opération à destination des enfants de pompiers décédés. Il s’est ainsi engagé à reverser l’intégralité des recettes provenant de ses ventes de galettes du 5 janvier à l’association l’Œuvre des pupilles, qui prend soin des orphelins des sapeurs-pompiers morts en intervention. Son initiative a été relayée par le maire et le curé de la commune de 2 600 habitants. En tout, il a récolté 1 000 euros, qu’il a ensuite remis à l’association au cours d’une petite cérémonie organisée au centre de secours de la ville.

Le coiffeur éco-responsable de Rouen

Installé sur la place de Saint-Marc à Rouen, François Rémi n’en pouvait plus de voir les passants jeter leurs mégots de cigarette dans la rue, dont certains finissent inévitablement dans la Seine, puis dans la mer. Alors il a eu une idée pour encourager les habitants à mieux prendre soin de leur ville et de leur environnement. Pour une bouteille remplie de mégots qu’un client lui rapporte, il offre une coupe gratuite (en référence au #FillTheBottle challenge, défi sur les réseaux sociaux incitant les internautes à ramasser des mégots et poster les photos de leurs récoltes sur le web). Il remet ensuite ces déchets à une jeune entreprise rouennaise, qui se charge de les transformer en isolant thermique. Et comme une bonne idée ne vient jamais seule, il a lancé une autre opération solidaire : la « coupe en attente ». Une fois leur carte de fidélité remplie, les clients ont la possibilité d’offrir une coupe à ceux qui n’ont d’habitude pas les moyens d’aller chez le coiffeur. 

Crédit photo : Rémi François
 

Le restaurateur de Provins 

À L’Essentiel, on accueille certes les clients qui ont les moyens de manger au restaurant, mais aussi ceux qui ne les ont pas. Depuis décembre dernier, Olivier Stenzer, le gérant du restaurant propose des soupes à un euro aux personnes seules ou dans le besoin. Selon La République de Seine-et-Marne, cette idée lui serait venue après avoir assisté aux dérives de consommation provoquées par le Black Friday. Une façon pour lui d’aider les plus fragiles à lutter contre l’exclusion et l’isolement, mais aussi à se tenir chaud en cette période hivernale. 

Le pressing de Perpignan 

Stéphane Ruel gère quatre pressings à Perpignan. Régulièrement, certains de ses clients - en moyenne 1 sur 10 000 - oublient de venir chercher vêtements et couvertures qu’ils lui confient. Alors plutôt que de les conserver inutilement dans son stock, il a décidé de les donner aux personnes sans domicile et en situation précaire, particulièrement vulnérables en période hivernale. La loi l’oblige toutefois à garder les affaires non réclamées par ses clients durant un an, auquel il ajoute une année supplémentaire par mesure de sécurité. En 2017, il avait ainsi pu distribuer 250 vêtements et couvertures aux sans-abri de Perpignan. 

La Conquête du pain à Montreuil 

Ouverte en 2010, la Conquête du pain est une boulangerie bio, coopérative et autogérée, dont le nom fait directement référence au livre du communiste libertaire, Pierre Kropotkine (1892). Autant dire qu’elle porte ses idéaux bien fièrement dans son nom. Mais au-delà de l’application des principes anarchistes, cette boulangerie pas comme les autres a lancé l’initiative « la baguette suspendue » pour aider les plus nécessiteux. Les clients paient ainsi deux baguettes, mais ne repartent qu’avec une seule. La seconde est placée dans un panier, à destination des personnes dans le besoin, qui pourront la réclamer gratuitement. Quant aux invendus, ils sont distribués chaque soir à des associations ou mis à disposition des plus démunis.

Crédit photo : La Conquête du pain.
                                                                                

La boulangerie zéro déchet 

Limiter ses déchets constitue une lutte quotidienne. Consciente de la difficulté de l’entreprise, une boulangerie de Granville, en Normandie, a décidé de soutenir les citoyens qui s’efforcent de supprimer emballages plastiques et papiers de leurs pratiques de consommation. Son astuce ? Chaque fois qu’un client achète un produit sans emballage, il reçoit un tampon sur sa carte de fidélité. Une fois les cases tamponnées, il a droit à une baguette ou à un croissant gratuit. Une idée à la fois gourmande et engagée qui encourage les acheteurs à être plus responsables. 

Le réseau du Carillon

L’association La Cloche, qui lutte contre l’exclusion, a lancé en 2015 le programme Le Carillon. Le principe : créer un réseau de commerçants solidaires proposant de petits gestes de solidarité aux personnes sans domicile. Chacun affiche sur sa vitrine un petit pictogramme signalant son appartenance au réseau et les services qu’il propose gratuitement. Ceux-ci peuvent aller de la recharge de téléphone à la proposition de produits dit « suspendus », soit payés par d’autres clients à destination des plus démunis. Pour l’heure, le Carillon est présent dans huit villes de France (Paris, Nantes, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Lille, Strasbourg).

 

Audrey Parvais 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer