Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 10 juillet 2020 - 09:00 - Mise à jour le 10 juillet 2020 - 09:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Baromètre de l’entrepreneuriat social 2020 : la notoriété du secteur en berne

Comment est perçu l’entrepreneuriat social par le grand public ? Comment le secteur a-t-il vécu l’arrivée du Covid-19 ? Nous avons découvert en exclusivité les résultats du sondage OpinionWay 2020 sur la perception de l’entrepreneuriat social en France et sur les enjeux posés par la crise sanitaire au secteur.

L'association Convergences vient de révéler les résultats de son baromètre de l'entrepreneuriat social. | Crédits illustration : AlisaRut.

Depuis 2011, la « plateforme de réflexion, de mobilisation et de plaidoyer » Convergences publie un baromètre de l’entrepreneuriat social. Celui-ci est réalisé en partenariat avec Ashoka, l'Avise, BNP Paribas, le Mouves, OpinionWay et Orange. Pour donner le pouls du secteur, un sondage est mené auprès d’un échantillon représentatif de la population française ainsi que d’un groupe d’entrepreneur·e·s sociaux. Préfacé cette année par Christophe Itier, Haut-commissaire à l’ESS et à l’innovation sociale, le baromètre 2020 a été mis en ligne ce jeudi en fin de journée. Côté méthodologie, le sondage a été mené au mois de juin auprès d’un échantillon de 1 056 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, ainsi que de 87 entrepreneur·e·s sociaux. Quelles en sont les principales conclusions ?

La notoriété de l’ESS en forte baisse

Cette année, une baisse substantielle de notoriété de l’économie sociale et solidaire a été observée : seules 47 % des personnes interrogées ont déclaré avoir déjà entendu parler de l’économie sociale et solidaire, contre 68 % en octobre 2018. De même, seul un quart des sondé·e·s est familier avec le terme « entrepreneuriat social ». Il s’agit du plus bas niveau enregistré depuis 2012.

Selon Clotilde Combe, directrice adjointe du département Opinion & Politique chez OpinionWay, deux causes principales peuvent expliquer cette baisse de notoriété. La crise sanitaire tout d’abord, qui a bouleversé les priorités des sujets traités par les médias, possiblement au détriment de l’économie sociale et solidaire. De même, la multiplication des concepts en lien avec l’ESS pourrait être un autre facteur expliquant en partie ce recul, en créant une difficulté à se repérer dans les terminologies existantes. Comme l’explique Bérengère Daviaud, chargée de mission chez l’Avise, « des termes tels que “entreprises engagées”, “entrepreneuriat à impact”, “entreprises à mission” sont de plus en plus utilisés et diluent possiblement les concepts d’ESS et d’entrepreneuriat social ».

La perception de l’utilité de l’ESS reste intacte

Malgré tout, l’optimisme du secteur reste de mise. Du côté des 87 entrepreneur·e·s sociaux interrogé·e·s, la conviction qu’ils et elles sont les acteurs les plus efficaces pour répondre aux problèmes sociaux et environnementaux reste bien présente (67 %, soit une hausse de neuf points depuis octobre 2018). Il faut également noter que l’attractivité de l’économie sociale et solidaire se maintient globalement auprès du grand public. Si on constate une baisse de l’attirance pour les actions bénévoles au sein du secteur (avec une baisse de neuf points depuis octobre 2018, de 45 % à 36 %), l'attractivité de l’ESS reste très élevée auprès des 18-24 ans. Pour Clotilde Combe, il s’agit d’un secteur qui répond bien aux attentes de la jeunesse, et notamment de leur recherche de sens, un critère très haut placé dans l’attente des étudiant·e· et des personnes entrant sur le marché du travail.

Des perspectives de développement optimistes

Malgré la baisse de notoriété du secteur, due à des effets de contextes exceptionnels, une dynamique positive est donc bien en place : 61 % des 87 entrepreneur·e·s sociaux interrogé·e·s considèrent que la crise du Covid-19 représente une opportunité pour le développement de l’entrepreneuriat social. Seul·e·s 5 % considèrent que la crise sanitaire représente une menace pour le secteur. À tel point que 83 % des entrepreneur·e·s sociaux ayant participé à l’enquête envisagent de recruter dans l’année à venir, contre 69 % en octobre 2018. Pour compléter son analyse, l’association Convergences prévoit la publication prochaine d’un baromètre des solutions durables, axé sur les dix-sept objectifs de développement durable des Nations unies, ainsi que d’une publication sur la finance à impact, à paraître en fin d’année. Quant au Forum Mondial Convergences, il est reporté à 2021.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer