Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 17 mars 2021 - 12:00 - Mise à jour le 17 mars 2021 - 12:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Hypra, sa bataille du « médiateur en inclusion numérique »

Créée en 2015 et à l’origine d’un PC à accès universel, Hypra veut aujourd’hui développer le nouveau métier de « médiateur en inclusion numérique ». Un combat de la startup qui vise à lutter contre une nouvelle forme d’exclusion.

Corentin Voiseux de Hypra. Crédits : Hypra
Corentin Voiseux de Hypra. Crédits : Hypra

 

Top 50 de l'entrepreneuriat à impact

Cet article est issu du Top 50 de l’entrepreneuriat à impact. Initié par Carenews, piloté par HAATCH et l'ESSEC et soutenu par BNP Paribas, ce classement dévoile les 50 structures (entreprises, associations, coopératives) les plus impactantes de 2020.

 

Découvrez le détail du Top 50 et ses lauréats dans le livre de 136 pages qui présente la méthodologie, les critères d'évaluation, les portraits, les chiffres, les analyses et dossiers de fond sur les réseaux de l'ESS ou la mesure d'impact.

 

 

L’histoire débute par une rencontre à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence : Corentin Voiseux rencontre Jean-Philippe Mengual de quelques années son aîné. Tous deux ont la notion du service public chevillée au corps et rêvent d’intégrer l’École Nationale d’Administration. Mais Jean-Philippe est aveugle de naissance. Ce n’est donc pas simple pour lui d’avoir accès à l’intégralité des ressources pédagogiques en ligne. Corentin lui lit à voix haute régulièrement des extraits de manuel. L’amitié se renforce. Finalement… aucun des deux ne fait l’ENA, mais ils poursuivent des études et entrent dans la vie active. Le duo se documente beaucoup et lit notamment Pascal Plantard, un anthropologue spécialiste des usages du numérique.

 

« Le numérique a un potentiel émancipateur absolument énorme »

 

Rapidement, la volonté de créer ensemble quelque chose autour de l’illectronisme – une sorte d’illettrisme numérique qui touche près de 17 % de la population française – prend le pas. « C’est l’un des grands enjeux sociaux et sociétaux du XXIe siècle », résume Corentin Voiseux. Il estime que le combat est crucial, car cette exclusion «  fait voler le pacte républicain en morceaux ». Pour le professionnel de 29 ans, « le numérique a un potentiel émancipateur absolument énorme pour les personnes vulnérables et au-delà ». 

En 2015, le duo crée la société Hypra  : Corentin prend la direction générale tandis que Jean-Philippe en devient le directeur technique. Les deux amis s’attaquent d’abord à la création d’un PC à « accès universel » offrant de précieuses fonctionnalités (zoom puissant, interface simplifiée…) pour des «  publics fragiles ». L’ambition est d’offrir à un prix compétitif - environ 2 000 euros - cet objet du quotidien qui ne soit pas « stigmatisant » par ses caractéristiques. Progressivement l’entreprise se structure, devient lauréate de la bourse French Tech de BPI France, et se fait remarquer. Ils élargissent aussi le spectre et proposent des ateliers d’inclusion numérique visant les personnes âgées. 

 

Bataille idéologique

Une nouvelle bataille s’engage désormais pour Hypra  : accélérer l’inclusion et la médiation numérique. La société se lance aujourd’hui dans le secteur prometteur de la formation et veut former à un nouveau métier de médiateur en inclusion numérique. La société a toutefois son exigence  : un parcours empreint de sciences humaines et sciences sociales contrairement à la vision de certains concurrents. Pour Corentin Voiseux, « une véritable bataille idéologique est en jeu ». Dans le viseur du directeur général figurent des « acteurs qui se sont positionnés dans le plan de relance du gouvernement qui viennent du monde de la tech et pensent qu’il faut plutôt envoyer des geeks ». 

Pour l’entrepreneur au débit de mitraillette, «  l’urgence de la “digital literacy” est telle dans ce pays que l’on voudrait créer cette profession comme un modèle itinérant, décentralisé, pour aller dans les écoles ». Hypra travaille aujourd’hui sur une plaquette pédagogique de 396 heures et aimerait s’associer au récent projet « Hubs de la réussite ». Créé en 2019, ce projet vise à permettre aux jeunes des territoires d’acquérir des compétences clés dans le numérique. Et quid de l’avenir et des financements  ? Corentin Voiseux reste optimiste. Le jeune professionnel estime toutefois que les subventions publiques vont diminuer dans les années à venir, ce qui devrait se traduire par une hausse des contributions personnelles des participants. Hypra qui devrait réaliser en 2020 un chiffre d’affaires de 350 000 euros aimerait atteindre 900 000 euros pour l’année qui vient et envisage parallèlement une levée de fonds pour assurer son développement. 

 

Pierre-Anthony Canovas

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer