Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 23 juin 2020 - 12:00 - Mise à jour le 23 juin 2020 - 12:15
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Maxime Roques, l'étudiant qui a mobilisé le rugby amateur pour la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France

Durant la crise du Covid-19, de nombreuses initiatives solidaires ont vu le jour. Entreprises, fondations, associations et citoyens… Chacun a voulu participer à cet élan de solidarité. Cette semaine, Carenews a décidé de donner la parole à celles et ceux qui se sont engagé·e·s pour la première fois pendant le confinement, qui a agi comme un révélateur de leur engagement. Aujourd’hui, Maxime Roques, étudiant à emlyon business school et rugbyman amateur, nous raconte comment il a eu l’idée de créer une cagnotte solidaire destinée à mobiliser le rugby amateur.

Crédit photo : Maxime Roques.

J’aime beaucoup le sport, et plus particulièrement le rugby. Je le pratique depuis 17 ans, et il a véritablement accompagné chaque étape de ma vie. Pendant le confinement, je m’ennuyais et je ressassais sans arrêt ces images de la pandémie diffusées à la télé ou sur les réseaux sociaux. Je n’avais jamais eu l’occasion de m’engager pour une cause solidaire auparavant, mais à ce moment-là j’ai ressenti le besoin de faire quelque chose et de me rendre utile, à mon échelle. 

Une première cagnotte pour les soignants

J’ai commencé par créer une première cagnotte en ligne. La somme récoltée devait permettre à des restaurateurs locaux de cuisiner des plats qui seraient ensuite distribués au personnel soignant dans les hôpitaux. Malheureusement, par manque de visibilité sur les réseaux sociaux, l’opération n’a pas rencontré le succès espéré. J’ai alors décidé d’intégrer un groupe Facebook de confection de visières en plastique. J’étais chargé de les livrer aux bénéficiaires, mais cela n’a finalement duré que trois jours puisque j’ai rapidement eu l’idée d’un autre projet solidaire. Je souhaitais conserver le principe de la cagnotte en ligne, mais pour qu’elle fonctionne, j’ai compris qu’il fallait que je m’adresse à une communauté en particulier.

Observant le foot et le rugby professionnel multiplier tour à tour les actions solidaires, j’ai pensé au rugby amateur. Il y existait quelques initiatives isolées, mais encore aucun projet commun.

J’étais pourtant persuadé que le milieu, fort de sa générosité et de son esprit d’équipe, était capable de se mobiliser pour une cause telle que la lutte contre le Covid-19. Avec mes 17 ans de pratique, je disposais de plus d’un certain réseau dans le rugby amateur, notamment sur les réseaux sociaux. L’idée de la cagnotte « Rugby solidaire » était née, et je l’ai créée dans la foulée, début avril. J’ai choisi d’appeler aux dons en faveur de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France (AP-HF), que j’ai contactée pour m’assurer des modalités.

« Rugby solidaire », une cagnotte pour mobiliser le rugby amateur

 Pour susciter l’intérêt autour de la cagnotte et encourager le don, j’ai tout de suite annoncé qu’à la clôture de « Rugby solidaire », un tirage au sort parmi tous les participants serait organisé. Les trois « vainqueurs » remporteraient leur poids en bière locale. Ça a vraiment permis de dynamiser mon initiative : la cagnotte a très vite été partagée et commentée, et près de 500 euros ont été récoltés dès le premier jour. L’initiative a même été couverte dans la presse.

Au fil des jours, j’ai progressivement mis en place trois opérations complémentaires qui ont elles aussi permis d’abonder la cagnotte. Avec, tout d’abord, le « muguet solidaire » : chacun·e était invité·e à aller récolter le muguet chez des particuliers ou des professionnels pour ensuite les proposer dans des boutiques à Toulouse avec le message suivant : « Prenez ce que vous voulez et donnez ce que vous voulez, tous les fonds seront reversés au personnel soignant. »

J’ai ensuite créé un partenariat avec la marque de vêtements d’un ami, Mon Sud. Pendant une semaine, elle a reversé ses bénéfices à la cagnotte. Enfin, ma famille possédant un domaine viticole, nous avons mis en place une opération de vente solidaire : pour chaque achat d’un lot de vin, sel et huile d’olive du domaine à 60 euros, l’équivalent de cinq lots était reversé à la cagnotte, dont le montant n’a fait que grimper au fil des semaines. 

4 576 euros reversés à la Fondation HP-HF

La cagnotte a finalement été clôturée deux mois après son lancement, avec un bilan total de 4 576 euros récoltés. L’intégralité de la somme a été remise à la Fondation HP-HF, grâce à une page dédiée où j’ai pu transférer les fonds.

Maxime Roques qui tient entre ses mains un chèque symbolique affichant le montant du don à la Fondation AP-HP.

Le bilan de la cagnotte est également positif sur le plan humain. Par le biais de cette initiative, j’ai rencontré de nombreuses nouvelles personnes qui m’ont raconté leur quotidien, leur confinement. C’était très enrichissant de s’ouvrir ainsi à des personnes que je n’aurais peut-être jamais rencontrées autrement. 

Je pense par ailleurs être, en général, en quête de reconnaissance. Et depuis le lancement de cette cagnotte en ligne, j’ai reçu de nombreux retours très positifs, non seulement de mes proches, mais aussi d’inconnus.

C’était la première fois que je m’engageais dans une cause comme celle-ci, et c’était aussi la première fois que je me sentais aussi fier d’avoir pu aider à mon échelle.

Témoignage recueilli par Lisa Domergue 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer