Aller au contenu principal
Par Fondation Bouygues Telecom - Publié le 18 juin 2020 - 15:31 - Mise à jour le 18 juin 2020 - 15:40
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Consommer autrement : Bout’ à Bout’ maintient le développement de la filière de réemploi du verre

Les meilleurs systèmes sont souvent les plus simples. En Loire-Atlantique, l’association Bout’ à Bout’ remet au goût du jour – avec une dose d’innovation et de solidarité – le système de la consigne pour les bouteilles en verre. Après avoir mis temporairement ses activités à l’arrêt pendant le confinement, Bout’ à Bout’ redémarre et garde le cap de ses ambitions de développement. L’initiative a reçu le soutien de la Fondation Bouygues Telecom grâce au parrainage d’un collaborateur, Ivan Meyer, via l’appel à projets mené auprès des salariés engagés dans une association.

Mieux que le recyclage du verre, son réemploi (crédit: Kasia)

Les vertus d’un geste citoyen simple comme bonjour

Tout le monde sait que le recyclage du verre fait partie du tri sélectif. Mais on ignore souvent que recycler les bouteilles en verre est très énergivore. Cela demande une refonte du verre à 1600 degrés pendant 24 heures. Le calcul est simple : en comparaison, le réemploi des bouteilles après nettoyage fait économiser 75% d’énergie, 30% d’eau et évite 80% d’émissions de CO2 à l’échelle régionale*.

La consigne monétaire apparaît donc, ironie de l’histoire, comme la plus performante des solutions. On achète un produit contenu dans une bouteille en verre, on le paye moyennant un petit supplément pour la consigne, que l’on récupère au moment où l’on redépose la bouteille vide chez le marchand.

Et c’est le système que l’association Bout’ à Bout’ va prochainement mettre en place en Loire-Atlantique. Ivan Meyer, collaborateur Bouygues Telecom, a décidé de parrainer le projet auprès de la Fondation de son entreprise.

« Je suis d'une époque où il était naturel de rapporter ses bouteilles consignées à la supérette. Cette bonne pratique a été malheureusement abandonnée au profit du plastique. Lorsque j'ai rencontré Célie de l'association Bout' à Bout’, elle m'a raconté son aventure et sa bonne idée de remettre ce geste citoyen à l'honneur. J'ai été très étonné et admiratif qu'une petite association comme la sienne s'attaque à un chantier aussi colossal. Ce sont des initiatives comme celles-ci qui vont nous aider à sortir du tout plastique et du gaspillage. »

Pour Bout’ à Bout’, pas question d’avoir recours à une appli ou tout autre support de dématérialisation de la consigne. Il s’agit de l’externaliser pour en simplifier la gestion, mais de laisser aux points de vente leur rôle essentiel dans le circuit. Car retourner la bouteille en magasin est incitatif. Le taux de retour observé dans les pays du nord de l’Europe, où les bouteilles consignées sont physiquement retournées en points de vente, est proche de 100%.

* source : analyse du cycle de vie du Cabinet Deroche, validée par l’ADEME

Un circuit de proximité, qui redynamise le tissu économique local

55 distributeurs sont déjà partenaires de l’association en Loire-Atlantique. Pour eux, le fonctionnement sera le suivant. Le point de vente achète au départ auprès de la plateforme Bout’ à Bout’ un stock de médaillons « je suis consignée » afin de les apposer sur les bouteilles des producteurs engagés dans le réseau. Au moment du retour, le distributeur contrôle le médaillon, reprend la bouteille et rend la consigne au client. Ce faisant, c’est aussi tout un écosystème local qui retrouve un élan et un rôle économique à part entière.

Côté consommateur, le retour en magasin est simplement une bonne habitude à prendre. Bout’ à Bout’ y a néanmoins apporté une autre dimension citoyenne. En déposant ses bouteilles en verre, le consommateur a la possibilité de reverser le montant de sa caution à un projet solidaire au lieu de le récupérer.

Une expérimentation réussie et un changement d’échelle maintenu en 2020

La plateforme Bout’ à Bout’ est en plein développement. Un premier module de l’outil informatique, qui gère l’ensemble des flux de bouteilles, a été développé l’année dernière. Le module de gestion de la consigne monétaire est en cours, et sera suivi d’une phase de test avec une quinzaine de magasins.

Parallèlement, l’association a sollicité un cabinet d’avocats spécialisé en droit des affaires. Car le projet nécessite un accompagnement fiscal et juridique, que ce soit sur la faisabilité ou sur la gestion du système. Ces étapes, cruciales, ont été réalisées entre autres grâce au soutien de la Fondation Bouygues Telecom.

« Nous avons pu financer une partie de l’outil informatique et de l’accompagnement juridique, ce qui est précieux à cette phase du projet. Cela nous a aussi permis d’afficher le soutien de mécènes tels que la Fondation Bouygues Telecom, favorisant la crédibilité du projet », souligne Célie Couché, coordinatrice de l’association.

Le contexte post-Covid rend à l’heure actuelle la situation logistique très complexe, les partenaires de collecte étant bien souvent saturés. Une expérimentation pour le lancement de la filière bocaux, prévue en mars, a dû être décalée à l'été. Mais l’association maintient le cap vers le changement d’échelle initialement prévue cette année. Bout’ à Bout’ prévoit de déployer la consigne monétaire dans tout le réseau et d’y intégrer des producteurs d’ampleur industrielle ainsi que des grandes surfaces. L’association pourrait également internaliser le lavage industrielle des bouteilles, en se dotant prochainement d’un outil spécifique éco-performant.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer