Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 4 février 2021 - 16:00 - Mise à jour le 4 février 2021 - 17:10
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Revue de presse : mécénat culturel et crise, la tendance réparation, Bernie Sanders

Que fallait-il retenir de l'actualité de l'engagement cette semaine du 4 février ? Voici les articles que la rédaction de Carenews a sélectionnés pour vous.

Crédit photo : artisteer.
Crédit photo : artisteer.

Gala en ligne, appel aux dons, refonte totale des projets… Les Echos se penchent sur les façons dont les institutions culturelles innovent pour faire face à la crise. Si l'Opéra de Paris a réussi à lever quasiment la même somme qu’avant la pandémie lors de son sixième gala d'ouverture de la saison de danse en version numérique, le château de Chantilly n’a eu d’autre choix que d'envoyer un SOS aux internautes après le désengagement de son mécène le prince Aga Khan.

« “La situation est catastrophique car nous passons entre les trous de la raquette. Nous ne sommes pas une entreprise privée, donc nous n'avons pas droit au PGE, au chômage partiel, aux compensations pour perte de chiffre d'affaires. Et nous ne sommes pas un établissement de l'Etat puisque Chantilly a été légué à l'Institut de France, donc nous n'avons pas droit aux mesures du plan de relance du ministère de la Culture” déplore Christophe Tardieu, directeur du domaine. »

 

Les Français·es sont de plus en plus nombreux à privilégier la réparation à l’achat neuf, rapporte Novethic, qui souligne les nombreux freins subsistant toutefois. Le principal ? Le déficit de réparateurs, tous secteurs confondus. Au point que la startup de réparation et de reconditionnement de l’électroménager Murfy a décidé d’ouvrir sa propre école de réparateurs. 

« "L’indice de réparabilité va permettre de sensibiliser les consommateurs et de les guider. Le prix ne sera plus le seul critère d’achat", espère Lætitia Vasseur co-fondatrice de l’association Halte à l’obsolescence programmée. "Surtout, cet indice apporte plus de transparence et va ainsi pousser les fabricants à améliorer la réparabilité de leurs produits. D’autant qu’en 2024, la loi prévoit le développement d’un indice de durabilité, qui devrait indiquer la durée de vie des produits, leur robustesse, leur fiabilité…" »

 

Bernie Sanders avait été immortalisé frigorifié sur sa chaise lors de l’investiture de Joe Biden le 20 janvier, par le photographe de l’Agence France-Presse Brendan Smialowski. La photo a fait le tour du monde et des réseaux sociaux, inondés de centaines de photomontages humoristiques. Le sénateur indépendant en a profité pour vendre des produits avec cette image au profit d’associations, et levé 1,8 million de dollars, raconte Le Monde.

« Brendan Smialowski juge “impressionnante” l’évolution de cette image “et toutes ses déclinaisons”. “Lorsque j’ai pris cette photo, j’ai trouvé que c’était un bon moment, qui valait quelques clichés”, a-t-il confié mercredi à l’AFP. “Bien que je ne m’attende, et ne cherche jamais, à ce que mon travail devienne viral ou se convertisse en mèmes”, ces montages humoristiques, “cela ne me surprend pas dans le sens où Internet, et les réseaux sociaux, sont imprévisibles”, a-t-il ajouté. »

 

 

Le jeu vidéo, nouveau médium de communication des entreprises ? Le dernier rapport développement durable de Microsoft a été publié ce 28 janvier avec une carte à télécharger sur le jeu de construction Minecraft. Directement inspirée de certains points évoqués dans le rapport, elle permet aux joueurs d’explorer une usine de recyclage ou encore une station de traitement des eaux usées. Un module révélateur « d’une tendance plus générale », rapporte L’ADN.

« La mode fait figure de pionnière en organisant des défilés virtuels ou en créant des tenues pour les personnages incarnés par les joueurs. Balenciaga, Louis Vuitton et Burberry sont même allés jusqu’à créer leurs propres jeux pour montrer les influences esthétiques de leurs collections. Mais la tendance se diffuse dans d’autres secteurs. »

 

Créée en 2014, l’entreprise ESUS Baluchon - À table citoyens prépare des plats cuisinés au cœur de la cité Marcel Cachin de Romainville (Seine-Saint-Denis), et est agréée par l'État en tant qu’entreprise d’insertion par l’activité économique. Forbes a rencontré sa co-fondatrice Louise Fourquet, et dresse le portrait d’une « véritable success story de l’entrepreneuriat solidaire ».

« La cofondatrice de la pépite philanthrope compte bien varier ses terrains d’action, en se tournant notamment vers la restauration d’entreprise. Un marché qui a évolué au même rythme que la culture d’entreprise, et qui marquait déjà un profond renouvellement avant la crise du Covid. La cantine d’une grande entreprise est un élément de bien-être au travail et de marque employeur, et les attentes sont de plus en plus exigeantes. » 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer