Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 26 novembre 2020 - 12:00 - Mise à jour le 27 novembre 2020 - 10:48
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Laurence Grandcolas (MySezame) : « Rendre le capitalisme plus soutenable, plus durable et plus solidaire »

Pour ce sixième épisode de la saison 4 de Changer la norme, Flavie Deprez reçoit Laurence Grandcolas, fondatrice de MySezame une entreprise certifiée B Corp qui propose des formations, des conférences ou encore des coachings afin d’accompagner les entreprises dans une transformation plus durable.

Laurence Grandcolas (MySezame) : « Rendre le capitalisme plus soutenable, plus durable et plus solidaire ».

 

Diplômée d’HEC, après avoir travaillé quatre ans dans le conseil en stratégie, Laurence Grandcolas a souhaité « mettre ses compétences à plein temps dans un projet qui avait du sens ». Elle devient alors la codirectrice d’Ashoka France en 2010, un réseau de soutien et d’accélération d’entrepreneurs sociaux.

Venant du monde du « business », intégrer le secteur de l’ESS (économie sociale et solidaire) a été pour elle une révélation, démontrant ainsi qu’il était possible de combiner un modèle économique viable et « un impact positif sur la société et les hommes ». Elle quitte Ashoka en 2015 pour fonder, non sans péripéties, MySezame. Certifiée B Corp, la startup accompagne les entreprises à opérer leur transformation et à avoir un impact : 

Notre raison d’être est de créer une bascule chez les dirigeants et les collaborateurs d’entreprise pour qu’ils se saisissent de leur potentiel afin qu’ils refondent leur modèle d’affaire et leur modèle de réussite pour rendre le capitalisme plus soutenable, plus durable et plus solidaire.

Le capitalisme peut être porteur d’innovation et de transformation

Avec la création de MySezame lui est venue de l’envie de s’éloigner du « cercle des convaincus » que peut parfois être le secteur de l’ESS. Elle a en effet souhaité acculturer les entreprises « classiques » et leurs dirigeants au business à impact et ainsi leur démontrer que « c’est un levier de transformation et d’innovation ».

Avec comme clients principaux des grands comptes et des fonds d’investissement, Laurence Grandcolas considère que le changement viendra « d’en haut » : « Je suis convaincue que si on ne fait pas bouger les actionnaires, le système ne va pas se transformer. »

La fondatrice de MySezame estime en effet que le plus important est la finalité : que l’on soit une startup de l’ESS, une entreprise à mission, une association ou un fonds d’investissement, quel est l’impact que l’on génère ? 

* Changer la norme est soutenu par la Fondation Entreprendre

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer