Aller au contenu principal
Par Impact Track - Publié le 28 janvier 2022 - 09:12 - Mise à jour le 28 janvier 2022 - 10:32
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Comment l’Aidant Bus identifie les besoins des aidants et ajuste ses actions grâce à la mesure d’impact social

Dans ce cinquième épisode de notre série #Partagetonimpact, Melissa Grosset, Coordinatrice de l’Aidant Bus, explique comment la mesure d’impact lui a permis de mieux cerner les vrais besoins de ses bénéficiaires.

Crédit photo : Page Facebook Aidant Bus
Crédit photo : Page Facebook Aidant Bus

En France on compte 11 millions d’aidants, ces personnes qui apportent un soutien régulier à un proche en perte d’autonomie. Un an après son lancement, voici le retour d’expérience du dispositif itinérant qui lutte contre l’isolement et l’épuisement des aidants. 

 

  • Mélissa, peux-tu nous présenter l’Aidant Bus ? 

L’Aidant Bus est un espace ressource itinérant dédié aux aidants. Il a été créé à l’initiative du Centre Local d’Information et de Coordination du Sud Manche. Grâce à notre camion, nous sillonnons quotidiennement l'ensemble de notre territoire en allant à la rencontre des aidants. 

L’Aidant Bus, c’est un lieu de rencontre, d’information, d’animation et de formation entièrement gratuit. Il lutte avant tout contre l’isolement et l’épuisement au travers de permanences le matin, d’animations l’après-midi et de soirées qui favorisent les rencontres entre aidants. 

 

  • Tu partages aujourd’hui les premiers résultats de votre évaluation d’impact. Pourquoi as-tu décidé de lancer cette démarche dès le début du projet ? 

C’est initialement notre financeur, Malakoff Humanis, qui nous a suggéré d’instaurer une démarche de mesure d’impact. C’est vrai qu’au lancement du projet, on a un tas de choses à penser, et nous n’aurions pas imaginé initier cette démarche aussi vite de nous-même. Pourtant, même au bout d’une année d’activité, on peut d’ores et déjà prendre du recul et en tirer des enseignements. Finalement, cette opportunité est arrivée au bon moment. 

 

  • Comment vous êtes-vous organisées autour de la démarche de mesure d’impact social ?  

Si nous sommes convaincues de l’importance que revêt la mesure d’impact, c’est difficile de se dégager du temps surtout au lancement d’une activité. Heureusement, bien aidée par Impact Track et ses ateliers d’accompagnement, nous avons pu avancer ensemble sur la définition des indicateurs, la théorie du changement et la création des questionnaires. 

Élodie, l’animatrice d’Aidant Bus qui reçoit les aidants au quotidien, a géré la partie administration des questionnaires auprès des usagers avec trois moyens : mail, SMS ou papier. 

 

  • Un an après le lancement de l’Aidant Bus, quels sont les premiers enseignements que tu tires de ces résultats ?  

La démarche de mesure d’impact nous permet de prendre du recul grâce à des indicateurs plus qualitatifs. Au début de chaque projet, chacun arrive avec ses propres représentations. Avec cette démarche, on objective les vrais besoins de nos usagers aidants. 

Nous avons obtenu des résultats très positifs qui nous confortent dans notre approche : par exemple 2 usagers aidants sur 3 ont pris conscience de l’importance de prendre soin d’eux, 75 % se sentent soulagés par notre accompagnement et 100 % d’entre eux recommanderaient nos services.  

En revanche il est nécessaire de réajuster notre organisation. On déploie énormément d’énergie pour mettre en œuvre des animations récréatives variées, multiples et innovantes entre aidants. Or on se rend compte que le principal bénéfice perçu par les usagers est « l’écoute attentive et bienveillante » tandis que « les temps récréatifs » arrivent en troisième position. La mesure d’impact permet aussi cela : recadrer notre énergie et sortir de nos idées préconçues. 

 

  • L’Aidant Bus est une jeune initiative. On imagine que vous avez encore plein d’autres défis à relever. Peux-tu nous en dire plus ?  

On considère qu’au niveau national plus de la moitié des aidants n’ont pas conscience de l’être, alors que parmi les aidants accompagnés par l’Aidant Bus ce chiffre descend à 14 %. Une question fondamentale demeure : comment toucher les aidants qui s’ignorent ? C’est à coup sûr un de nos défis de 2022 et nous avons déjà identifié des premières pistes de réponse comme la vulgarisation de notre discours. 

Par ailleurs, on aimerait également s’adresser aux aidants professionnels du domicile. Eux aussi souffrent de l’isolement, du manque de soutien psychologique et financier. 

Nous souhaitons également renforcer nos relations partenariales et étendre notre mesure d’impact en interrogeant nos partenaires pour mieux comprendre leurs besoins et attentes vis-à-vis de nous.

 

  • Pour finir, as-tu un mot à adresser à celles et ceux qui comme toi hésitent à se lancer dans une mesure d’impact social ?  

Foncez, allez-y ! Oui, c'est peut-être dense au début, mais ça vaut vraiment le coup. Que ce soit pour faciliter les échanges avec vos partenaires ou financeurs, mais aussi pour l’équipe afin qu’elle puisse garder le cap. Pouvoir objectiver les besoins de ses bénéficiaires avec des chiffres, comprendre les résultats et impacts de ses actions, c’est stimulant pour tout le monde !  

 

Pour aller plus loin

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer