Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 15 juillet 2020 - 10:30 - Mise à jour le 17 juillet 2020 - 08:50
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

J’ai testé pour vous AlloMondo, le site de matching entre réfugiés et locaux de Singa

Pendant le confinement, l’association Singa n’a pas dérogé au besoin de se réinventer en dématérialisant certains de ses programmes. Ainsi, elle a créé AlloMondo, une plateforme qui propose une version numérique des « meet your buddy », des évènements où locaux et nouveaux arrivants peuvent se rencontrer. Ayant déjà assisté à une de ces réunions, j’ai voulu essayer sa version 2.0.

Crédit photo : Singa.

Considérer la migration comme une source d’enrichissement et non un problème. Telle est la vision de Singa. Un des programmes phares de l’association, créée en 2012, est « meet your buddy », un format d'évènements qui a pour but de créer du lien social entre les nouveaux arrivants et les locaux. « La seule différence entre un local et un nouvel arrivant, c’est le capital social. Si on n’a pas d’amis, on ne se sent jamais chez soi », constate David Robert, directeur général de Singa France. « Meet your buddy » est alors l’occasion de rencontrer un ou une pote avec qui nouer une relation amicale.

Lorsque je vivais à Lyon, je m’étais rendu à l’un de ces évènements. Là-bas, j’avais rencontré mes deux futurs « buddies » : Yonas et Yonas, deux nouveaux arrivants d’Érythrée. Jusqu’à ce que j'emménage à Paris, nous nous voyions régulièrement pour aller au cinéma, organiser un dîner pour Noël, déguster la galette des rois ou encore aller au musée. Quatre ans après notre première rencontre, nous continuons à nous voir lorsque je retourne  à Lyon.

Avec les mesures de confinement, les « meet your buddy » ne pouvaient plus avoir lieu. Singa a donc dû trouver une solution en ligne pour  créer du lien social. L’association a alors lancé sa nouvelle plateforme de matching entre nouveaux arrivants et locaux : AlloMondo. J’ai voulu tester cette nouvelle manière de rencontrer son futur buddy.

La seule différence entre un local et un nouvel arrivant, c’est le capital social. Si on n’a pas d’amis, on ne se sent jamais chez soi.

« Vous êtes matchés ! Enchantés »

L’inscription est très rapide. Sur la page dédiée, il suffit de cliquer sur « je veux discuter » et remplir un court questionnaire pour renseigner la ville où l’on habite, les langues que l’on parle et ses centres d’intérêts. L’objectif est de trouver des points communs avec son futur buddy.

Le lendemain, Ludovic De Guigné, coordinateur national d’AlloMondo, m’a envoyé un courriel avec Ahmed en copie. Tout a été pensé pour accompagner le nouvel arrivant et le local lors de cette première prise de contact. Après un tirage au sort, c’est Ahmed qui a été désigné pour me contacter en premier. En fin de journée, il m’envoie donc un SMS. Nous échangeons des banalités (et surtout nos Facebook !)  avant de convenir rapidement d’un rendez-vous téléphonique : c’est plus simple pour communiquer.

Toujours dans le but d’accompagner au mieux les deux personnes mises en relation, Singa a créé un questionnaire ludique pour appréhender plus facilement la première discussion. « S’il y avait une chose positive dans ce confinement, ça serait quoi pour toi ? », « Quel serait ton métier de rêve ? »… Avec Ahmed, nous n’avons pas suivi ce questionnaire. La discussion s’est très vite installée. Nous faisons connaissance : « Quel métier exerces-tu ? Dans quel quartier vis-tu ? Qu’aimes-tu faire durant ton temps libre ? Que voudrais-tu faire lorsqu’on se rencontrera en "vrai" » Puis, il me raconte qu’il a connu AlloMondo par hasard en faisant des recherches sur Internet alors qu’il s’ennuyait pendant le confinement. Il souhaitait rencontrer des Français pour pratiquer cette langue qu’il a appris « sur le tas ». À la fin, nous décidons de programmer un café ensemble. Je pense que tous les deux savons que cette discussion est la première d’une longue série. Le début d’une relation amicale qui se construira sur la durée.

AlloMondo live, des « speed datings » de convivialité 

En parallèle de cette plateforme de mise en relation, Singa propose les « AlloMondo Live ». Ces sortes de « speed-datings » de convivialité permettent aux participants d’avoir une réelle compréhension du programme et des valeurs portées par Singa : principe d’horizontalité, de partage et de relation amicale. Le principe d’horizontalité est d’ailleurs selon moi la valeur la plus importante : le nouvel arrivant n’est pas qu’un réfugié. C’est avant tout une personne comme vous et moi, à la seule différence que, pour diverses raisons (politiques, économiques, religieuses…), il a dû quitter son pays et ses proches. 

Ces évènements virtuels sont l’occasion d’expérimenter d'AlloMondo en 45 minutes. Grâce à diverses salles de discussions, les locaux et les nouveaux arrivants peuvent ainsi discuter par groupes de deux. Pendant dix minutes, ils doivent par exemple faire connaissance et se trouver trois points communs. Pour les personnes qui appréhendent la première discussion, AlloMondo Live est un parfait moyen de rompre certaines appréhensions que l’on peut avoir, que ce soit des a priori ou des craintes quant à rencontrer quelqu’un que l’on ne connaît pas.


> À lire aussi : Alice Barbe (SINGA) : « Les réfugiés débordent de solutions pour relever le défi de l'après »


Faire baisser le coût d’opportunité de la rencontre

Si AlloMondo a été créée pour répondre à une situation exceptionnelle, cela a permis à l’association de constater que toutes les rencontres physiques pouvaient commencer par un coup de téléphone. « Quand tu bois un coup avec quelqu’un que tu ne connais pas, tu prends le risque de perdre trois heures de ta journée pour rencontrer quelqu’un qui ne va potentiellement pas du tout te correspondre. Finalement, le jeu n’en vaut pas la chandelle. Avec AlloMondo, les personnes donnent quinze minutes de leur temps. S’il y a un match, ils continuent et s’il n’y en a pas, ils recommencent ou arrêtent. Ainsi, tout le monde essaie ! », démontre David Robert.

AlloMondo compte aujourd'hui 500 inscrits et 220 « matchs ». Une fois sur deux, ces « matchs » ont donné lieu à une rencontre physique, comme l’explique David Robert : « Le taux de transformation est bien plus fort, alors qu’on pensait que la digitalisation le ferait baisser ». L’autre surprise concerne équilibre entre le nombre de nouveaux arrivants et de locaux qui participent au programme. Depuis la création des buddies, les  nouveaux arrivants étaient surreprésentés. « C’est systémique et on peut en comprendre les raisons », ajoute Ludovic De Guigné. En effet, sans en faire une généralité, les nouveaux arrivants ont moins d’opportunités et d’occasions de rencontrer de nouvelles personnes. Mais avec la mise en place d’AlloMondo, le ratio s’approche de l’équilibre avec 48 % de locaux et 52 % de nouveaux arrivants.

Quand tu bois un coup avec quelqu’un que tu ne connais pas, tu prends le risque de perdre trois heures de ta journée pour rencontrer quelqu’un qui ne va potentiellement pas du tout te correspondre. Finalement, le jeu n’en vaut pas la chandelle.

Il existe un algorithme permettant d’automatiser les « matchs ». AlloMondo l’a déjà essayé mais au vu du nombre d’inscriptions journalières, il est plus pratique et plus rapide pour Singa de les réaliser manuellement. 

Lisa Domergue 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer