Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 5 novembre 2020 - 16:00 - Mise à jour le 5 novembre 2020 - 16:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Fondations actionnaires, direction de l’engagement de M6, échec de la Loi Alimentation... La revue de presse du 5 novembre

Que fallait-il retenir de l'actualité de l'engagement cette semaine ? Voici les articles que la rédaction de Carenews a sélectionnés pour vous.

Crédit photo : Tuncay Gündogdu.

Dans une interview avec Décideurs Magazine, Virginie Seghers, la présidente du centre de recherche et cabinet de conseil en stratégie Prophil, revient sur les propositions du rapport parlementaire « La philanthropie à la française » remis en juin dernier.

« Qu’il s’agisse de développer le mécénat transnational des entreprises par exemple, qui est aujourd’hui particulièrement complexe, d’y regarder de plus près sur la façon dont les fondations placent leurs actifs financiers ou enfin de permettre le développement des fondations actionnaires en France – dont Sarah El-Haïry appelait de ses vœux l’essor en clôture d’un bel événement que nous avions dédié aux pionniers français –, rien ne transparaît d’audacieux dans le rapport qui y fait à peine allusion. »

 

Le groupe M6 a annoncé la création d’une direction de l’engagement, « afin d’incarner, de piloter et de mieux coordonner sa politique RSE », cite CB News. C’est Isabelle Verrecchia, qui était jusqu’alors la déléguée générale de la Fondation M6, qui a été nommée, à compter du 1er novembre 2020, directrice de l’engagement du groupe M6. 

« Isabelle s’appuiera sur Emmanuelle Tanneau, qui est nommée déléguée générale adjointe de la Fondation M6. Elle prendra en charge la partie opérationnelle de l’ensemble des projets de la Fondation ; le pôle RSE avec le développement d’une stratégie RSE globale qui répondra aux enjeux économiques et sociétaux du groupe M6. »

 

La « loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et une alimentation saine et durable », issue des Etats généraux de l'alimentation (Egalim) et promulguée le 1er novembre 2018, est « un échec ». C’est le constat dressé par la Confédération paysanne, Greenpeace et UFC-Que Choisir dans un communiqué analysé par L’Info Durable. « Aucune des ambitions et bonnes intentions déclarées en grandes pompes ou sous forme législative n'ont été suivies d'effet », dénoncent notamment les signataires.

« Plus globalement, les organisations reprochent à l'exécutif "l'abandon des principales ambitions du quinquennat pour la transition écologique et sociale du système agroalimentaire" et lui demandent "de corriger le tir d'urgence". »

 

Placé en redressement judiciaire en septembre, le distributeur Bio C'Bon a finalement été acquis par Carrefour, rapporte Novethic. Un grand coup pour Carrefour, dont l’offre a été préférée à celles de Biocoop et de la famille Zouari (actionnaire de Picard). Son objectif : en faire son enseigne de « magasins bio, urbain, premium de moyen format ».

« Cette nouvelle acquisition, qui donne à Carrefour une avance considérable sur ses concurrents, confirme la place grandissante qu’occupe aujourd’hui la grande distribution dans le marché du bio, au détriment des enseignes historiques qui essayent, tant bien que mal, de résister. Naturalia, qui a été racheté il y a plus de dix ans par Monoprix (groupe Casino), en est un exemple concret. »

 

Tous les deux ans, le « Red Nose Day » (le jour du nez rouge) rassemble les célébrités britanniques en vue de collecter des fonds pour des actions humanitaires. Organisé par l’ONG britannique Comic Relief, le spectacle est diffusé sur la BBC. Pour le prochain téléthon, prévu le 19 mars 2021, les spectatrices et spectateurs ne devraient plus voir les traditionnels reportages dépeignant des vedettes sur les terrains d’intervention de l’ONG. En effet, rapporte franceinfo, en 2019, le député travailliste David Lammy en a épinglé l’image stéréotypée de l'Afrique. « Je veux que les Africains parlent pour eux-mêmes, pas que les stars britanniques agissent comme des guides touristiques », écrivait-il notamment.

« La directrice de Comic relief, Ruth Davidson, le reconnaît : "Les temps ont changé, les spectateurs ont changé, l'Afrique a changé. Il y avait une méthode pour obtenir des fonds, mais cela ne peut plus continuer. Ce qui entraîne une émotion ne peut pas être la pitié. Ca peut être la joie ou la colère, ça peut être une vision positive, un espoir." »

 

Ouest-France met en lumière une initiative allemande particulièrement intéressante. Une filiale du numéro deux allemand de la distribution alimentaire a ouvert début septembre un tout nouveau type de magasin devant permettre de sensibiliser ses clients à l’environnement. Il affiche deux prix pour ses produits : le prix réellement facturé et le prix indicatif englobant le coût environnemental lié à leur production. Les résultats, particulièrement pour la viande et les produits d’origine animale, sont sans appel.

« Nous devons arriver à rendre visibles les coûts de suivi de notre consommation, c’est le seul moyen pour le client de prendre une décision d’achat consciente », précise Stefan Magel, le directeur général de Rewe.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer