Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 28 mars 2024 - 14:28 - Mise à jour le 12 avril 2024 - 15:02 - Ecrit par : Théo Nepipvoda
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Artistes face au changement climatique : arrêter ou ralentir sa carrière ?

Le groupe Shaka Ponk comme le DJ Fakear ont pris des mesures pour lutter contre le changement climatique. Ils étaient les invités d’une table ronde dans le cadre du salon ChangeNOW qui s’est tenu à Paris du 25 au 27 mars.

Ces artistes engagés face au changement climatique. Crédit : Cristi Croitoru, iStock.
Ces artistes engagés face au changement climatique. Crédit : Cristi Croitoru, iStock.

 

Le groupe de rock Shaka Ponk, très engagée sur l'nvironnement, a pris une décision radicale, celle d’arrêter tout bonnement son activité musicale : « notre engagement n’était plus cohérent avec les spectacles gargantuesques qu’on proposait », explique Frah, le chanteur du groupe, invité d’une table ronde le 27 mars dans le cadre du salon ChangeNOW. 

Notre activité n’était plus synchro avec notre message. "

De nombreuses chansons du groupe évoquent la question écologique et plus largement les dérives de la société actuelle. Il s’engage également régulièrement via ses réseaux sociaux. Mais ce n’était pas suffisant pour le groupe formé en 2002 : « Notre activité n’était plus synchro avec notre message. Même si nous faisions tout pour être les plus écolos possibles, le fait est que nos tournées faisaient déplacer entre 500 000 et 1 million de personnes », estime Frah. Le déplacement des spectateurs, des artistes et du matériel est la partie la plus émettrice de gaz à effet de serre de ces événements. Pour un festival, ces trajets peuvent représenter jusqu’à 75 % de ses émissions de C02 selon une étude récente de A Greener Future. La dernière date de concert du groupe est donc prévue pour novembre.

 


À lire aussi : Les artistes clament toujours plus fort leurs engagements sociaux et environnementaux


 

« Il faut accepter la décroissance de son projet »

 

Même préoccupation pour le DJ français Fakear, qui a déjà quatre albums à son compteur. Moins radicale, sa décision a été d’arrêter les déplacements en avion et de désormais se rendre à ses lieux de prestation en train, quitte à ce que cela complique son quotidien : ​​« Prendre le train coûte relativement plus cher que prendre l’avion. En plus, cela rallonge le trajet. J’ai récemment mis 10 heures pour me rendre à Hambourg », explique le DJ également invité à ChangeNOW. « Il y a des ajustements logistiques importants pour mon équipe ». De part son engagement, il a récemment refusé une date au Costa Rica : « il faut être prêt à accepter la décroissance ou la stagnation de son projet », juge Fakear. 

 

Pourquoi les artistes ont-ils du mal à s’engager publiquement ?

 

Pour l’instant, il communique peu sur ces thématiques là auprès de son auditoire : « Dès qu’on a une parole politique, il faut des épaules solides pour la défendre sans avoir l’air ridicule et ignorant de la question », justifie Fakear. Il a également peur qu’en en parlant, son engagement prenne le pas sur sa musique : « J’avais peur qu’on ne me considère plus comme un artiste avant tout ». Il envisage pourtant de s’y mettre un jour.

J’avais peur qu’on ne me considère plus comme un artiste avant tout."

 

Frah observe également les embûches qui existent pour les artistes dans la prise de position sur des sujets de société : « Ce qui est important aujourd’hui pour un artiste, c’est la course aux followers sur les réseaux sociaux. Or, cela va contre les discours politiques risqués car en les tenant, le risque est de perdre des followers ». 

 

Un collectif d’artistes engagés créé par Shaka Ponk

 

Le groupe Shaka Ponk projette de se consacrer à la recherche de ponts entre engagement écologique et musique. Il est d’ailleurs à l’origine de The Freaks, un collectif créé en 2019 qui réunit des artistes et personnalités qui s’engagent à adopter de nouveaux comportements et à lutter contre la surconsommation : « Vu que les politiques et les industriels ne font pas le travail, il va falloir pousser et former les artistes à prendre la parole car les gens les écoutent », scande Frah. Dans ce collectif, on retrouve notamment Zazie, Soprano ou encore Pomme.

 

Théo Nepipvoda

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer