Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 22 février 2021 - 08:00 - Mise à jour le 23 février 2021 - 09:17
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Simplon.co rêve d’avoir une « vocation mondiale »

Depuis son lancement en 2013, Simplon.co n’a cessé de former au numérique des publics sous-représentés (chômeurs, femmes, réfugiés...) dans le secteur et a élargi son offre pédagogique. La société veut aujourd’hui accélérer sur l’aspect international où se trouve son potentiel de croissance – et d’impact – sans toutefois faire grossir sa structure.

Crédit photo : Thomas Chené pour APEC 2.
Crédit photo : Thomas Chené pour APEC 2.

 

Top 50 de l'entrepreneuriat à impact

Cet article est issu du Top 50 de l’entrepreneuriat à impact. Initié par Carenews, piloté par HAATCH et l'ESSEC et soutenu par BNP Paribas, ce classement dévoile les 50 structures (entreprises, associations, coopératives) les plus impactantes de 2020.

 

Découvrez le détail du Top 50 et ses lauréats dans le livre de 136 pages qui présente la méthodologie, les critères d'évaluation, les portraits, les chiffres, les analyses et dossiers de fond sur les réseaux de l'ESS ou la mesure d'impact.

 

Frédéric Bardeau ne cache pas son ambition pour Simplon.co. « Nous avons une vocation mondiale » explique l’ex-communicant qui a cofondé en 2013 avec Andrei Vladescu-Olt et Erwan Kazzar ce réseau de fabriques qui propose des formations au numérique ciblant prioritairement des publics sous-re- présentés au sein de la tech. Pourtant, l’ancien patron-fondateur de l’agence LIMITE souligne que le défi de cette internationalisation inscrite dans son plan d’action est de « réussir à faire grossir l’impact de Simplon sans faire grossir Simplon ».

Désormais plus de Simploniens formés à l’international

Si son réseau a ouvert une fabrique dès l’année 2014 en Roumanie, la vraie phase d’internationalisation a débuté à partir de 2016-2017 avec la Belgique, le Liban ou encore la Côte d’Ivoire. Depuis, Simplon. co a appuyé sur l’accélérateur. Signe que le sujet est stratégique, le nombre de "simploniens" formés à l’international au dernier trimestre 2020 – plus de 3 000 personnes – a dépassé pour la première fois le nombre en France ! Pour l’épauler dans ce développement, Frédéric Bardeau a nommé, début 2019, Lynda Attias, une ancienne de l’ONG Action Contre la Faim, en tant que directrice du développement et des opérations internationales.  

Début 2020, le groupe a lancé des formations en République Démocratique du Congo, au Burkina Faso, au Kenya ainsi qu’au Mali. S’il a fait une première  incursion en Amérique du Sud mi-novembre en ouvrant une formation en Colombie, le groupe a surtout comme priorités géographiques l’Europe, le Moyen- Orient, l’Afrique ainsi que l’Inde. Crise de la Covid-19 oblige, plusieurs projets sont suspendus ou décalés comme au sein du géant asiatique où la population subit un confinement strict et où une dizaine d’écoles devaient voir le jour. À moyen terme, la structure compte aussi se lancer en Australie, en Corée du Sud et au Québec. Simplon.co, qui possède une vingtaine d’écoles dans 17 pays rêve de toucher prochainement une trentaine de pays en évangélisant une « méthode Simplon » : des formations gratuites, des publics cibles et des partenariats nombreux et variés pour une formule gagnant-gagnant.

Adhésion au Global Compact de l’ONU

Au sein de Simplon.co, l’internationalisation est nécessaire. « C’est là-bas qu’il y a la plus grosse croissance », souligne Frédéric Bardeau sous-entendant  que de nombreux acteurs – par ailleurs concurrents  potentiels – existent déjà dans l’Hexagone. L’international offre toutefois des surprises au réseau lors des négociations. « À l’étranger, quand on a dit qu’on proposait des formations gratuites, ils ne comprenaient pas toujours », ironise celui qui est Fellow 2017 de la communauté internationale d’entrepreneurs sociaux Ashoka. Simplon.co fonctionne à la fois via des franchises mais aussi des filiales. Sur la vingtaine de millions d’euros de chiffre d’affaires de Simplon.co attendus fin 2020, environ quatre devraient avoir été réalisés à l’international, l’objectif est désormais de faire grimper ce chiffre à six en 2021.  

Parallèlement, Simplon.co adhère aussi à des initiatives internationales à l’instar du processus onusien Global Compact, qui fêtait en 2020 ses 20 ans.  « Comme beaucoup de cordonniers mal chaussés dans l’ESS, on est très fiers de notre impact, mais en termes de RSE, on n’est pas toujours au top, donc on a pris un peu le taureau par les cornes », justifie Frédéric Bardeau. François Durollet, CEO de Simplon. co a adressé fin mars au secrétaire général Antonio Guterres sa lettre d’adhésion et y souligne que l’entreprise soutient les dix principes de cette initiative concernant les droits de l’homme, les normes internationales du travail, la protection de l’environnement et la lutte contre la corruption. Si cette adhésion correspond aux valeurs de Simplon.co et qu’elle est parfois requise pour répondre à des appels d’offres, elle est aussi opportuniste. Le Global Impact rassemble près de 12 000 entreprises de plus de 170 pays soit un grand nombre de partenaires potentiels. De quoi aller plus vite et plus loin dans le développement international.

 

Pierre-Anthony Canovas 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer