Aller au contenu principal
Par Coalition Solidaire - Publié le 13 janvier 2021 - 17:38 - Mise à jour le 24 février 2021 - 11:43
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Coalition Solidaire le podcast : recréer des solidarités de voisinage

Faire les courses pour son voisin ou proposer des petits services aux habitants du quartier… En France, le confinement a réveillé l’entraide intergénérationnelle et la solidarité de proximité que beaucoup pensaient – à tort – perdues. Un élan de solidarité durable ?

Crédit photo : DR.
Crédit photo : DR.

 

  • Qu’est-ce que la solidarité de proximité ? 

Pierre Catalan La solidarité désigne l’empathie, la capacité à soutenir les personnes qui ont besoin d’aide pour se relever. La solidarité de proximité se situe à un niveau extrêmement local qui permet d’atteindre des publics qui ne sollicitent pas les dispositifs d’aides classiques. Des personnes qui ont des souffrances cachées, muettes, mais tout aussi cruelles. 

 

  • Cette solidarité de proximité ou de voisinage est-elle aujourd’hui plus complexe à solliciter que les solidarités internationales et caritatives ? 

Atanase Périfan Effectivement, quand on parle de solidarité, on pense souvent à la construction d’un dispensaire en Afrique ou un don pour les enfants qui ont besoin de mieux se nourrir. Mais les deux notions sont en réalité complémentaires. La solidarité de proximité est la première étape de l’engagement bénévole. 

Pierre Catalan Dans les deux cas, une communauté d’acteurs tentent de répondre à des besoins d’aide concrets. Les solidarités de voisinage tissent un premier filet de résilience. Elles agissent de façon préventive afin d’éviter que des difficultés psychologiques, financières, culturelles ou d’isolement ne s’aggravent et nécessitent une intervention associative ou institutionnelle. 

 

  • Quelles leçons tirez-vous de cette crise sanitaire en matière de solidarité ? 

Bernadette Paul-Cornu La crise liée à l’épidémie de coronavirus a rendu les besoins visibles et lisibles. Chez Familles Solidaires, notre intuition de départ est confirmée : les solutions passent par la proximité, l’humain. Au début de la crise, beaucoup d’aidants familiaux ont souhaité que leurs proches hébergés dans nos habitats partagés rentrent chez eux, pour vivre le confinement ensemble. 

Plus que jamais, je milite pour des réponses à taille humaine. Je m’interroge par exemple sur ces Ehpad qui accueillent une centaine de résidents. Nous devons revenir à des actions de terrain, de proximité, qui apportent plus de sens, de qualité de vie autant pour les professionnels – infirmières, aides-soignantes, etc. – que pour celles et ceux qui en bénéficient. 

« Les solidarités de voisinage tissent un premier filet de résilience. Elles agissent de façon préventive afin d’éviter que les difficultés ne s’aggravent. »

Pierre Catalan Au sein de la Croix-Rouge française, cet épisode inédit a aussi confirmé les récentes orientations de l’association. Le confinement nous a permis d’accélérer sur des dispositifs « d’aller vers », mais de façon beaucoup plus ciblée que par le passé. 

Par exemple, des lignes d’écoute téléphonique nous permettent de suivre la santé des personnes âgées ou en situation d’exclusion, avant de les orienter vers un soutien psychologique, des livraisons de paniers de courses à domicile ou de médicaments. Nous avons ainsi cartographié des bénéficiaires que nous n’avions encore jamais vu et pourtant confrontés à d’importantes problématiques. 

Enfin, nous avons développé une dimension différente de notre engagement, qui va à l’encontre de l’intervention traditionnelle de la Croix-Rouge : des actions « hors les murs », en dehors des antennes locales de l’association. 

Ainsi, sur le modèle de « Voisins Solidaires », nous avons lancé un programme de bénévolat de voisinage baptisé « Confinés et solidaires », qui a rencontré un vrai succès avec presque 1 000 bénévoles inscrits. 

Ces initiatives démontrent qu’il faut peut-être envisager le bénévolat autrement, de façon moins formelle. 

Atanase Périfan On l’a bien vu pendant le confinement, il existe des gisements de solidarité en France ! Elle fait du bien cette solidarité spontanée, de voisinage, ce lien social simple et léger. 

On a découvert un enthousiasme, une énergie, on a été utile ! Le mot « voisin » a pris un nouveau sens. 

Dans ce contexte de crise, nous avons mené une expérience intéressante avec le soutien d’AG2R LA MONDIALE. Nous avons lancé un kit gratuit « Coronavirus : et si on s’organisait entre voisins ? ». Son objectif est d’aider les habitants à organiser l’entraide (affiche, tract, annuaire des voisins, panneau des voisins). Un mini guide de conseils face au coronavirus complète le dispositif. Cet outil a été téléchargé plus d’un million de fois ! Cela démontre que nous avons tous besoin les uns des autres, que nous n’y arriverons pas seul. C’est aussi l’esprit qui anime la Coalition Solidaire, qui réunit plusieurs acteurs associatifs qui affichent leur volonté de travailler ensemble ! 

 

Les intervenants

Pierre Catalan responsable pôle volontariat de la Croix-Rouge française

Atanase Périfan fondateur de l’association Voisins Solidaires et de la « Fête des voisins »

Bernadette Paul-Cornu codirigeante de Familles solidaires

 

Interview réalisée par Patrick Lonchampt, journaliste.

 

Appel d'air, le podcast

Écouter tous les épisodes du podcast

 

Appel d'air, le podcast de Coalition Solidaire

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer