Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 25 janvier 2021 - 17:00 - Mise à jour le 25 janvier 2021 - 18:33
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Covid-19 : le don à travers le monde en 2020

Si la pandémie de la Covid-19 a stupéfié le monde, elle a également été un formidable accélérateur de la générosité en 2020. Qu’en est-il en Amérique du Nord ? En Afrique ? Au Brésil ? En Asie ? Petit tour du monde d’une générosité vivace, jeune et numérique.

Covid-19 : le don à travers le monde en 2020. Crédits : RomeoLu
Covid-19 : le don à travers le monde en 2020. Crédits : RomeoLu

 

19 % de donateurs lors du Giving Tuesday

Tous les deux ans, Funraise (un cabinet de fundraising) et Nonprofit Tech for Good publient un rapport sur les utilisations du numérique pour récolter des dons à travers le monde. Alors que les donateurs du monde entier se sont particulièrement mobilisés lors du Giving Tuesday (19 % des répondants!), et qu’ils utilisent de plus en plus les outils digitaux, ce rapport permet de se rendre compte des évolutions du don.  Attention cependant, si le rapport permet de mieux appréhender les mécanismes de dons, le mode d’administration des questionnaires donne un effet grossissant des pratiques de certains pays (surreprésentés dans l’étude). Il n’en reste pas moins intéressant de voir l’hétérogénéité des usages d’un continent à l’autre.

 

En Afrique : jeunesse, microdon et numérique

Lorsque l’on regarde plus précisément la situation en Afrique, il saute aux yeux que les habitudes de dons sont différentes de celles des pays développés. Si 63 % des répondants déclarent avoir donné en réponse à la pandémie de la Covid-19 , ils sont surtout 42 % à plébisciter les informations reçues par Facebook ou par WhatsApp (25 %) et 17 % affirment avoir donné via les outils de fundraising proposés par la plateforme. Si les dons ne sont globalement pas élevés, les jeunes sont particulièrement mobilisés (50 % des donateurs répondants ont entre 23 et 39 ans). De plus, le numéraire n’est que l’un des modes de dons : le volontariat (80 % des répondants indiquent donner de leur temps) et le don de biens (88 %) sont extrêmement répandus. 

 

En Asie : le don en ligne majoritaire

Si le don en ligne est l'apanage des plus jeunes en Afrique, toutes les générations du continent asiatique utilisent les canaux numériques de don, y compris les donateurs de plus de 74 ans. Le don par carte bancaire y est d’ailleurs largement préféré. Autre spécificité, les programmes développés par les entreprises : 16 % des donateurs sont ainsi engagés dans un programme de don déployé par leur employeur. Si le don en ligne est donc largement pratiqué par toutes les tranches d’âge, l’Asie est en revanche la région du monde où le don se pratique le moins lors des événements de charité. Ainsi, seuls 20 % des donateurs indiquent se rendre à un événement de levée de fonds (course, gala…).

 

LIRE AUSSI >>> La philantropie dans les Mondes Arabes

 

Brésil et Amérique latine : une mobilisation sur Instagram

De l’autre côté de l’océan Pacifique, les donateurs brésiliens et latino-américains ont été les plus nombreux à faire preuve de générosité durant la crise de la Covid-19. 72 % d’entre eux ont donné aux associations en réponse à la pandémie. C’est désormais via les médias sociaux que les organisations à but non lucratif parviennent à mobiliser leurs donateurs. Si les outils de levée de fonds proposés par Facebook sont les plus utilisés à l’échelle mondiale, le Brésil et l’Amérique latine font figure d’exceptions en utilisant majoritairement Instagram pour exprimer leur générosité. Cela s’explique peut être par la forte proportion de femmes dans la population donatrice : 78 % des dons sont de leur fait. Des femmes qui sont également plus nombreuses que les hommes à utiliser Instagram.

 

Générosité : des limites et de nouvelles frontières

Si l’étude proposée par Funraise et Nonprofit Tech for Good a ses limites, elle n’est reste pas moins révélatrice de l’hétérogénéité des comportements de don à travers le monde. Si la pandémie a amené beaucoup de personnes et d’entreprises à se tourner plus encore vers le digital, les acteurs du bien commun ne sont pas en reste. Et peuvent ainsi continuer de mobiliser partout dans le monde grâce à ces outils.

 

William Renaut

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer