Aller au contenu principal
Par Fondation Transdev - Publié le 19 janvier 2021 - 09:51 - Mise à jour le 19 janvier 2021 - 10:02
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

En pleine crise sanitaire, la Vélostation Paris Vallée de la Marne prouve son utilité sociale et environnementale

Portée depuis 2015 par la Maison Intercommunale de l’Insertion et de l’Emploi (M2IE), la Vélostation Paris Vallée de la Marne de Torcy est à la fois un chantier d’insertion et un outil d’éco-mobilité pour les habitants de Seine-et-Marne. Grâce à ses nombreux services - vente, location, réparation ou autoréparation de vélos, vélo-école et atelier recyclage - , la « petite reine de l’insertion », soutenue par la Fondation Transdev, a vu son activité exploser au premier déconfinement, prouvant ainsi son utilité sociale en période de crise sanitaire et environnementale.

Crédit photo : Grégoire Maisonneuve
Crédit photo : Grégoire Maisonneuve

11 mai 2020, premier jour du déconfinement. Après deux mois de fermeture, les salariés en insertion sont de retour à la Vélostation, située face à la gare de RER de Torcy (Seine-et-Marne). Ici encore plus qu’ailleurs, l’isolement engendré par le confinement a laissé des traces, et l’équipe est particulièrement heureuse de reprendre le travail. Derrière les portes de l’atelier, les habitants de Torcy sont venus en nombre pour la réouverture. « On ne s’attendait pas du tout à ça. La Vélostation a été assaillie de demandes, le couloir débordait de vélos pour des réparations. Quant à nos vélos reconditionnés, ils sont tous partis en un jour », raconte Logi-Serge Kinhouande.

Crédit photo : Grégoire Maisonneuve
Crédit photo : Grégoire Maisonneuve

 

L’adjoint de direction de la Maison Intercommunale d’Insertion et d’Emploi (M2IE), également responsable du développement de la Vélostation,  se souvient avec fierté de l’attitude de son équipe face à l’afflux de citadins désireux de passer au vélo en période de pandémie. « Cette suractivité a été un peu brutale pour les employés : les techniciens transpiraient, enchaînaient les commandes, mais ils n’étaient plus en isolement et ils sentaient qu’on avait besoin d’eux. Ce challenge était très stimulant, ils ont tous mis les bouchées doubles et ont travaillé sans compter. » Avec plus de 80 appels par jour, les salariés en insertion de la Vélostation ont abattu en une semaine le travail d’un mois.

 

Crédit photo : Grégoire Maisonneuve
Crédit photo : Grégoire Maisonneuve

Logi-Serge Kinhouande et ses équipes ne s’attendaient pas un tel engouement généralisé pour le vélo, mais l’ont toujours espéré. Depuis sa création en 2015, la Vélostation s’est donné pour objectif de  sensibiliser et d’accompagner les habitants de Seine-et-Marne vers l’éco-mobilité. La structure a été mise en place par la Maison Intercommunale de l’Insertion et de l’Emploi (M2IE) située à Torcy, afin d’encourager la pratique du vélo, moyen de déplacement écologique et peu onéreux. La M2IE est une association de l’économie sociale et solidaire née en 2014 pour accompagner tous les habitants de la communauté d’agglomération Vallée de la Marne qui s’inscrivent dans une dynamique d’insertion professionnelle. Elle se compose de plusieurs pôles : formation, accompagnement vers l’emploi, insertion par l’activité économique (chantiers d’insertion, notamment autour de la Vélostation), service intercommunal emploi.

En cinq ans, la Vélostation a bien grandi, comme le rappelle son responsable du développement. « On est passé de la réparation à l’autoréparation, à la mise en place d’une vélo-école, à une optique de réduction des déchets vélo, c’est-à-dire comment donner une seconde vie au vélo, le transformer en d’autres objets. On sensibilise nos salariés à l’économie circulaire afin qu’ils apprennent et transmettent à leur tour », se félicite Logi-Serge Kinhouande. Outre son impact positif en faveur de la préservation de l’environnement, la Vélostation est également un chantier d’insertion, un lieu pour reprendre en main sa vie personnelle et professionnelle.  « Nous employons des personnes qui ont eu une rupture dans leur parcours de vie, poursuit le responsable du développement : chômage, divorce, addiction, burn out. Toutes viennent finir leur reconstruction sur le chantier d’insertion, épaulées par l’équipe d’encadrants. Elles réapprennent à se lever le matin, à respecter horaires de travail, des process et elles se forment. »

Crédit photo : Grégoire Maisonneuve
Crédit photo : Grégoire Maisonneuve

Le confinement a été particulièrement difficile à vivre pour les travailleurs de l’association, qui n’ont pas hésité à se porter volontaires pour différentes missions pendant le confinement. L’équipe a notamment été sollicitée pour faire du marquage afin de préparer la signalétique liée à la distanciation sociale dans les transports publics. « Les premiers à dire oui étaient les travailleurs en insertion », souligne le responsable du développement. Les salariés ont également mis des vélos à disposition de plusieurs soignants afin qu’ils puissent se rendre à l’hôpital en toute sécurité. « On voulait être utiles à la société. Les techniciens ont travaillé d’arrache-pied pour honorer toutes les demandes. Là où il y a du malheur et du désordre, il peut aussi y avoir du positif. Le covid c’est une vraie leçon : c’est aussi des femmes et des hommes qui veulent transformer le quotidien en bien », estime Logi-Serge.

Optimiste, Logi-Serge Kinhouande a des projets pour poursuivre le développement de la structure d’insertion : développer la spécialisation sur le vélo à assistance électrique afin de faire monter en compétences les techniciens, mais aussi essaimer d’autres stations en  Seine-et-Marne pour exister partout dans le département. Une nouvelle antenne sera d’ailleurs bientôt inaugurée sur le campus Descartes avec une offre de service adaptée au budget des étudiants. « Plus on va essaimer, plus on pourra former des personnes éloignées de l’emploi, rappelle-t-il. Si nous avons le soutien de partenaires qui croient en nous, comme la Fondation Transdev, il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas. »

Fermer
Fermer