Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 12 février 2020 - 17:28 - Mise à jour le 12 février 2020 - 18:38
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Conférence nationale du handicap : un bilan nuancé pour les associations

Emmanuel Macron a annoncé ce 11 février une série de mesures à destination des personnes en situation de handicap lors de la Conférence nationale du handicap (CNH). Les associations ont salué un discours volontariste mais ont émis des réserves.

Crédit photo : Rawf8.

Symboliquement, la date était importante. Ce mardi 11 février, soit 15 ans après l’adoption de la loi Handicap de 2005, s’est tenue la cinquième Conférence nationale du handicap (CNH), durant laquelle Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures. Le jeudi précédent, le Collectif Handicaps nouvellement créé, qui réunit 47 associations, avait fait part de ses attentes dans un communiqué de presse. Il réclamait notamment des efforts sur la scolarisation des enfants handicapés, sur l’accès aux droits et à l’emploi des personnes handicapées ou encore des mesures pour renforcer leur accessibilité au sein des villes et dans les transports.

Au cours de la conférence, Emmanuel Macron a ainsi promis, entre autres mesures, l’embauche de 11 500 accompagnants pour lutter contre la déscolarisation des enfants d’ici 2022, et la création de 1 000 nouvelles places dans les établissements spécialisés. Un engagement a également été pris pour développer l’apprentissage des jeunes en situation de handicap, avec un objectif fixé à 10 000 apprentis en 2021. Un numéro téléphonique, le 360, sera mis en place afin de soutenir les familles et les accompagner dans leurs besoins de prise en charge. Les équipes qui traiteront les appels auront notamment pour mission de « trouver une solution d'accompagnement, éventuellement d'abord temporaire et jusqu'à la solution définitive », a indiqué le gouvernement.

Des annonces positives...

Du côté des associations, on salue la volonté politique du gouvernement de progresser sur certains sujets. Alain Rochon, président de l’APF France, s’est notamment réjoui dans une déclaration à l’AFP des clarifications apportées par Emmanuel Macron sur le devenir de l’Allocation aux adultes handicapés (AAH). Celle-ci ne sera en effet pas intégrée au futur Revenu universel d’activité (RUA), comme pouvaient le craindre les associations. 

Les acteurs associatifs ont salué des mesures positives, dont la simplification des démarches pour l’accès aux droits, mais alertent sur la nécessité de mettre en place des actions concrètes. Sur son compte Twitter, l’Uniopss a salué « la volonté du gouvernement de réduire les inégalités d’accès aux droits », tout en regrettant des annonces « trop timides pour la transformation de [la] société ».

[#COMMUNIQUÉ] Conférence nationale du handicap : l’Uniopss salue la volonté du gouvernement de réduire les inégalités d’accès aux droits, mais regrette des annonces timides pour la transformation de notre société ! CP complet▶️ https://t.co/6qfo7RDYBU pic.twitter.com/5daqYxsuag

— Uniopss (@Uniopss) February 12, 2020

De même, l’association Voir Ensemble souligne « un discours mobilisateur, entre fixations d’objectifs forts et de mesure concrètes », tout en indiquant rester très vigilante sur leur application.

… mais encore un manque de mesures 

Néanmoins, l’ensemble des associations a émis un certain nombre de critiques à la suite de la conférence. Elles déplorent notamment le manque de visibilité sur le financement des actions promises pour le gouvernement. APF France remarque, de son côté, qu’aucune mesure concrète n’a été annoncée pour faciliter l’accessibilité des personnes souffrant de handicap ni pour lutter contre les situations de pauvreté.

#CNH🚨Encore des manques importants : 👉Aucune mesure concrète pour l’#accessibilité. 👉La #pauvreté des personnes en situation de handicap a été mentionnée… sans mesure dédiée. 👉Les mesures concernant la PCH restent bien en deça des attentes. Notre CP➡️https://t.co/Emgb0mFqJ6 pic.twitter.com/RZrIkzI56J

— APF France handicap (@apfhandicap) February 11, 2020

De même, Luc Gateau, de l’Unapei, a jugé que les 1 000 places promises en établissement spécialisé étaient « notoirement insuffisantes ». L’Unafam s’est indigné de l’absence, au sein du débat, de la question du handicap psychique dont souffrent trois millions de personnes en France. 

Aucune mention du handicap psychique dans la #CNH2020. De quelle société inclusive parlons-nous ? 3 millions de personnes ont été exclues ce matin. C’est inacceptable @s_cluzel @emmanuelmacron #colere

— Unafam (@Unafam) February 11, 2020

Audrey Parvais

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer