Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 10 juillet 2024 - 17:35 - Mise à jour le 10 juillet 2024 - 17:56 - Ecrit par : Elisabeth Crépin-Leblond
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Pimp your waste, du bois recyclé pour le village des athlètes des JOP

L’entreprise de réemploi et de recyclage du bois Pimp your waste a réalisé une vingtaine de panneaux destinés à la signalétique extérieure du village des athlètes des Jeux olympiques et paralympiques.

Dans son atelier à Romainville, l'entreprise Pimp your waste réalise des meubles en bois réemployé ou recyclés. Crédit : Elisabeth Crépin-Leblond.
Dans son atelier à Romainville, l'entreprise Pimp your waste réalise des meubles en bois réemployé ou recyclés. Crédit : Elisabeth Crépin-Leblond.

 

Dans l’atelier, une presse à chaud permet de revaloriser du bois aggloméré. Dans une salle au fond, une apprentie manie l’outil numérique de gestion du stock. Ici et là, les employés découpent du bois. Implantée à Romainville en Seine-Saint-Denis, Pimp your waste est un fabricant de mobilier à partir de déchets de bois réemployés et revalorisés. 

Les quatre fondateurs, qui se définissent comme des « upcycleurs », ont lancé leur entreprise il y a cinq ans, dans la lancée de leur projet de fin d’études de l’école d’architecture Paris Malaquais. Après une première collection de tables et de chaises, ils réalisent aujourd’hui essentiellement des commandes sur-mesure pour l’événementiel, des entreprises ou des collectivités.  

« Le cœur de notre travail et notre plus-value est dans l’aménagement sur mesure », met en avant Fabien Carron, un des architectes, aux journalistes présents dans l’atelier lors d’une visite organisée par l’association les Canaux, dont le but est de contribuer au développement d’une économie locale engagée. 

 

Fabien Carron, un des cofondateurs de Pimp your waste, présente l'entreprise devant des journalistes. Crédits : Elisabeth Crépin-Leblond
Fabien Carron, un des cofondateurs de Pimp your waste, présente l'entreprise devant des journalistes. Crédit : Elisabeth Crépin-Leblond. 

 

  

Allier artisanat et numérique pour se démarquer 

 

Aujourd’hui Pimp your waste emploie neuf personnes. Trois d’entre elles opèrent dans le bureau d’études tandis que les six autres sont à l’atelier. Pour se fournir en bois, l’entreprise récupère d’anciens plateaux de bureau auprès d’éco-organismes ou grâce à des partenariats avec le secteur de la construction et le réseau des ressourceries franciliennes.  

Son modèle basé sur l’artisanat et le recyclage, couplé à l’accueil de réfugiés ou de chômeurs de longue durée en insertion sous la forme de stage, tente de se tailler une place dans un secteur concurrentiel.  

« Notre modèle économique reste fragile mais pour l’année 2023 nous étions à l’équilibre », explique Fabien Carron. Les prix pratiqués par l’entreprise, qui peut produire entre 100 et 150 meubles par mois, sont en moyenne 10 à 20 % plus élevés que le marché moyen de l’ameublement neuf. Une gamme premium, avec l’utilisation de bois massifs, côtoie une gamme « access », réalisée à partir de matière agglomérée, détaille l’architecte. Sur cette dernière gamme, les meubles en bois réemployé ou recyclé arrivent presque à s’aligner sur les prix du marché, où le coût du bois a tendance à grimper. 

 

L'outil numérique développé par les fondateurs de l'entreprise permet de déterminer la matière nécessaire pour fabriquer un objet. Crédits : Elisabeth Crépin-Leblond

 

Pour consolider ses débouchés, Pimp your waste aimerait produire de plus grandes quantités, afin de réaliser des économies d’échelle. Surtout, l’entreprise mise depuis son lancement sur une idée, celle de la digitalisation du stock.  

En utilisant l’outil numérique développé par ses fondateurs, les artisans peuvent déterminer précisément la matière dont ils ont besoin pour fabriquer un objet. « Cela permet de maîtriser ce qu’on va utiliser. La digitalisation vise à optimiser la transformation du bois et à rendre pertinente la pratique de l’upcycling », met en avant Fabien Carron qui dit constater chez les clients de l’entreprise « une envie d’aller vers plus d’impact ». 

 


À lire également : Jeux olympiques et paralympiques : un groupement solidaire pour nettoyer le linge des athlètes 


 

Une vingtaine de panneaux pour les JOP 

 

À l’occasion des Jeux olympiques et paralympiques, Pimp your waste, dont 30 % de la production se fait en réponse à des appels d’offre, a obtenu un marché auprès de la Société de livraison des ouvrages olympiques (Solidéo). Il s’agit de la réalisation de panneaux de signalétique extérieure à destination du village des athlètes, réalisés à partir de chutes de bois obtenus lors de la construction du village. 

« C’est en plein cœur de notre métier de transformation et d’upcycling. Nous avons récupéré le bois du village pour le remettre sur le village », se réjouit Fabien Carron. 

 

Pimp your waste a réalisé une vingtaine de panneaux de signalétique pour le village des athlètes. Crédits : Elisabeth Crépin-Leblond
Pimp your waste a réalisé une vingtaine de panneaux de signalétique pour le village des athlètes. Crédit : Elisabeth Crépin-Leblond. 

 

La commande a été obtenue dans le cadre de leur accompagnement par Les Canaux. « ESS 2024 nous a poussé à faire de la signalétique extérieure. Nous étions plutôt habitués à faire de la signalétique intérieure », explique Fabien Carron.  

Notifiée début décembre 2023, l’entreprise a eu trois mois pour concevoir et fabriquer une vingtaine de panneaux de bois gravés présentant des œuvres d’art exposés sur le village olympique. « Les délais étaient extrêmement courts », confie l’architecte.  

Le projet a représenté un chiffre d’affaires de 60 000 euros hors taxes et une trentaine d’heures d’insertion, sur les 2,9 millions d’heures réalisées pour la Solidéo.  

Pour la jeune entreprise, les Jeux sont également l’occasion de marquer un peu plus sa place dans le tissu économique et de gagner en visibilité. « C’est gratifiant de travailler sur ces projets », appuie Fabien Carron. 

 


À lire également : Paris 2024 : les JO vont-ils profiter aux entreprises de l’ESS ? 


 

Élisabeth Crépin-Leblond

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer