Aller au contenu principal
Par Société Générale - Publié le 21 novembre 2019 - 17:37 - Mise à jour le 26 novembre 2019 - 15:23
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Société Générale est partenaire de la Probono Factory : retour sur l’édition d’Aix-Marseille

Cet automne encore, Société Générale est partenaire de la Probono Factory, grand programme de l’association Pro Bono Lab mis en place pour promouvoir l’engagement par le partage de compétences au bénéfice de structures à finalité sociale. Organisée à Paris et Lyon en 2018, la Probono Factory se déploie cette année dans 5 villes de France, dont Marseille, l’occasion pour Société Générale de mobiliser des collaborateurs phocéens pour la première fois. Retour sur cette journée marathon organisée le 15 octobre sur le campus de l’EMD, Ecole de Management à Marseille.

Crédit photo : Pro Bono Lab

Une thématique fil rouge : le retour à l’emploi

La Probono Factory 2019 ne pouvait se faire sans l’implication de toutes les antennes de Pro Bono Lab. « Ce programme est l’incarnation de ce que Pro Bono Lab et le pro bono de manière générale peuvent apporter comme plus-value sur des enjeux à l’échelle territoriale », affirme Laurent Fialon, directeur Méditerranée. Pour la région Aix-Marseille, la thématique choisie cette année est la lutte contre le chômage, la région ayant un nombre de demandeurs d’emploi plus élevé que la moyenne nationale. « L’idée et l’enjeu, c’est à la fois d’accompagner les structures à finalité sociale qui œuvrent pour lever les freins à l’emploi sur le territoire, notamment par l’insertion par l’activité économique, mais aussi de mobiliser des demandeurs d’emplois, notamment des cadres accompagnés par l’APEC, notre partenaire technique, pour montrer que la compétence est effectivement partout », explique Laurent Fialon.

Un accompagnement global des structures à finalité sociale

Dix associations sont donc accompagnées par Pro Bono Lab dans le cadre de ce programme. Démarré au printemps 2019, ce parcours d’accompagnement s’organise en quatre temps. En juin, les lauréats ont participé à une journée inter-associative de partage de compétences. Un diagnostic de la part de Pro Bono Lab a permis ensuite de déterminer les contours de l’accompagnement, qui est lui-même divisé en deux étapes : une journée marathon pour créer le plan d’action puis une mission-suivi de deux mois pour sa mise en place en partenariat avec l’EMD. L’engagement pro bono des étudiants de l’école est inclus dans leur cursus à raison d’une demi-journée tous les 15 jours. 

Parmi les associations lauréates, on compte Massajobs, partenaire de la Fondation Société Générale. Installée à Marseille avec deux antennes au cœur de la cité des Lauriers et dans le quartier de la Belle de Mai, l’association accompagne les candidats dans leur parcours professionnel et les met en lien avec des entreprises locales qui recrutent. « L’idée de Massajobs, c’est de créer un lieu où l’on puisse devenir plus soi-même et réaliser ses rêves », décrit François Eygun, directeur de l’association. La structure s’est tournée vers l’accompagnement de Pro Bono Lab pour modéliser un pôle d’auto-financement autour de ses méthodologies d’accompagnement. Être lauréat de la Probono Factory et bénéficier du suivi proposé offre un apport en compétences structurant. « Les avantages pour nous étaient la qualité des compétences rassemblées et leur diversité », raconte François Eygun. 

Un événement créateur de liens à tous les niveaux

La journée marathon pro bono, événement phare du programme, s’est déroulée le 15 octobre et a mobilisé une centaine de personnes autour des lauréats. François Eygun de Massajobs a été marqué par « l'intérêt montré pour le projet Massajobs, l’énergie que les volontaires étaient prêts à déployer pour un projet loin de leur quotidien et qu’ils ne connaissaient pas. » Il se réjouit également de voir son partenariat avec la Fondation Société Générale renforcé par cette journée. L’envie de mobiliser des collaborateurs du groupe auprès de l’association n’ayant pu être concrétisée jusque-là.

Parmi les collaborateurs Société Générale qui ont expérimenté le pro bono pour la première fois ce jour-là, certains vivaient même leur toute première immersion dans le milieu associatif. C’est le cas d’Alexandre Voillot, qui travaille en gestion de patrimoine au sein de la banque. « J’ai découvert la place importante des entreprises dans leur rôle social et dans la société », indique-t-il. « Pouvoir donner un peu de mon temps pour accompagner une structure dans ce type d’événement m’a tout de suite extrêmement plu. » Un succès à renouveler.

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer