Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 26 mars 2020 - 10:00 - Mise à jour le 26 mars 2020 - 12:17
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Yoann Kassi-Vivier (réserve civique) : « On assiste à un véritable élan de solidarité »

Pour faire face à l’épidémie de coronavirus, le Gouvernement lance la réserve civique. Cette plateforme, qui permet aux citoyens d’effectuer des missions d’intérêt général auprès d’associations et d’organismes publics, est opérationnelle depuis lundi. L’intrapreneur public Yoann Kassi-Vivier, chargé du développement numérique des politiques d’engagement civique auprès du secrétaire d’État Gabriel Attal, répond à nos questions.

Crédit photo : DR.

Lancée en 2017 sous forme de startup d'État au sein de l’incubateur beta.gouv de la direction interministérielle du numérique (DINUM), la réserve civique (jeveuxaider.gouv.fr) est officiellement opérationnelle depuis lundi. L’intrapreneur public Yoann Kassi-Vivier, chargé du développement numérique des politiques d’engagement civique (réserve civique, SNU et service civique) auprès du secrétaire d’État Gabriel Attal, a bien voulu nous expliquer plus en détails en quoi elle consiste. 

  • Vous venez de lancer ce lundi la réserve civique. De quoi s’agit-il ?

Instituée par la loi Egalité et Citoyenneté n° 2017-86 du 27 janvier 2017, la réserve civique répond au désir d’engagement des citoyens qui s’est largement manifesté après les attentats de 2015. L’objectif était d’agréger des missions dans le public ou le privé non lucratif et de pouvoir avoir recours à un contingent de volontaires motivés en cas de crise. Ce service avait toutefois été mis de côté pour se concentrer sur la priorité présidentielle du Service National Universel (SNU) porté par le secrétaire d'État auprès du ministre de l’Éducation nationale et de la jeunesse Gabriel Attal. Face à la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, il m'a demandé d'adapter la plateforme en quelques jours. Ce que j’ai fait en réunissant une équipe d'urgence composée d'agents de la la direction de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative (DJEPVA) et de la DINUM ; confinée mais déterminée.

  • À quels besoins répond-elle ? 

À la crise sanitaire, il ne faut pas ajouter un drame social. En plus des enjeux courants liés aux plus démunis, aux personnes en difficulté ou encore isolées, la crise actuelle demande aux milieux associatifs d'être particulièrement actifs. Or, 45 % des bénévoles dans les milieux associatifs ont plus de 65 ans et cette partie de la population étant particulièrement à risque, elle doit rester confinée. Le besoin en renfort de bénévoles est par conséquent très urgent. Le président a donc demandé une « mobilisation nationale de solidarité entre les générations ». Gabriel Attal, le ministre de la Santé Olivier Véran et le ministre de l’Éducation Jean-Michel Blanquer ont organisé une réunion d'urgence afin d'y répondre. Il a été convenu entre Emmanuel Macron et Gabriel Attal que la plateforme de la réserve civique serait reprise pour soutenir les structures associatives mobilisées autour de quatre missions vitales. 

  • Quelles sont les missions proposées ? Les Français ont-ils répondu présent ?

Dans ce contexte d'état d'urgence sanitaire et de confinement, il est plus que nécessaire d'être très ferme à la fois au regard des missions éligibles et à la fois face aux modalités de bénévolat. Pour que cela se fasse dans un cadre régalien, voici les missions qui ont été à ce jour identifiées et intégrées dans le périmètre de réserve civique :

  1. Aide alimentaire et d’urgence. Je distribue des produits de première nécessité (aliments, hygiène…) et des repas aux plus démunis.

  2. Garde exceptionnelle d’enfants. J’aide à garder des enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance.

  3. Lien avec les personnes fragiles isolées. Je participe à maintenir le lien (téléphone, visio, mail...) avec des personnes fragiles isolées : personnes âgées, malades ou en situation de handicap.

  4. Solidarité de proximité. Je fais les courses de produits essentiels pour mes voisins les plus fragiles.  

Le grand nombre d'inscriptions sur la réserve civique est très prometteur. On assiste à un véritable élan de solidarité. Dans ce type de crise, tout l’enjeu est d’arriver à l'encourager pour faire en sorte qu'il se pérennise.

Propos recueillis par Hélène Fargues 

dossier

 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer