Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 15 septembre 2020 - 12:00 - Mise à jour le 15 septembre 2020 - 12:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

8 pépites associatives en Pays de la Loire

Dans cette série d’articles, Carenews vous emmène à la découverte d’associations émergentes dans les territoires. Aujourd’hui, direction les Pays de la Loire, deuxième région française en matière d’emplois ESS dans l’emploi total.

Crédit photo : saiko3p.

Pour « réapprendre à faire société ensemble », quatre trentenaires ont fondé l’association La Cocotte Solidaire au cœur de Nantes. Dans ce restaurant participatif ouvert en 2019,  chacun·e, peut venir cuisiner le matin, moyennant une adhésion à prix libre. Le déjeuner est également accessible à un tarif libre, et les volontaires sont ensuite invité·e·s à faire la vaisselle. « Nous voulons proposer une alimentation saine et gourmande, si possible bio et évitant le gaspillage. Nous voulions aussi porter un projet fort en valeurs, lutter contre l’isolement », ont détaillé les fondatrices auprès de Ouest-France. Car la Cocotte Solidaire propose également un jardin participatif, un lombricomposteur et un composteur destinés à la cantine solidaire ainsi qu’aux habitant·e·s du quartier. L'association organise par ailleurs des cours de yoga et autres ateliers culturels et sportifs, tout en se positionnant comme « un lieu de partage et d'échanges avec des acteurs de la vie nantaise »

 

Le LABSPORT a été créé il y a quatre ans à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) pour « sensibiliser les particuliers, les professionnels de la santé et les entreprises aux enjeux de l’activité physique en tant que vecteur de santé et de longévité ». Depuis juin, l’association propose, dans sa salle de sport, une offre d'activité physique adaptée (APA) destinée aux personnes malades, en situation de handicap, vieillissantes ou en reprise d'activité physique. Des professionnels de la santé et du sport y établissent un bilan d’activité physique et un programme de huit semaines de retour au sport. L’objectif : servir « de tremplin » vers l’une des associations sportives partenaires de LABSPORT, comme Mathieu Failler, l’un des chargés du projet, l’a expliqué à Actu.fr. Labellisé Maison Sport Santé par le ministère de la Santé en janvier 2020, l’association dispose également d’un camion, le LABSPORT MOBILE, avec lequel elle sensibilise les habitants des quartiers prioritaires de la ville aux bienfaits d'une activité physique régulière. L’étape suivante sera, pour Mathieu Failler, d’ouvrir une « salle de sport pour tous » mélangeant tous les publics.  

Créer une ferme de réinsertion pour des hommes sous main de justice en fin de peine, c’est le projet de l’association Sources d’envol. Créée en 2018 par Laura Hurel, elle est soutenue par le mouvement Emmaüs, dont fait partie la ferme de Moyembrie qui existe sur ce modèle depuis près de 20 ans. Installé à Pontchâteau (Loire-Atlantique) sur 1,5 hectare, il s’agira d’un lieu agro-écologique respectueux de la nature avec une culture maraîchère biologique. L’objectif : accueillir une dizaine d’hommes sur une période de six à 12 mois avant leur levée d'écrou, en aménagement de peine, pour leur proposer « un sas de réadaptation et de reconstruction avant la liberté ». La ferme fonctionnera avec un hébergement sur place et une activité de maraîchage, qui devraient tous deux commencer début 2021.

 

En plein centre-ville de Nantes a ouvert il y a un an la Galerie du Zéro déchet grâce à l’association du même nom. Ouvert à tous les publics, des classes aux particuliers ou entreprises, le lieu a été conçu comme une maison-témoin du zéro déchet. 

Dans ce tiers-lieu d’expérimentation et de sensibilisation à la réduction des déchets et l’économie circulaire sont organisés, tout au long de l’année, des conférences, des échanges et des ateliers allant de « Comment avoir un impact positif dans son activité professionnel » à « Donner une deuxième vie à vos bijoux ». 

 

En 2017, inspiré par les films Demain et En Quête de Sens, Frédéric David a l’idée de « mettre en lumière les initiatives, projets et solutions qui construisent le monde de demain, plus respectueux de l'homme et la Terre » à l’échelle locale. Basé à la Gaubretière (Vendée), le média associatif Demain-Vendée se compose aujourd’hui d’un site nourri d’articles, de podcasts et de vidéos ainsi que d’un journal papier trimestriel. Et met en lumière les acteurs·trices et solutions de la transition sociale, écologique et sociétale avec ses contenus éditoriaux, une carte et un agenda recensant les initiatives locales. 

 

Le crédo de 7BelleFamille ? « Pour le vivre-ensemble, il n'y a pas d'âge. » Depuis trois ans, l’association sarthoise travaille à proposer un habitat partagé pour seniors afin de « rompre l'isolement social des retraités isolés autonomes en milieu rural » en palliant « un manquement dans les maillons du vieillissement », a expliqué Eve Chalopin, la présidente de 7BelleFamille, à France Bleu

Début 2021, six personnes âgées autonomes emménageront dans la grande maison achetée à Bonnetable par un investisseur privé. Chaque locataire disposera de son espace privatif de 45 mètres carré (pour des loyers mensuels allant de 450 à 760 euros), avec des sanitaires et une kitchenette, et tou·te·s pourront se retrouver dans les espaces communs intérieurs et extérieurs. « Les habitants seront adhérents de 7Bellefamille et nous les accompagnerons s’ils rencontrent un souci mais nous voulons vraiment qu’ils s’approprient leur maison. Nous organiserons un conseil de locataires une fois par mois. Et proposerons aux seniors de venir animer les temps d’échange que nous mettons en place au centre social aussi », a précisé Eve Chalopin à Actu.fr.

 

À Saint-Hilaire-de-Clisson, dans le Vignoble de Nantes, une jeune association, créée il y a tout juste un an, propose de réparer les appareils électriques défectueux et de collecter pour les revaloriser ceux qui ne peuvent plus être sauvés ainsi que les pièces détachées trop abîmées. « L’objectif est de faciliter la vie des habitants qui ne savent pas où faire réparer leur appareil en panne, et d’augmenter le réemploi des appareils déposés en recycleries, via une mise en relation qualifiée avec des réparateurs dont le nombre diminue tous les ans », a expliqué Eric Rayer, informaticien à La Poste à l’origine de Mon Repair’Shop, à Pépites Magazine. Les appareils réparés sont garantis trois mois. Le concept plaît : au déconfinement, lorsqu’il a proposé ses services, plus de trois tonnes de matériel ont été collectées. De quoi nourrir les ambitions d’Eric Rayer, qui souhaite développer un réseau de boutiques-ateliers sur le même modèle au-delà de la région nantaise. 

 

Il y a quelques jours, des adolescent·e·s souffrant de phobie scolaire ont pu commencer à bénéficier d’un accueil de jour pluridisciplinaire au Mans (Sarthe). Le projet associatif a été lancé par Solène Vigneron, correspondante en Sarthe d’un groupe d’entraide national sur la phobie scolaire, avec l’éducatrice spécialisée Magali Greffier. Il s’agit du quatrième accueil de ce type en France, après des ouvertures fructueuses à Marseille, Nantes et Rennes. L’association a choisi un logo de cheval dressé sur ses pattes arrière, « une référence à l’image du cheval qui se cabre devant l’obstacle, comme le jeune qui n’arrive plus à franchir les portes de son établissement, et qu’il ne sert à rien de forcer. Il doit être accompagné pour pouvoir un jour y retourner », a expliqué Solène Vigneron à Sweet FM. Quatre jours par semaine, les adolescent·e·s sont aidé·e·s sur le plan thérapeutique (psychologue…) comme pédagogique. Et l’association n’oublie pas leurs parents, à qui elle va proposer « un soutien à la parentalité et des réunions d'informations ».  

Mélissa Perraudeau 

dossier

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer