Aller au contenu principal
Par Fondation Bouygues Telecom - Publié le 26 novembre 2020 - 16:52 - Mise à jour le 26 novembre 2020 - 17:46
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

#CeuxQuiFont : interview de Aurélie Garnier-Brun, responsable du développement de l’association En avant toute(s)

Bienvenue dans Ceux qui font, le podcast de Carenews qui valorise les actions des associations en première ligne pendant la crise sanitaire, économique et sociale que nous traversons. Ce podcast analyse leurs actions, l’impact qu’ont sur elles et leurs bénéficiaires la crise et les confinements. Nous les interrogeons enfin, et surtout, sur leurs besoins concrets. Car ceux qui font, c’est aussi vous, qui confinés ou non pouvez les aider de 1 000 manières. Aujourd’hui, nous échangeons avec Aurélie Garnier-Brun, la responsable du développement de l’association En avant toute(s) qui agit pour l'égalité des genres et la fin des violences faites aux femmes et aux personnes LGBTQI+ (les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles), notamment via un chat en ligne. Les violences ne cessent pas pendant le confinement, bien au contraire.

#CeuxQuiFont : interview de Aurélie Garnier-Brun, responsable du développement de l’association En avant toute(s)

 

En avant toute(s) a été créée en 2013 ; le projet a commencé par une vaste étude de terrain, qui a permis de constater, avec le soutien des associations franciliennes, que les structures destinées aux femmes et aux personnes LGBTQIA+ victimes de violences étaient trop peu nombreuses, ou surchargées. À cela s’est ajoutée la prévalence des violences chez les plus jeunes femmes, et leur isolement des structures existantes. 

L’association, recherchant d’autres modes de communication, plus adaptés aux usages actuels et à l’imaginaire de la jeune génération, a eu l’idée d’une plateforme de discussion digitale. C’est la naissance du site internet commentonsaime.fr, créé après avoir observé la manière dont les jeunes femmes et les personnes LGBTQIA+ utilisaient l’espace numérique pour trouver des informations et évoquer leur situation. 

Il s’agit du premier site sur les violences au sein du couple, pensé par des jeunes et pour des jeunes. L’expérience l’a montré : si les informations sont déjà sur internet, les jeunes femmes et les personnes LGBTQIA+ sont très peu nombreuses à consulter les sites existants. Elles appellent également peu les numéros de téléphone d’aide aux victimes. 

L’association mène en parallèle beaucoup d’activités de sensibilisation pour prévenir des violence au sein de collèges, lycées, mais aussi auprès des professionnels de la jeunesse ou encore au sein même des entreprises afin de sensibiliser le plus grand nombre.

Depuis le début de la crise sanitaire, avec les confinements, les violences se sont accentuées pour les personnes qui en vivaient, car souvent elles se retrouvaient enfermées avec leur agresseur toute la journée. 

« Pendant la crise sanitaire et lors de ces confinements, nous avons observé une complication aux accès des services d’accompagnement. De ce fait, notre chat en ligne s’est révélé être une solution particulièrement pertinente, car c’est une solution très discrète et anonyme. Nous avons souvent des personnes victimes qui se connectent au chat alors que le conjoint violent peut-être dans la même pièce à côté en train de regarder la télévision ou encore en train de dormir… », déclare Aurélie Garnier-Brun. 

Avec des demandes croissantes sur le chat, l’association a dû augmenter sa capacité de réponse pour pouvoir absorber les besoins d’accompagnement supplémentaires. L’association En avant toute(s) s’est cependant adaptée à la situation et a su réagir très vite en élargissant dès le mois d’avril les créneaux d’ouverture du chat afin de passer de cinq après-midi par semaine à une ouverture sept jours sur sept, onze heures par jour. 

En quadruplant son temps d’ouverture, l’association a vu une augmentation de la fréquentation sur le chat de 993 % et a dû embaucher des répondantes supplémentaires afin de faire face à cette recrudescence des demandes. Les personnes accompagnant les victimes via le chat sont des professionnelles formées et rémunérées. 

« Notre association se retrouve aujourd'hui à un moment particulier, car qui dit quadrupler les horaires d’ouverture de notre chat commentonsaime.fr, dit aussi quadrupler les dépenses pour que cette ouverture soit possible. Nous avons alors eu des gros enjeux de pérennité financière de l’association et avons dû réduire en août à six jours sur sept les créneaux d’ouverture du chat. »

Comment aider l’association En avant toute(s) ?

Pour pérenniser son modèle, maintenir ouvert le tchat Commentonsaime.fr et donc amplifier son impact, l’association En avant toute(s) a besoin de ressources financières. 

  • Vous pouvez faire un don sur enavanttoutes.fr dans le cadre de la grande campagne d’appel aux dons nationale du 23 novembre au 23 décembre. 
  • Dans une volonté de sensibiliser le plus grand nombre aux violences faites aux femmes et aux personnes LGBTQI+, l’association propose des formations destinées aux grand public. 
  • Enfin, si vous souhaitez vous former à l’égalité des genres et aux violences sexuelles et sexistes, apprendre à réagir face à des situations de violences, ou vous former à réagir au harcèlement dans l’espace public, c'est possible avec le programme Stand up ! contre le harcèlement de rue, inscrivez-vous sur le site de la Fondation des Femmes.
  • De nouveaux modules et ateliers pour le grand public seront bientôt disponibles, pour être tenu·e·s informé·e·s dès leur sortie, suivez l’association sur Instagram ou Facebook.

Vous souhaitez simplement en savoir plus ? Contactez l’association à l’adresse contact@enavanttouteslab.fr !

 


> Retrouvez En avant toute(s) sur FacebookTwitter et Instagram.


 

#CeuxQuiFont
Cet épisode est soutenu par un partenaire de l’association, la Fondation Bouygues Telecom, dont la mission est de favoriser l’engagement de tous.

 

Tous les épisodes :

 

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer