Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 27 octobre 2021 - 16:00 - Mise à jour le 29 octobre 2021 - 17:39 - Ecrit par : Théo Nepipvoda
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Les fonds à impact peuvent-ils favoriser la diversité ?

Les questions de diversité et de mixité commencent à émerger dans les fonds à impact. Pourtant, le chemin est encore long pour arriver à une situation idéale en la matière.

Les fonds peuvent-ils influencer sur les questions de diversité ? Source : iStock.
Les fonds peuvent-ils influencer sur les questions de diversité ? Source : iStock.

 

Progresser sur la question de la mixité et de la diversité dans le monde économique nécessite la mobilisation de tous les acteurs… Et notamment celle des investisseurs. Dans le secteur de l’impact, la question est d’autant plus importante. Répondant, entre autres, à des problématiques sociales, l’entrepreneuriat à impact à tout intérêt à être divers et représentatif de la société. Mais qu’en est-il réellement ? Ces fonds ont-ils la capacité d’être de véritables acteurs du changement ?

La diversité territoriale, la priorité des fonds à impact ?

French Impact est une association qui fédère et accélère l’écosystème de l’impact. Sa directrice générale, Stéphanie Goujon, constate la prise en compte progressive de la diversité géographique dans les projets financés : ​​« Il y a dans le discours et progressivement dans les actes, une volonté de diversité territoriale », estime-t-elle. «  Tout le monde parle d’ancrage territorial. (...) Dans le discours, c’est pas politiquement correct de dire qu’on veut rester parisien ».

Mais lorsqu’on parle de diversité territoriale, on parle également de diversité des profils : « La diversité territoriale amène aussi une diversité de profils dans les entrepreneurs », explique Stéphanie Goujon. « On peut se douter que les porteurs de projets à Marseille ne sont pas les mêmes que les porteurs de projets à Stains ou à Strasbourg ».

Regarder la composition des équipes des projets financés

Le fonds RAISE Impact finance des entreprises à impact social ou environnemental positif. Il prend en considération cette question de la diversité culturelle et sociale notamment lorsque les entreprises sont regardées par le comité d'impact. Le fonds regarde notamment la diversité au sein des salariés :    

On va regarder la qualité du management, la composition des équipes et la parité ou du moins une forme d’ouverture des équipes de management. Clairement, c’est un des éléments qui montre cette forme d’intentionnalité et de cohérence entre le discours des entreprises à impact et leur application au quotidien », Serge Bedrossian, co-head de RAISE Impact.

 

Pourtant, l’absence de statistiques ethniques empêche la mise en place d’objectifs chiffrés sur cette question. Pour l’instant, le fonds n’a pas encore officialisé de stratégie précise sur ces questions de diversité, mais travaille avec Mozaik RH, le cabinet de recrutement spécialiste de la diversité, pour proposer aux entrepreneurs, des talents aux profils différents.  

D’où vient le problème du manque de diversité ?

Pour l’instant, les fonds à impact s’intéressent peu à cette question. Mais si le problème venait de l’écosystème de l’impact en général ? En effet, Stéphanie Goujon estime, de son côté, que « la rencontre ne se fait pas » entre les personnes issues de la diversité et les fonds d’investissement à impact, car les projets sont souvent portés par les mêmes profils : 

Les fonds dont on parle regardent plutôt les tickets à un million d’euros. Donc on se situe tout de suite dans une certaine catégorie de projets. C’est pour cela que la rencontre ne se fait pas. Il y a peu de porteurs de projets issus de quartiers qui ont les compétences pour construire un business modèle de ce type là. D’abord, ils ne s’autorisent pas à penser qu’ils pourraient emprunter un million d'euros. Déjà,il faut lever la barrière mentale. », Stéphanie Goujon, French Impact.

 

L’égalité femme-homme en progrès

En ce qui concerne l’égalité femme-homme, le fonds RAISE Impact assure avoir une politique active sur la question : « À l’intérieur de nos participations, on est autour de 50 % de femmes cadres quand la moyenne nationale est plutôt autour de 40 %. On a quasiment un tiers de femmes dans les comités exécutifs dans nos portefeuilles quand la moyenne nationale est plutôt autour de 25 % ».

Sur le profil des entrepreneurs également, l’objectif est d’atteindre 30 % de projets portés par des femmes dans le portefeuille en 2030.

Pourtant, il reste du chemin à parcourir. Selon le baromètre de Sista et de BCG Consulting group,  Les équipes fondatrices 100% masculines comptent pour 84% des startups financées en 2020 (pas spécifiquement pour l’impact).

 

Des fonds très masculins

Stéphanie Goujon dénonce un « biais de genre » présent au sein des fonds. « Lorsqu’on demande de l’argent à un fonds, on va beaucoup plus nous poser, en tant que femmes, des questions sur les freins potentiels », assure la directrice générale de French Impact. Elle estime que le problème vient en partie de la composition très masculine des équipes d’investisseurs créant un effet de cooptation.

D’ailleurs, chez Raise, tous les fonds, dont le fonds Impact, sont dirigés par une femme ET par un homme. « Il y a même une parité complète à chaque échelon de la maison », explique Serge Bedrossian.

 

Théo Nepipvoda

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer