Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 1 octobre 2021 - 09:45 - Mise à jour le 1 octobre 2021 - 18:23
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Vidéo : 3 questions sur les fondations à Jean-Marc Pautras du CFF

À l’occasion de la Journée européenne des fondations, ce 1er octobre, la rédaction a rencontré Jean-Marc Pautras, délégué général du Centre français des fonds et fondations. Retrouvez en vidéo son mot, son chiffre et sa date à propos des fondations !

Jean-Marc Pautras du CFF partage son mot, son chiffre et sa date sur les fondations. Crédit : Carenews
Jean-Marc Pautras du CFF partage son mot, son chiffre et sa date sur les fondations. Crédit : Carenews

 

Un mot, un chiffre, une date sur les fondations

 

En cette journée dédiée aux fondations, nous avons rencontré Jean-Marc Pautras, délégué général du Centre français des fonds et fondations pour connaître son mot, son chiffre et sa date sur les fondations !

 

 

Qu'est-ce qu'une fondation ?  

Rappelons que l'article 18 de la loi du 23 juillet 1987 sur le développement du mécénat définit la fondation comme : 

L'acte par lequel une ou plusieurs personnes physiques ou morales décident l'affectation irrévocable de biens, droits ou ressources à la réalisation d'une œuvre d'intérêt général et à but non lucratif. »

 

Le dernier baromètre annuel de la philanthropie 2021 révélait, qu'en 2020, « le secteur des fondations a poursuivi sa progression à un rythme soutenu (+ 5 % en un an) : le nombre de fondations et fonds de dotation en activité a progressé de 239. Au total, on compte 2 700 fondations et près de 1 950 fonds de dotation en activité ». 

 

Jean-Marc Pautras nous rappelle comment la période de la crise sanitaire a permis de mettre en exergue la mission d’intérêt général des fondations et d’en tirer des enseignements importants. En effet, la crise a été un moment charnière pour le fonctionnement des fondations.

 

 On a observé une première tendance forte, le fait que beaucoup de fondations distributrices de fonds ont coopéré avec d’autres, que cela soit avec les pouvoirs publics ou des fondations. La crise a donc mis en valeur la rareté de ce type de fonctionnement et la recherche d’un maximum d’efficacité.

Un exemple concret, la mobilisation de dix fondations répondant à l'appel du ministère de l’Éducation nationale pour financer le projet Tous connectés, afin d’apporter des appareils digitaux connectés pour éviter le décrochage scolaire des élèves en précarité », détaille Jean-Marc Pautras. 

 

Un autre enseignement majeur selon lui, c'est la possibilité de travailler sur les interactions entre les causes. « On a constaté une interconnexion entre les causes, comme par exemple le dérèglement climatique et la santé, ou les enjeux sociaux et la précarité énergétique, tout est lié. Il paraît aujourd’hui peu souhaitable de traiter les causes isolément », précise le délégué général.   

 

Une journée pour parler des fondations 

 

Chaque 1er octobre, la Journée des fondations met en lumière le travail des fondations pour rendre la philanthropie visible au plus grand nombre aux quatre coins du continent européen. 

Le Centre français des fonds et fondations a organisé des tables rondes, ce jeudi 30 septembre, sur le thème de l'année : « Entre résilience et transformation, quels leviers d'actions pour l'intérêt général ? »  

Lors de la table ronde « Changement systémique : que peuvent faire les fondations ? », composée du binôme avec Elsa Grangier, directrice générale d’Ashoka France et Thibault de Saint-Simon, directeur général de la Fondation Entreprendre, la question du changement d’échelle du modèle qui s’ouvre désormais aux fondations a permis de mieux comprendre ce qui reste à construire. 

Pour Elsa Grangier, il s’agit de « partir sur une nouvelle façon de penser. Les entrepreneurs, que je rencontre chez Ashoka France, s’attaquent à la cause qui est à l’origine d’une problématique et ce de façon holistique, pour la changer en profondeur. » 

Thibault de Saint-Simon a, quant à lui, appelé à « casser les relations silotées et parler d’impact systémique et de changement systémique majeur ». Le directeur général de la Fondation Entreprendre a d’ailleurs précisé que c’était tout l’intérêt de l’étude de la Fondation de France sur le changement systémique des fondations, publiée en juin dernier. 

Un des principaux enseignements de l’étude est que la philanthropie a un rôle majeur à jouer dans le changement systémique. Cependant, c’est un changement qui nécessite du temps, jusqu’à dix ans parfois. Les cycles des fondations sont plus courts. C’est un vrai défi qui nous est lancé ».

 

De son côté, Jean-Marc Pautras a annoncé le lancement du cercle « Territoires et Fondations » dans les semaines à venir, un groupe de travail et de réflexion entre fondations dans les régions.

 

Pour aller plus loin sur ce sujet sur Carenews :

-Le blog de Francis Charhon « Chroniques philanthropiques »

-Le Top des comptes Twitter des fondations et fonds de dotation d’entreprises

-Dis Flavie : quelle différence entre fondation entreprise et fondation groupe ?

 

Lisa Domergue et Christina Diego 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer