Aller au contenu principal
Par Carenews INFO - Publié le 9 novembre 2021 - 14:00 - Mise à jour le 9 novembre 2021 - 14:00 - Ecrit par : Théo Nepipvoda
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

COP 26 : où en sont les banques de la sortie des énergies fossiles ?

Face à la pression citoyenne et financière, les banques se désengagent peu à peu des secteurs des énergies fossiles. Petit tour d’horizon des différents engagements des principales banques françaises.

Les banques font-elles assez pour l'environnement ? Source : iStock;
Les banques font-elles assez pour l'environnement ? Source : iStock;

L’argent représente un levier majeur pour agir face au changement climatique. Partant de ce postulat, on peut percevoir le rôle essentiel que vont avoir les banques pour lutter face au réchauffement climatique dans les années à venir. Pourtant, selon un rapport publié en mars dernier par six associations, les grandes banques mondiales auraient augmenté les financements aux producteurs d’énergies fossiles de 5,9 % entre 2016 et 2020. Constat alarmant ! 

Mais petit à petit, les banques commencent à afficher leurs engagements sur cette thématique, poussées par la prise de conscience des citoyens. Lors de la COP 26, une coalition de 190 pays et organisations dont des banques et institutions financières se sont engagées à sortir « progressivement » de l’énergie au charbon à partir de 2030. Mais qu’en est-il pour les grandes banques françaises ? 

 

Quels sont les engagements communs des banques ?

En octobre 2021, les six plus grosses banques françaises (BNP Paribas, Crédit agricole, Société générale, BPCE, Crédit mutuel et la Banque postale)  ont annoncé cesser de financer les entreprises « dont la part d’hydrocarbures non conventionnels dans l’exploration et la production (pétrole de schiste, gaz de schiste et sables bitumineux) serait supérieure à 30 % de leur activité » . Pour les ONG, ces mesures ne sont que des redites : « Elles revoient à la marge les mesures qu’elles avaient déjà prises pour la plupart et semblent s’aligner sur le plus petit dénominateur commun », a lancé Lucie Pinson, directrice de l’ONG Reclaim Finance. 

En 2019, ces mêmes banques avaient promis de sortir du charbon de façon programmée et avaient donné les dates de 2030 et 2040 selon les zones géographiques. Mais certaines banques ont annoncé, ces derniers mois ou ces dernières années, des engagements plus importants que ces déclarations communes.

 

La Banque Postale, des engagements salués

La Banque Postale se positionne en pionnière européenne. Mi-octobre, la filiale du Groupe La Poste a annoncé sa sortie totale des énergies fossiles « au plus tard en 2030 ». Elle arrêtera donc de financer les acteurs du pétrole, du gaz et du charbon à cette date. La banque souhaite également arrêter de « soutenir les entreprises activement impliquées dans le lobbying en faveur du pétrole ou du gaz, ou celles ralentissant ou bloquant les efforts pour sortir de ces secteurs » en 2040. 

Cette mesure pourrait avoir d’importantes conséquences sachant que la Banque Postale détient 1,2 milliard d’euros d’exposition brute dans le secteur des énergies fossiles. Pour Alexandre Poidatz, chargé de plaidoyer Finance et Climat à Oxfam France, « si toutes les banques faisaient un copier-coller de la politique de la Banque postale, le climat serait largement épargné. »

 

Crédit Mutuel, des mesures « dès aujourd’hui »

Fin octobre 2021, le Crédit Mutuel a annoncé qu’il cessait « dès aujourd’hui » le financement de « tout nouveau projet d'exploration de production et d'infrastructure dans le pétrole et le gaz ». La Banque a également précisé qu’elle allait s’enager « à dialoguer avec les entreprises de son portefeuille afin de les convaincre de renoncer à développer de nouveaux champs pétroliers et gaziers après une courte échéance, sous peine d'être exclues de futurs soutiens ». 

Dès 2020, le Crédit Mutuel s’était engagé à sortir progressivement du charbon. La banque avait annoncé couper toute relation avec plus de 700 entreprises représentant près de 90 % de l’industrie du charbon. Le groupe avait également acté la sortie totale du secteur du charbon d’ici 2030. 

 

La Société Générale, des mesures dès 2025

La Société Générale s’est engagée sur des mesures dans le temps court. Outre le charbon, la banque a annoncé en octobre 2020 réduire son exposition globale au secteur de l’extraction du pétrole et du gaz de 10 % d’ici à 2025. Dès lors, elle a arrêté tout financement de nouveaux projets d’extraction onshore aux Etats-Unis. Pour la société générale, le pétrole et le gaz représentaient un financement de 20 milliards d’euros, soit 6,1 % des expositions de la banque. 

 

Quels sont les engagements de BNP Paribas ?

Lors de son assemblée générale en mai 2021, BNP Paribas a également annoncé des mesures concernant le désinvestissement dans les énergies fossiles. La banque prévoit de réduire d’ici 2025 de 10 % l’exposition de son portefeuille de crédit aux sociétés d’exploration  et de production de pétrole et de gaz. En 2020, ce secteur représentait 35,1 milliards d’euros soit 2 % de l'encours total de la banque.

 

 

 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer