Aller au contenu principal
Par Le RAMEAU - Publié le 19 avril 2021 - 20:38 - Mise à jour le 20 avril 2021 - 12:26
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Jouer collectif : apprendre à hybrider les modèles !

Depuis octobre dernier, le programme (Re)Connaissance les modèles socio-économiques d’intérêt général nous invite à appréhender la diversité des modèles, mais aussi à savoir la valoriser. Face à la raréfaction des ressources et à l’accroissement exponentiel des fragilités, il nous faut hybrider les modèles. Facile à dire… mais moins dans la pratique !

Dans l’article Carenews « Agir ensemble : comment fixer le C.A.P. ? », Le RAMEAU s’est engagé à faire du mois d’avril celui du passage de la (Re)Connaissance à l’Action. La première semaine du mois a été consacrée à la Vision partagée des enjeux du « jouer collectif » … et surtout de sa nécessaire traduction opérationnelle (voir article Carenews « Jouer collectif : nous sommes prêts !). La semaine dernière a été l’occasion de mettre en valeur « l’équilibre de la maison ». Autrement dit, pour traduire la Vision en Action, comment s’assurer que cette dernière repose sur un modèle socio-économique pertinent et pérenne. Le « carnet de recherche du RAMEAU » (à suivre sur son blog) a permis d’en éclairer les différents prismes d’appréhension tout au long de la semaine dernière.

Petit « flash-back » sur les moyens d’apprendre à mieux piloter « l’équilibre de la maison ».

Se doter d’une grande ambition… et d’une stratégie des « petits pas »                                                                                        

« L’équilibre de la maison » repose sur 3 leviers complémentaires : les richesses humaines, les ressources financière… et les alliances stratégiques. Ce 3e « pilier » qui stabilise les modèles a longtemps été le « grand oublié » des réflexions limitant le débat aux seules dimensions « internes » : « les Hommes et la finance ». Pourtant, les liens d’une organisation avec son écosystème sont structurants, plus encore dans les périodes de difficultés. Ils permettent à la fois de rendre compte de la valeur, de sa proposition de valeur, d’optimiser sa chaîne de valeur… mais aussi de créer un actif immatériel essentiel à toute organisation : la Confiance. Même si elle peut sembler plus diffuse, la relation avec son écosystème n’a pas moins de valeur que celle de ses parties prenantes directes.

Les 3 leviers d’un modèle socio-économique

""-

 

Ce n’est donc pas un hasard si le « carnet de recherche » de lundi dernier a débuté avec les partenariats de pratiques responsables (cf. blog « Modèles socio-économiques : commençons par les achats responsables »). Il s’agissait en effet de (dé)montrer que le 3ème pilier des modèles est accessible à tous, et que chacun peut débuter son ouverture sur son écosystème avec de « petits pas » … même si c’est avec de grandes ambitions !

Outiller les démarches de transformation des modèles

La semaine dernière a aussi été l’occasion de mettre en débat « comment articuler Vision, Action et Gestion » lors du 7e webinaire du programme (Re)Connaissance des modèles socio-économiques d’intérêt général. Les présentations ont été passionnantes (à revoir en replay). Ce fut aussi l’occasion de lancer la formation sur les modèles socio-économiques AFF-Le RAMEAU, et le nouvel outil d’appropriation des innovations par la pratique : les Parcours A.D.O.C. Ces derniers sont une démarche pédagogique novatrice d’auto-formation à partir d’un autodiagnostic.

Les Parcours A.D.O.C.

""-

 

Depuis 7 ans, Le RAMEAU étudie les moyens de partager les enseignements de ses travaux de recherche. Il a progressivement mis en place la démarche M.E.D.O.C. pour diffuser les fruits des dynamiques apprenantes de co-construction. Pour piloter la transformation systémique que nous vivons, il est en effet nécessaire d’avoir des Méthodes issues des pratiques innovantes, des Exemples inspirants dans lesquels se (re)connaître, des Données pour comprendre comment se situer dans son écosystème, des Outils pour agir efficacement, et des Compétences pour pérenniser son Projet. Cette démarche a été progressivement co-construite pour éclairer les organisations publiques et privées sur les choix structurants qu’elles doivent faire non seulement pour accélérer les sorties de crises successives, mais plus structurellement encore pour réussir l’Agenda 2030 des Objectifs de Développement Durable (ODD).

Aujourd’hui, partager les enseignements de la pratique du « jouer collectif » est utile pour :

  • Voir les opportunités dans les plus grandes difficultés que nous traversons afin de (re)donner confiance dans l’Avenir, moteur indispensable de l’engagement,
  • Agir efficacement en s’appuyant sur les retours d’expérience de son écosystème, en acceptant de se « décentrer »,
  • Coopérer pour démultiplier les impacts de son action… et renforcer sa propre performance,
  • Coordonner les « différents mondes » (associations, entreprises, collectivités, acteurs académiques, services de l’Etat…) afin d’assurer la cohérence globale de la mobilisation de chacun,
  • Innover pour transformer ensemble notre écosystème commun avec comme priorité « l’équilibre de notre Maison commune », tel qu’il s’incarne dans l’Agenda 2030 du cadre commun des ODD,
  • Naître à nouveau en acceptant de changer nos schémas de pensées ; en prenant le risque de faire le « Pari de la Confiance » qui nous sort de la « dictature de la défiance » dans laquelle nous nous sommes progressivement enfermés depuis quelques décennies.

D’ici à ce que certains envisagent le « jouer collectif » comme un V.A.C.C.I.N. pour (ré)apprendre à « Faire société », et co-construire un XXIème siècle plus fraternel, équitable et durable… il n’y a qu’un pas !

 

Ré-Armer les Territoires pour une mobilisation de tous

C’est à partir de nos lieux de Vie, en proximité d’Action et d’Engagement, qu’il est possible de nous (ré)inventer. C’est en cela que les Territoires sont au cœur des Transformations à l’œuvre ; ils sont à la fois les lieux de confiance entre les acteurs et les espaces pertinents d’expérimentations d’actions collectives. Ils nous aident à comprendre (… enfin !) les risques de l’uniformisation. Le champenois que je suis viscéralement aime à rappeler qu’un Cep de Pinot Noir planté en Alsace, en Bourgogne, et en Champagne produit 3 très grands vins… mais qui n’ont rien à voir ! Le Projet seul ne suffit pas à déterminer la solution, son implantation locale est la condition de sa réussite. Il nous faut prendre soin de nos Territoires, et (ré)apprendre à les féconder en capacité d’alliances d’intérêt général.

« Ré-Armer les Territoires », c’est le thème du 3e volet du cycle « l’économie de l’alliance » de la Newsletter du RAMEAU qui a été publiée cette semaine. C’est aussi clairement une référence au discours de Politique Générale du Premier Ministre à son arrivée à Matignon. Il s’agit d’un changement de posture de l’Etat que la Ministre Jacqueline GOURAULT a rappelé lors de la 6e Rencontre des pionniers des alliances en Territoire en juillet dernier (à voir en replay). Elle l’a très symboliquement nommé « l’Etat Jardinier ». C’est un virage important ! Le « carnet de recherche » - rédigé suite à la 3ème session du Conseil de création de la Fondation des Territoires - livre les convictions de notre laboratoire de recherche empirique après 15 ans d’expérimentations de terrain (blog « Modèles socio-économiques : Ré-Armer les Territoires).

 

Alors, comment faire pour aller plus loin ?

Pour (ré)inventer son système de Gestion, il faut considérer les méthodes comme des démarches apprenantes, et non comme des processus figés.  Ce matin a débuté la semaine de valorisation de la diversité des méthodes issues de la pratique des « pionniers ». Elle est à suivre dans le carnet de recherche du RAMEAU à partir de son blog. Le 1er article de la semaine présente le concept pédagogique d’appropriation sur lequel travaille Le RAMEAU depuis 7 ans (blog « M. comme Méthodes »).

Le point d’orgue de cette semaine sera le 2e webinaire de l’ANPP « Comment élaborer son Projet de Territoire ? » le jeudi 22 avril, de 14h à 16h30.  Comme évoqué suite au 1er webinaire du 8 avril dernier, les Contrats de Relance et de Transition Ecologique (CRTE) peuvent être de formidables leviers pour accompagner le « jouer collectif » au sein des Territoires… si le Projet guide le contrat… et non l’inverse !

Charles-Benoît HEIDSIECK, Président-Fondateur du RAMEAU

Fermer
Fermer