Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 17 décembre 2019 - 11:26 - Mise à jour le 17 décembre 2019 - 12:48
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[SOCIAL TECH] Trocr, l’appli pour revendre vos objets au profit d’associations

Chaque semaine, Carenews vous présente une initiative technologique actrice de changement. Aujourd’hui, nous vous parlons de l’application Trocr, un Bon Coin éco-responsable et solidaire. Les bénéfices des ventes sont reversés à des associations, et les vendeurs profitent d’une déduction d’impôt.

Crédit photo : Liderina.

L’idée de Trocr (qui se prononce Tro-cœur) est née en 2017 à Montpellier, comme l’a raconté son cofondateur et président Julien Roques à RCF.

« On était en train de regarder nos enfants jouer au handball avec un ami Franck Viadère et on s’est aperçu qu’il pouvait y avoir un lien entre la valeur que ces objets peuvent avoir et le besoin de financement de notre association sportive de handball. »

« Une sorte d’économie circulaire, solidaire et informelle »

Lancée fin 2018, l’application, gratuite, se situe entre Geev et Leboncoin. Elle propose de débarrasser les particuliers des objets dont ils ne se servent plus et de bénéficier d’une déduction d’impôt sur les sommes générées. Les acheteurs peuvent de leur côté trouver des objets à des prix compétitifs (un réfrigérateur quasi-neuf à 50 euros, une PS4 à 15 euros…), et voir leur argent reversé à l’une des 400 associations référencées sur Trocr.

Les Restos du Cœur, Sidaction, la Ligue contre le cancer, Habitat et Humanisme… Les vendeurs choisissent l’organisation à laquelle ils veulent attribuer le bénéfice de leur vente, mentionnée sur leur annonce, et qui perçoit l’intégralité de la somme sous forme de don. « On a créé une sorte d’économie circulaire, solidaire et informelle, dans une démarche éco-responsable », précise Julien Roques. 

10 000 utilisatrices et utilisateurs

Le seuil minimum des ventes est de quatre euros, et Trocr réduit automatiquement les tarifs de 10 % tous les sept jours si les objets ne trouvent pas preneur. Le modèle économique ? Une contribution est ponctionnée lors de l’achat, à partir d’un euro pour les objets vendus quatre euros, et jusqu’à un euro et 5 % du prix du produit pour les ventes supérieures à 50 euros. 

De toute évidence, la recette fonctionne : comme Julien Roques l’a rapporté au Parisien, depuis juillet, 10 000 personnes ont utilisé l’application, réalisant 2 000 ventes pour un montant moyen de 15 euros. La prochaine étape pour les entrepreneurs : un site, début 2020, pour compléter l’application disponible sur Google Play et l’App Store.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer