Aller au contenu principal
Par Coalition Solidaire - Publié le 20 juillet 2021 - 11:11 - Mise à jour le 29 juillet 2021 - 14:33
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Innovation santé et qualité de vie des séniors

En matière d’innovation santé, il y a un avant et un après COVID-19. La médecine a dû réinventer sa pratique, la recherche s’est retrouvée propulsée sur le devant de la scène, toutes deux contraintes de travailler dans des conditions inédites. La crise a aussi mis en exergue combien nos aînés sont exposés aux risques sanitaires. L’innovation santé détient-elle la clé du bien vieillir ?

Innovation santé et qualité de vie des séniors. Crédit photo : Getty Images.
Innovation santé et qualité de vie des séniors. Crédit photo : Getty Images.

Qu’est-ce que l’innovation santé ?

Bien des appellations circulent. Santé numérique, e-santé, biotechnologies, patient connecté… Toutes ces dénominations couvrent chacune une partie de l’immense champ de l’innovation santé. Pour le saisir dans sa globalité, on peut dénombrer trois grandes familles. Il y a tout d’abord tout ce qui touche à l’innovation technologique et numérique, où l’on retrouve la télémédecine, les objets de santé connectés ou bien la robotique chirurgicale. Deuxième axe d’innovation : le diagnostic et les thérapies, comprenant notamment les biotechnologies et les thérapies ciblées. Et enfin, l’innovation organisationnelle et comportementale, c’est-à-dire tous les nouveaux modes d’exercice et de prise en charge dont le parcours de soins coordonnés, le suivi à distance, le dossier médical partagé, l’éducation thérapeutique.

Aujourd’hui la France compte plus de 1 700 entreprises consacrées à l’innovation santé, réparties entre biotechs, medtechs et e-santé (source France Biotech). La France détiendrait ainsi le leadership européen en termes de nombre d’entreprises émergentes dans le domaine de la santé. En 2020, c’est d’ailleurs dans ce secteur que les demandes de brevets ont le plus augmenté en France (+17,5 %).

Si le dynamisme du secteur est exponentiel, l’innovation santé prend également de plus en plus de place dans la parole publique. Après une première étape en avril 2019 visant à généraliser l'échange et le partage sécurisé de données de santé entre patients et professionnels de santé (Ma Santé 2022), le Président de la République vient d’annoncer le 29 juin dernier la mise en place du plan Innovation Santé 2030, dont l’intention est claire : faire de la France « la première nation européenne innovante et souveraine en santé ». Il s’agit, via une enveloppe débloquée de 7 milliards d’euros, d’ouvrir les vannes de l’innovation et de mettre à contribution tous les acteurs, institutions, grands groupes, startups, porteurs de projets.

Et en matière d’innovation, la santé recèle encore des perspectives insoupçonnées. L’intelligence artificielle, la robotique, le big data sont autant de technologies à explorer, qui trouvent déjà une application directe pour les patients : diagnostic assisté, télémonitoring, essais cliniques digitalisés… L’Intelligence Artificielle est par exemple utilisée dans la recherche contre le cancer. Les dispositifs de e-santé sont quant à eux totalement passés dans les mœurs, à l’aune de la crise sanitaire. Leur appropriation est évidente et laisse présager de nouvelles – et nombreuses – applications dans les années à venir.

Bien que relevant de la prospective, la crise sanitaire a fait de l’innovation santé un enjeu mondial dont les avancées sont autant de promesses attendues. Un enjeu qui ne peut s’envisager sans prendre en compte une donnée démographique majeure : le vieillissement de la population.

Évolution démographique : innover pour répondre au défi santé du bien vieillir ?

Si l’on regarde de plus près les données démographiques de la population française, l’évidence est frappante : la part des séniors connaît une constante augmentation. Et ce que certains nomment la « vague grise » est déjà à l’œuvre. Selon l’INSEE, au 1er janvier 2020, les plus de 65 ans représentent 20,5 % de la population, soit un habitant sur dix. En 2040, selon les projections actuelles, ils représenteront un Français sur quatre. Cette forte augmentation s’explique par deux phénomènes concomitants : l’arrivée, d’une part, des baby-boomers à l’âge de 65 ans et d’autre part l’augmentation de l’espérance de vie – actuellement 78,4 ans pour les hommes et 84,8 ans pour les femmes.

Pour répondre aux nouveaux et multiples enjeux de cette transformation, des solutions ad hoc émergent, dont la plupart restent encore à imaginer. Et c’est précisément l’objet de la Silver Économie, écosystème transversal consacré aux séniors où agissent de grands groupes de protection sociale tout comme de nombreuses PME et startups. Le secteur est en pleine expansion : son dynamisme est porteur d’emplois et de croissance. Le marché représenterait selon les chiffres du ministère de l’Économie 130 milliards d’euros en France, affichant 300 000 créations d’emplois. Particulièrement favorable à la R&D, sa dimension sociale en fait également un intéressant levier de développement territorial. D’autant que son écosystème est adaptable à chaque région, selon son tissu économico-social et ses spécificités.

Tous les secteurs d’activité sont concernés par la Silver Économie : loisirs, nutrition, transport, numérique, assurance, sécurité, habitat… mais aussi la santé, domaine où l’innovation détient un rôle-clé, celui d’agir en faveur du bien vieillir. Car l’enjeu est bien là. L’allongement de l’espérance de vie doit être synonyme autant que possible d’autonomie, de lien social, d’une meilleure prise en charge des aléas de santé et de qualité de vie.

Quel rôle pour les acteurs de la prévoyance et de la protection sociale ?

Si l’innovation santé appliquée aux séniors est un sujet dont les pouvoirs publics et les collectivités s’emparent, la sphère privée occupe une place tout aussi stratégique. Et notamment les entreprises de protection sociale, qui du fait de leur cœur de métier se trouvent en première ligne.

Ainsi, du côté des activités sociales d’AG2R LA MONDIALE, l’innovation santé en faveur du bien vieillir est une démarche participative, animée par la volonté d’améliorer la prévention ainsi que la prise en charge et la qualité de vie des séniors. Autrement dit : pour être pertinentes, les solutions de demain se construisent pour et avec nos aînés.

« Nos solutions répondent au principe de la médecine des 4P : préventive, prédictive, participative, personnalisée. » - Eric Sanchez, directeur des particuliers au sein de la direction des activités sociales d’AG2R LA MONDIALE

Afin d’animer cette démarche, le Groupe a créé le Lab Usages et Autonomie. Le dispositif réunit séniors, startups et partenaires experts de la Silver Économie pour concevoir et tester ensemble de nouveaux produits et services. Parmi les sujets traités par cette mobilisation collective : les innovations en maisons de retraite (LAB’EHPAD), ou bien le récent DOMICI’LAB qui cherche à initier une transformation autour du bien vieillir à domicile.

Pour soutenir la recherche et l’émergence de solutions innovantes, AG2R LA MONDIALE a également lancé en 2019 l’appel à projets MED4AGE, en collaboration avec le cluster Medicalps. Les initiatives présentées mettent l’innovation technologique et numérique au service de la prévention santé, avec une attention particulière au parcours de soins, aux maladies chroniques et à la perte d’autonomie. Les dix dossiers présélectionnés cette année pour sa troisième édition seront annoncés le 21 septembre, puis les deux lauréats en novembre, bénéficiant chacun d’une dotation comprise entre 30 000 et 75 000 euros.

Autre appel à projets : Silver Surfer, qui organise cette année sa septième édition avec le soutien d’AG2R LA MONDIALE. Les candidats présentent tous des projets innovants en matière de mobilité, d’habitat, des aidants, du digital et de la santé. Il est encore possible de déposer un dossier jusqu’au 27 août 2021.

Il ne saurait être d’innovation santé sans innovation sociale. Et ce principe est au cœur du Collectif L’Humain d’abord, réseau novateur de professionnels du prendre soin à domicile. Pourquoi novateur ? Parce que les équipes travaillent toutes en ultra-proximité et en totale autonomie d’organisation, dans une vision complète de chaque personne accompagnée où la qualité des soins ne s’envisage qu’avec la qualité de la relation humaine. La méthode appliquée, appelée méthode « Buurtzorg », se veut une réinvention du secteur du soin à domicile.

Les perspectives offertes par l’innovation santé pour accompagner l’augmentation de l’espérance de vie appellent de toute évidence de nouveaux modes de fonctionnement. Acteurs privés engagés, pouvoirs publics, économie sociale et solidaire : l’émergence de modèles hybrides est la voie à suivre pour diffuser le plus largement possible les expérimentations réussies.

 

L’engagement sociétal d’AG2R LA MONDIALE

Le Groupe est partout présent sur le territoire français. Ses équipes travaillent au plus près des besoins des individus et favorisent des partenariats locaux, efficaces sur le terrain et pertinents vis-à-vis des enjeux globaux de la société.

AG2R LA MONDIALE a ainsi soutenu le déploiement de nombreuses initiatives sociales et solidaires, contribuant à laisser s’exprimer – et à promouvoir – l’engagement citoyen.

L’engagement sociétal du Groupe s’exerce dans le cadre de l’action sociale relevant de l’institution AG2R Agirc-Arrco, à laquelle s’ajoute l’institution de prévoyance, ainsi que des actions soutenues par les deux Fondations d’entreprise et de sa démarche d’investissement socialement responsable (ISR).

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer