Aller au contenu principal
Par Fondation OCIRP - Publié le 26 octobre 2020 - 11:12 - Mise à jour le 26 octobre 2020 - 11:23
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

OCIRP – un film pour témoigner sur la situation des orphelins à l’école

Être orphelin à l’école, cela signifie faire face au deuil de l’un ou de ses deux parents prématurément, au moment de l’enfance ou de l’adolescence. Une étape de la vie où tous les repères vacillent. Et chaque enfant vit cette perte de manière très différente. Un seul point commun : une grande fragilité d’un point de vue scolaire. La Fondation OCIRP est engagée depuis onze ans pour faire connaître et reconnaître la situation des jeunes orphelins en France. Elle mène en cette rentrée 2020 une vaste campagne de communication, dont la diffusion d’un film nourri de témoignages forts.

OCIRP – un film pour témoigner sur la situation des orphelins à l’école. Photo : capture d'écran

L’orphelinage, une réalité pour 610 000 jeunes de moins de 25 ans

Enfants et adolescents orphelins doivent résoudre une équation complexe : ils ne veulent rien montrer de leur deuil, et pourtant, ils ont un grand besoin d’aide dans leur scolarité. En perdant l’un de leurs parents, ou les deux, les orphelins basculent du côté de l’insécurité, de la culpabilité d’être différents des autres, et de l’incompréhension de ce qui leur est arrivé. Difficile de côtoyer au quotidien les autres élèves qui, eux, ont leurs parents.

Le confinement n’a d’ailleurs pas été simple pour eux. Durant cette période, les parents ont été sollicités pour être aux côtés de leurs enfants et assurer une continuité pédagogique. Mais comment vit-on cela lorsqu’on est orphelin ?

« La question du deuil a complètement émergé avec la crise sanitaire que nous vivons », explique Sylvie Pinquier Bahda, directrice générale déléguée à l'engagement social de l’OCIRP. « Et on ne peut pas ignorer que la pandémie laisse des enfants et des jeunes orphelins. » 

Selon l’étude IFOP publiée par la Fondation OCIRP, 77 % des élèves indiquent un impact négatif de l’orphelinage sur leur scolarité. 38 % estiment avoir des difficultés de concentration. 46 % des plus de 15 ans estiment que le décès a eu un impact sur leur orientation. Les enseignants ont donc un rôle-clé à jouer pour encourager et maintenir leur réussite scolaire. Mais le sujet est gênant, méconnu, encore trop peu abordé, alors que les professeurs sont les premiers à vouloir savoir comment mieux venir en aide à ces enfants en souffrance cachée.

C’est pourquoi la Fondation OCIRP publie, après plusieurs années de travaux et de recherche, les résultats d’une étude IFOP et un guide pratique, Être orphelin à l'école : mieux comprendre pour mieux accompagner. Elle met également en libre accès un film émouvant, riche en témoignages.

« Être orphelin à l’école » : un film pour sensibiliser et libérer la parole

Comprendre ce que signifie être orphelin, c’est avant tout écouter ceux qui le vivent. Des professeurs, des enfants, des adolescents, des adultes, des pédopsychiatres… tous prennent la parole pour parler de ce qu’ils voient, de ce qu’ils entendent ou du parcours qu’ils ont vécu.

Les enseignants qui témoignent ont d’ailleurs à cœur d’être mis à contribution et aiguillés pour venir en aide à ces enfants et ces adolescents dont on ignore bien souvent le deuil. Tout en gardant, comme l’indique une inspectrice d’Académie, la « juste présence ». L’orphelinage a des conséquences directes sur la vie intellectuelle et sur la manière dont sont faits les apprentissages. Mais il faut « aider sans être intrusif », et surtout sans stigmatiser.

Avoir la bonne attitude en tant que professeur s’apprend, et c’est tout l’enjeu de la vaste campagne de communication de l’OCIRP et de son guide pratique de l’OCIRP.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer