Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 23 novembre 2020 - 16:00 - Mise à jour le 23 novembre 2020 - 16:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[En cause] Les actions de mécénat doivent-elles toujours être en lien avec le business de l’entreprise ?

Dans notre podcast En cause, chaque mois, nous interrogeons sur un sujet essentiel deux personnalités œuvrant pour l’intérêt général. Dans ce cinquième épisode, nous avons, à l’occasion de la 5e édition du Mécènes Forum, posé la question suivante à Sylvaine Parriaux et Gilles Vermot Desroches : les actions de mécénat doivent-elles toujours être en lien avec le business de l’entreprise ?

L’arrêté du 6 janvier 1989 relatif à la terminologie économique et financière a défini le mécénat comme un « soutien matériel apporté, sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre ou à une personne pour l'exercice d'activités présentant un intérêt général ». Plus largement, le mécénat représente désormais l’ensemble des actions et des dons faits par les particuliers et les entreprises pour soutenir une cause. Depuis 1989, il a, bien entendu, énormément évolué.

Selon le dernier baromètre du mécénat réalisé par l’association Admical, « 9 % d’entreprises étaient mécènes en 2017 pour un budget compris entre 3 et 3,6 milliards d’euros ». Le mécénat de compétences, notamment, s’est développé — selon le même baromètre, 20 % des mécènes y ont eu recours en 2017 contre 11 % en 2015 —, et le secteur s’est professionnalisé : plus d’un quart des entreprises mécènes mettent ainsi en œuvre une politique de RSE, contre 11 % pour les entreprises qui ne sont pas mécènes.

A l’occasion de la 5e édition du Mécènes Forum, qui se tient en ligne ces 24 et 25 novembre 2020, nous nous sommes penchés sur un point clé pour les entreprises qui, lors de la définition de leur stratégie de mécénat, doivent tout d’abord se poser la question de leur champ d’action : doit-il forcément être en lien avec le business de l’entreprise ? Dans ce podcast réalisé à distance, nous avons donné la parole à Sylvaine Parriaux, déléguée générale de l'Association pour le développement du mécénat en France (Admical), ainsi qu’à Gilles Vermot Desroches, directeur du développement durable de Schneider Electric et délégué général de la fondation du groupe.

Chacun·e nous donne son avis en deux minutes.

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer