Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 28 septembre 2020 - 08:00 - Mise à jour le 28 septembre 2020 - 09:51
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Un réseau de cantines de quartier pour recréer du lien social

Comme chaque lundi, Carenews vous présente une initiative inspirante pour bien commencer la semaine. Aujourd’hui, découvrez les Petites Cantines, un réseau de cantines de quartier où chacun peut venir cuisiner et partager un repas convivial avec ses voisins. L’association, qui compte aujourd’hui cinq cantines, souhaite, entre autres, rompre l’isolement et créer du lien social.

Capture d'écran d'une photo Instagram des Petites Cantines.

 

C’est en 2016 que Diane Dupré la Tour, ancienne journaliste, et Étienne Thouvenot, ancien ingénieur chez Seb et spécialiste de l’innovation sociale, ont inauguré la première Petite Cantine à Vaise dans le IXe arrondissement de Lyon. Ouverte les midis et quelques soirs dans la semaine, cette cantine associative accueille une trentaine de convives qui se retrouvent ensemble pour partager un repas. L’originalité ? Il est possible de participer à la préparation des repas, sur inscription.

 « Une grande cuisine ouverte sur le quartier »

La Petite Cantine est un moyen de créer et de valoriser les liens de proximité en encourageant une véritable mixité générationnelle et sociale, comme l’a expliqué Diane Dupré la Tour au Monde : « On y fait des rencontres improbables : un architecte syrien converse avec une perruquière, un étudiant en droit avec une mère de famille venue avec ses enfants. » 

Pour que tout le monde puisse profiter de ce lieu de vie et de rencontre, les repas sont à prix libre. L’association tient également à promouvoir une alimentation saine et respectueuse de l’environnement. Comme l’a détaillé Étienne Thouvenot, elle privilégie « les productions locales, les circuits courts, l’agriculture biologique, la diminution des protéines animales, la collecte d’invendus bios et l’achat en vrac. » 

Cinq petites cantines en France et cinq autres en projet

Et le concept semble plaire puisque sur ses huit premiers mois d’activité, la structure prototype de Vaise a enregistré 3 000 adhérents dont 500 ont activement participé à la préparation des repas. Le modèle a ensuite pu être transposé dans d'autres villes. Pour ce faire, l'association-mère « les Petites Cantines réseau » a été créée, dans le but de fédérer et d’accompagner les futures structures. Quatre cantines ont déjà été ouvertes, une va être très prochainement inaugurée et cinq autres sont en projet. 

Au total, 35 000 repas conviviaux se sont tenus grâce à la participation de 2 200 convives en cuisine, et 14 emplois ont été créés depuis la création des premières Petites Cantines. Un rapport a été réalisé par l’association lyonnaise entre novembre 2018 et janvier 2019 afin de mesurer leur impact. Il a notamment révélé que 78 % des personnes interrogées ont développé un sentiment d’appartenance à la communauté. Preuve que les Petites Cantines ne sont pas qu’un restaurant.  

Un modèle économique innovant

« Les Petites Cantines réseau » est un réseau à but non lucratif destiné à s'étendre sur le territoire. Chaque cantine est toutefois indépendante et tenue par deux « maître·esse·s de maison » qui ont pour rôle de coordonner et gérer la logistique comme la préparation des menus ou le respect des normes sanitaires et d’hygiène. 

Pour créer une Petite Cantine, l’association s’appuie sur des mécènes ou des grands partenaires tels que AG2R La Mondiale, l’incubateur social Ronalpia, Grand Lyon Métropole ou encore la Fondation Petits Frères des Pauvres, qui prennent en charge les investissements (l’équipement, la location ou le prêt du local, les travaux de rénovation, etc.). Avec un chiffre d’affaires d’environ 100 000 euros par cantine, dont 90 % vient de la contribution des convives, chacune d’elle se rapproche de l’autonomie financière.

Le prix d’un repas est en effet estimé à 12,50 euros. Avec, en moyenne, 45 % des convives qui paient entre neuf et dix euros, et 10 % qui ne peuvent pas se permettre de payer plus de quatre euros, les Petites Cantines atteignent l’équilibre grâce aux 6 % des convives qui laissent plus de 15 euros. L’association espère ouvrir une vingtaine de Petites Cantines d’ici à 2022 et ainsi générer 50 emplois, comme l’a indiqué l’association dans Lyon Capital.

Lisa Domergue 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer