Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 28 octobre 2020 - 08:00 - Mise à jour le 28 octobre 2020 - 08:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Couvre-feu : une étudiante marque les esprits avec une campagne fictive pour la Fondation Abbé Pierre

Étudiante en publicité et en communication à Paris, Eden Bouaziz a tout de suite pensé aux personnes sans-abri à l’annonce des couvre-feux concernant désormais 54 départements. Elle a créé une campagne fictive pour la Fondation Abbé Pierre afin de sensibiliser au fait qu’« à 21h, tout le monde ne rentre pas à la maison ».

Crédit photo : Eden Bouaziz/Facebook.

Le 14 octobre dernier, Emmanuel Macron annonçait la mise en place de couvre-feux de 21 heures à 6 heures du matin en Île-de-France ainsi que dans les villes de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne. Une mesure désormais en vigueur dans 54 départements. 

Sur sa page Facebook, Eden Bouaziz, étudiante en publicité et en communication à Paris, s’est indignée : 

« À la suite de l’annonce des nouvelles restrictions et du couvre-feu à 21h, une pensée m’est immédiatement venue à l’esprit. S’il faut être rentré à la maison à 21h, comment font ceux qui n’en ont pas ? »

L’étudiante a décidé de créer une campagne print fictive pour la Fondation Abbé Pierre, principalement engagée dans l’accès au logement pour les plus démunis. Son objectif ? Élaborer « une campagne choc, qui rappelle la nécessité d’être solidaire en cette période compliquée ». Depuis, la campagne est devenue un véritable phénomène dans le milieu de l’engagement. Elle a été reprise sur les réseaux sociaux et partagée de nombreuses fois. 

Cette campagne se compose de trois photographies d’homme sans-abri dormant dans la rue à 21h01, avec les mots suivants : « À 21h, tout le monde ne rentre pas à la maison. » Des visuels réussis dont s’est félicité la Fondation Abbé Pierre sur Twitter, où elle a adressé un message de remerciement à Eden Bouaziz « pour cette campagne fictive en parfaite adéquation avec le message que porte la fondation ». Avant de saluer : « Les jeunes se mobilisent un peu partout sur le territoire depuis le début de cette crise sanitaire pour les personnes les plus fragiles... Ensemble, agissons ! »

Cette mobilisation va de soi pour l’étudiante en publicité et en communication, qui a précisé :

« En tant que future conceptrice-rédactrice, j’estime qu’une campagne réussie est une campagne qui fait prendre conscience, qui aide à bouger les choses et à changer les comportements. »

La rédaction 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer