Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 19 mai 2020 - 09:00 - Mise à jour le 19 mai 2020 - 09:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

StopCovid : L’alternative sécurisée de Bayes Impact pour briser les chaînes de contamination

Alors que l’application du gouvernement pour identifier les chaînes de transmission du Covid-19 continue de faire débat, l’ONG Bayes Impact a lancé son site BriserLaChaine.org. Il permet d’identifier et prévenir les cas contacts sans aucun tracking ni géolocalisation.

Crédit photo : Jull1491.

C’est le 2 juin que l’application StopCovid, qui doit permettre de prévenir les personnes ayant été en contact avec des porteurs·ses du coronavirus, devrait être lancée par le gouvernement. Cette solution de tracking vise à « limiter la diffusion du virus en identifiant des chaînes de transmission » dans le cadre du déconfinement. Selon un sondage de l'observatoire Data Publica, une majorité de Français·e·s est toutefois inquiète de l'utilisation de ses données par l'application. Pour cause : le dispositif fait débat depuis son annonce début avril

Plus d’une centaine d’informaticiens ou spécialistes de sécurité informatique ont notamment signé une « mise en garde » à propos de l’application. Expliquant que « le principe est d’enregistrer, à l’aide des communications Bluetooth, les contacts entre les individus », ils ont alerté sur le risque d’une « surveillance de masse par des acteurs privés ou publics » ou encore « la levée de l'anonymat des malades par des entités ou par les fournisseurs d'accès Internet ». 

« Concilier la lutte contre le coronavirus et la protection des libertés »

« Il est impératif de concilier la lutte contre le coronavirus et la protection des libertés », a abondé un collectif de médecins, avocats, spécialistes d’éthique numérique, entrepreneurs et chercheurs dans une tribune publiée sur L’Obs. L’un des cosignataires est Paul Duan, cofondateur et président de l’ONG Bayes Impact dont la mission est de « développer des services publics citoyens ». En 2016, il a lancé l’application Bob Emploi pour aider les chômeurs à trouver un emploi. Ce 12 mai, lendemain du début du déconfinement progressif des Français·e·s, l’ONG a sorti une alternative à StopCovid : son site gratuit BriserLaChaine.org

L’objectif est le même que celui de StopCovid : briser la chaine de contamination du Covid-19 en identifiant et alertant les personnes potentiellement contaminées. « Les prévenir, c'est leur permettre d'être plus attentifs à leur état de santé et à leurs proches. Les prévenir, c'est également ralentir la contamination et éviter une deuxième vague d'infection », détaille le site.

Un outil d’identification et d’alerte des cas contacts 

Bayes Impact a été assistée par un comité scientifique pour l’élaboration de BriserLaChaine.org. Jérémy Zeggagh, Liem Binh Luong Nguyen et Cécile Monteil, tous les trois médecins de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), ont apporté leur expertise concernant, notamment, la durée de contagion du virus. Suivant les préconisations de l’OMS et du gouvernement, le site se base sur une durée de 48 heures précédant les premiers signes de Covid-19. Les personnes pensant être malades peuvent se connecter sur le site, y renseigner leurs symptômes et la date de leur apparition. Le site les guide ensuite pas à pas pour identifier les cas contacts, soit les personnes qui ont pu être contaminées lors de la période probable de contagiosité rétroactive. 

Pour chacun de ces jours, BriserLaChaine.org pose ainsi des questions types et renvoie vers l’historique du calendrier, des mails et des trajets effectués via Google Maps, autant de traces numériques qui servent d’aide-mémoire. Une fois les cas contacts identifiés, le site leur envoie un sms d’alerte — anonyme ou non selon ce que la personne malade a choisi — contenant également des renseignements sur la marche à suivre. 

Aucune donnée n’est conservée

Les données ne sortent toutefois pas du téléphone ou de l'ordinateur de l’utilisateur·trice, elles sont simplement croisées, comme Paul Duan l’a expliqué à Europe 1. Le code informatique du site est en open source, et le système ne nécessite aucune géolocalisation ou tracking. La seule information qui peut être conservée par l’ONG est l’adresse mail, puisque le site propose aux usagers·ères « d'être suivis par e-mail sur 14 jours, si ils ou elles le souhaitent ». Un suivi qui « s'arrête automatiquement » passé ce délai, au bout duquel « l'adresse email collectée est alors supprimée ». Comme Paul Duan l’a précisé à CLIQUE :

« Il suffit que l’on brise quelques chaînes comme cela pour que cela ait un impact sur l’épidémie et, on l’espère, réduire les chances qu’il y ait une deuxième vague. On peut faire une grande partie du chemin tout en étant entièrement respectueux de la vie privée. » 

Mélissa Perraudeau 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer