Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 2 novembre 2020 - 12:00 - Mise à jour le 2 novembre 2020 - 12:00
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Reconfinement : France générosités alerte sur une fin d’année décisive pour les associations

Le reconfinement est là. Toutes les associations sont sur le pont pour répondre à nouveau aux besoins des plus démunis. Les Français ont été particulièrement généreux au premier semestre, les dons pour les associations caritatives ont été conséquents. Il nous semblait important de revenir sur cet élan de générosité. Cette solidarité sera-t-elle au rendez-vous de cette fin d'année ? Quels sont les besoins actuels ? Eléments de réponse avec Laurence Lepetit, déléguée générale de France générosités.

France générosités alerte sur une fin d’année décisive pour les associations. Crédit photo : iStock

 

Une fin d’année déterminante. C’est ainsi que le monde associatif qualifie la période que nous traversons. Malgré un début d’année plutôt positif, les associations sont inquiètes. En effet, pas moins d’un million de personnes ont basculé dans la pauvreté depuis le début de la crise sanitaire. Les besoins sont conséquents pour faire face à la situation des plus démunis.

 

Une générosité en demi-teinte

Le dernier baromètre publié le 27 octobre dernier par France générosités dévoile l’élan de générosité qu’ont manifesté les Français pendant le premier semestre de l’année 2020. Pour France générosités, la période a enregistré 22 % de croissance en terme de dons aux associations par rapport à la même période en 2019. Les 44 associations et fondations membres du syndicat de France générosités ont pu bénéficier majoritairement de dons ponctuels. Comme le souligne Laurence Lepetit, déléguée générale de France générosités : « Cet élan de générosité est très significatif pour nous, même si cela traduit le contexte d’urgence de la crise sanitaire. La collecte du premier semestre a représenté autant de dons que celle attendue en fin d’année » . Mais qu’en sera-t-il pour le dernier trimestre ?

« Les Français doivent être au rendez-vous. L’élan de solidarité et la générosité du premier semestre doivent être encore plus présents maintenant. Les enjeux sont importants », nous livre Laurence Lepetit.

 

Un dernier trimestre 2020 très attendu par les associations

En 2019, plus de 40 % des dons ont été faits sur le dernier trimestre de l’année. Autre indicateur qualitatif dévoilé par France générosités, « seuls 26 % des Français se déclarent prêts à donner d’ici la fin de l’année alors qu’ils ont été nombreux à se mobiliser au cœur de la crise Covid-19 ». Un constat inquiétant pour le milieu associatif. Habituellement, c’est au moment de la fin d’année que la population est généreuse, notamment au mois de décembre, qui représente la plus importante collecte de dons à l’occasion des fêtes. Qu’en sera-t-il cette année ? Le reconfinement va-t-il rebattre les cartes de la solidarité ? C’est en tout cas la crainte du milieu associatif. Les risques économiques, les pertes d’emplois ou le chômage partiel, qui pèsent sur une partie de la population, risqueraient de mettre à mal les moments de générosité de la fin d’année. 

 

Une explosion des besoins du côté des associations

Et les dons réalisés en cette fin d’année sont indispensables au bon fonctionnement des associations et fondations d’intérêt général. Près de la moitié des organisations membres de France générosités dépendent des ressources privées. Laurence Lepetit nous explique : « Ce deuxième confinement arrive en pleine période où on constate une explosion des besoins. Il y a eu près d’un million de personnes qui ont basculé dans la pauvreté depuis le début de la crise, soit 45 % de personnes en plus qui ont besoin de l’aide alimentaire selon le Secours populaire. Et 30 % d’entre eux sont restés des bénéficiaires réguliers ces derniers mois. Cela démontre bien que les besoins financiers sont importants ». Autre inquiétude : une baisse notable des collectes des associations employeuses et l’annulation des grands événements de collecte mettent en danger de nombreuses structures. « Certains secteurs ont souffert plus que d’autres, comme le sport et la culture », conclut-elle.  Ainsi, à l’issue du premier confinement, 30 % des associations confiaient avoir subi une baisse de leurs ressources privées, aussi bien pour les dons et que le mécénat, rapporte France générosités.

Christina Diego 

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer