Aller au contenu principal
Par Coalition Solidaire - Publié le 17 juin 2021 - 08:54 - Mise à jour le 17 juin 2021 - 08:54
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Précarité énergétique : sortir du mal-logement

En France, six millions de foyers sont touchés par la précarité énergétique*. Mal-logés, habitats indignes et passoires énergétiques sont une réalité contre laquelle il faut agir. Et c’est tout l’objet de Stop Exclusion Énergétique, collectif associatif dont fait partie AG2R LA MONDIALE, acteur de la protection sociale très engagé sur le sujet dans le cadre de ses activités sociales. 

Précarité énergétique : sortir du mal-logement. Crédit photo : iStock.
Précarité énergétique : sortir du mal-logement. Crédit photo : iStock.

Sortir un million de personnes par an de la précarité

Fondé en septembre 2019 à l’initiative de la Fondation des Transitions, le collectif Stop Exclusion Énergétique réunit sous sa bannière de nombreux acteurs de l’habitat et de la précarité. Associations de terrain, ONG, collectivités, entreprises… toutes mettent leurs forces en commun pour répondre à une question : que faut-il mettre en place pour sortir un million de personnes par an de la précarité énergétique ?

Le sujet est vaste et complexe, car le mal-logement a des conséquences multiples. Le coût énergétique de ces habitats-passoires est élevé, bien plus que ce que peuvent payer les familles. La santé de ses occupants est mise à mal – les enfants concernés seraient 40 à 50 % plus malades que la moyenne, sans parler des difficultés scolaires. Les habitats indignes coûteraient ainsi près de 700 millions d’euros au système de santé chaque année.

Devant l’urgence à agir, Stop Exclusion Énergétique – qui a désormais le statut d’association – a défini des pistes d’action, présentées aux pouvoirs publics. 

« Il faut passer de la culture de la bonne pratique à la culture du changement d’échelle »

Gilles Berhault, cofondateur du mouvement Stop Exclusion Énergétique

Apporter des solutions concrètes à la précarité énergétique

Les acteurs réunis au sein de Stop Exclusion Énergétique ont tout de suite eu comme objectif de monter des projets concrets sur chacune des problématiques identifiées. Dès septembre 2020, le mouvement crée et organise des Trophées afin de valoriser ce qui se fait en régions. Plus récemment, mille personnes en service civique ont été recrutées pour renforcer l’identification des foyers en situation de précarité.

Troisième chantier : la question de l’accompagnement. Pour réaliser la rénovation d’un habitat indigne, il ne suffit pas de faire appel à des artisans. Il faut que les travaux soient orchestrés par un chef de chantier à la fois compétent, capable de comprendre et échanger avec une famille en difficultés, de monter des dossiers de financements, de faire appel aux bons artisans… en un mot, il faut créer un métier à part entière, celui d’« ensemblier solidaire ». Stop Exclusion Énergétique travaille à sa promotion et à sa diffusion.

Dernier projet en date, et non des moindres : la question du reste à charge. Car une fois les financements publics et solidaires obtenus, les familles restent souvent avec 10 % du prix des travaux à payer de leur poche. Il s’agit là d’une vraie problématique, à laquelle Stop Exclusion Énergétique entend apporter une réponse de solidarité.

Le « reste à charge » : un sujet de solidarité nationale

Pour financer un chantier de rénovation, des aides peuvent être obtenues de la part des pouvoirs publics (« Ma Prime Rénov’ »), des collectivités locales ou encore de fondations. Sur un budget moyen de 50 000 euros, 90 % sont couverts. Mais les 10 % restants, soit 5 000 euros, demeurent à la charge des familles – un montant que ces foyers démunis ne peuvent pas financer, stoppant net la perspective de travaux.

Stop Exclusion Énergétique a donc décidé de lancer une campagne d’appels aux dons auprès du grand public et des entreprises, avec pour porte-parole l’actrice Emmanuelle Béart.

« Le bénéfice collectif et individuel justifie que l’on finance ensemble ce reste à charge. »

Gilles Berhault

Chaque fois qu’une solution est trouvée pour les 10 % restants, une famille sort d’une situation intolérable et déclenche une dynamique vertueuse : baisse de consommation d’énergie, amélioration de la situation sanitaire et sociale, emplois et travail pour les artisans du bâtiment.

« L’effet levier est spectaculaire. Des travaux pour deux familles, c’est un emploi local créé. »

Stop Exclusion Énergétique a mis en place un fonds dédié aux dons pour lutter contre la précarité énergétique. À l’avenir, il pourrait s’élargir et servir à financer des formations ou de la recherche.

 

* Source : Observatoire National de la Précarité Énergétique, 2013.

 

L’engagement sociétal d’AG2R LA MONDIALE

Le Groupe est partout présent sur le territoire français. Ses équipes travaillent au plus près des besoins des individus et favorisent des partenariats locaux, efficaces sur le terrain et pertinents vis-à-vis des enjeux globaux de la société.

AG2R LA MONDIALE a ainsi soutenu le déploiement de nombreuses initiatives sociales et solidaires, contribuant à laisser s’exprimer – et à promouvoir – l’engagement citoyen.

L’engagement sociétal du Groupe s’exerce dans le cadre de l’action sociale relevant de l’institution AG2R Agirc-Arrco, à laquelle s’ajoute l’institution de prévoyance, ainsi que des actions soutenues par les deux Fondations d’entreprise et de sa démarche d’investissement socialement responsable (ISR).

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer