Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 20 mai 2020 - 09:00 - Mise à jour le 8 juin 2020 - 18:57
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

[EN IMAGES] RACONTE, un projet photographique participatif qui rassemble migrants et locaux

Avec RACONTE, l’association Dialogues en photographie a réuni migrant·e·s et locaux dans cinq villes de France autour d’ateliers pratiques. Le résultat : 36 séries photographiques éclectiques et personnelles qui proposent une multitude de perspectives sur l’exil et l’accueil.

Crédit photo : Rami / Dialogues en photographie.

Depuis 2013, l’association lyonnaise Dialogues en photographie « construit des projets créatifs en direction de personnes éloignées de l’offre culturelle et s’attache à tisser des liens, éveiller la créativité et offrir à ce public la possibilité de s’exprimer », comme elle l’explique sur son site. C’est lorsque son fondateur Antoine Boureau rencontre Kenia Sadoun, en janvier 2019, que les deux photographes ont l’idée de RACONTE. Antoine Boureau souhaitait lancer un projet de long terme auprès de réfugié·e·s, et Kenia Sadoun, également bénévole pour l’entreprise sociale SINGA, avait déjà mis en place des ateliers de photographie dans un camp de réfugiés en Grèce pour l’ONG Allemande Soup & Socks. 

« Donner la parole à des personnes qui ne l'ont pas »

Rejoints par d’autres photographes professionnels volontaires pour animer des ateliers dans différentes villes, ils décident de rassembler des réfugié·e·s et des locaux à Lyon, Paris, Rouen, Tramayes et Cluny. L’objectif d’Antoine Boureau et Kenia Sadoun : « Donner la parole à des personnes qui ne l'ont pas et qui sont pourtant des héros de notre temps. »

« D'une part, ceux qui ont tout laissé derrière eux pour se lancer dans le vide, vers une autre vie. D'autre part, ceux qui donnent leur temps et leur énergie à les accompagner. À la fois seuls avec leur appareil et en groupe lors des ateliers, on les a imaginés nous raconter des univers, des histoires, des silences. On les a imaginés nous surprendre. »

Les photographes Gilberto Güiza et Victor Point à Paris, Florence Brochoire et Marie-Hélène Labat à Rouen, Lucie Moraillon à Tramayes et à Cluny, et Antoine Boureau et Kenia Sadoun à Lyon réunissent en tout 63 apprenti·e·s photographes entre novembre 2019 et mars 2020. Les sept professionnels guident les nouveaux arrivants et les locaux, de la réflexion autour d’un sujet à la sélection des images capturées. 

Chaque participant·es est libre de choisir le thème de l’histoire photographique qu’il écrit lors des ateliers. « Parmi les nouveaux arrivants, certains ont souhaité évoquer leur expérience d’exil ou leur quotidien en France, d’autres ont choisi de porter leur regard sur des sujets totalement différents », précisent les coordinateurs du projet. Un squat où vivent des centaines de demandeurs d’asile, la place de la lecture dans la vie de personnes n’ayant plus de maison, une balade dans un nouvel environnement... En tout, 36 séries photographiques sont achevées à l’issue des quatre mois d’ateliers, soit « un patchwork éclectique d’images personnelles, comme autant de regards artistiques singuliers »

« Offrir un changement de perspective sur les questions de l’exil et de l’accueil »

Pour Antoine Boureau et Kenia Sadoun, la mission est réussie : 

« Mixer deux publics différents (migrants et locaux), peu amenés d’ordinaire à se côtoyer, a permis d’aménager un espace de rencontres horizontales, pour apprendre et créer ensemble. »

L’étape suivante pour les porteurs du projet est d’exposer le travail des apprenti·e·s photographes, une façon d’« offrir un changement de perspective sur les questions de l’exil et de l’accueil, en mettant en avant le regard (et le talent !) des participants »

En plus de présenter les 36 séries photographiques sur le site du projet RACONTE, Antoine Boureau et Kenia Sadoun avaient prévu deux types d’exposition dans les villes des ateliers entre mars et mai 2020 : des expositions locales de toute les séries, et une exposition itinérante d’un condensé de RACONTE dans des lieux extérieurs. La pandémie de Covid-19 en a entraîné le report. Celles de Lyon ont toutefois déjà été reprogrammées, et devraient se tenir du 26 au 29 juin2020. En parallèle, une campagne de financement participatif a été lancée afin d’imprimer un catalogue d’exposition du projet, pour le faire voir au plus grand nombre. 

 

Mélissa Perraudeau 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer