Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 30 juin 2021 - 12:00 - Mise à jour le 30 juin 2021 - 12:00 - Ecrit par : Lisa Domergue
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Qu’est-ce qu’un label RSE ?

S’appuyant sur la norme ISO 26000, les labels RSE visent à accompagner les entreprises à s’inscrire dans une démarche de développement durable. Explications.

Crédit photo : sezer ozger.
Crédit photo : sezer ozger.

 

Agrément ESUS, raison d’être, qualité d’entreprise à mission, mais aussi label RSE… pour attester de leurs engagements sociaux, sociétaux et environnementaux, les entreprises ont le choix. Chacune de ces distinctions à ses propres caractéristiques et rien n’empêche les entreprises de les cumuler. 

Qu’ils soient généralistes, thématiques ou sectoriels, les labels RSE (responsabilité sociétale des entreprises) visent à valoriser les démarches de développement durable des entreprises. 

 

Une référence : la norme ISO 26000

La RSE est définie par la norme ISO 26000. Publiée en 2010, c’est « une norme internationale qui donne les lignes directrices de ce que l’on appelle une démarche de responsabilité sociétale, une démarche de développement durable, une démarche RSE », explique Mélodie Merenda, cheffe de projet RSE et économie circulaire à l’AFNOR Certification. 

Un rapport publié en février 2021 par la Plateforme RSE, un dispositif mis en place par le premier ministre en 2013 au sein de France Stratégie, définit ainsi les labels RSE comme « une attestation de garantie délivrée par une tierce partie qui caractérise la démarche RSE mise en œuvre par une entreprise au sens des lignes directrices ISO 26000. » 

Les 7 piliers de la norme ISO 26000

La démarche RSE est structurée autour de sept domaines : 

- la gouvernance de l’organisation

- les droits de l’homme

- les relations et conditions de travail

- l’environnement

- la loyauté des pratiques

- les questions relatives aux consommateurs

- les communautés et le développement local

 

Pour en savoir plus sur la RSE, (re)découvrez l’article de Carenews

La différence entre label et certification ? 

Si la norme ISO 26000 se positionne comme la référence en termes de démarche RSE, elle n’est cependant pas certifiable. En d’autres termes, aucune certification, encadrée par la loi et délivrée par un organisme certificateur agréé et indépendant n’existe. Des labels, délivrés par des organismes privés ou publics peuvent cependant valoriser les actions des entreprises en s’appuyant sur la norme ISO 26000. 

Une nuance entre ces deux termes qui peut d’ailleurs porter à confusion comme nous précise Mélodie Meranda : « Dès lors que vous entendez des terminologies telles que “certification RSE” ou “certification développement durable”, cela doit éveiller votre attention. On ne peut techniquement pas délivrer de certifications RSE ou de certification ISO 26000. »

Quid du label B Corp ? 

Lancé en France en 2015, B Corp est un label américain qui, comme les labels RSE, atteste des engagements d’une entreprise. Contrairement aux différents labels généralistes, excepté le label Ecovadis, le dispositif d’évaluation des entreprises reposent uniquement sur le renseignement d’un questionnaire en ligne. Aucun « audit » sur site n’est réalisé. 

Autre point de différenciation. B Corp ne s’appuie pas nécessairement sur la norme ISO 26000, mais sur son propre référentiel, l’outil B Impact Assessment (BIA). Le rapport réalisé par France Stratégie souligne d’ailleurs : « Ce label porte un niveau d’exigences sociales très faible par rapport à la France. »

Trop d’initiatives ? 

Engagé RSE, Lucie, Ecocert, PME +... il existe de nombreux labels qui ont pourtant le même objectif. Cette multitude d’initiatives ne sert pas toujours la cause comme l’a mentionné le rapport remis par la Plateforme RSE :  

On constate toutefois ces dernières années une prolifération d’initiatives de toutes sortes en matière de RSE. (...) Elles ne proposent pas le même niveau d’engagement, de garantie, voire de recours si nécessaire. Se crée ainsi un maquis nourrissant scepticisme et incompréhension et rendant difficile la recherche d’informations sérieuses par les consommateurs notamment.

C’est d’ailleurs dans une volonté d’harmonisation de ces initiatives que la Plateforme RSE a lancé une expérimentation. Le but ? Encadrer la labellisation des démarches RSE et harmoniser les labels RSE sectoriels. 

Expérimentation de labels sectoriels

Les labels sectoriels sont « des labels RSE par secteur d’activité », définit Mélodie Merenda avant de préciser : « Aujourd’hui l’ISO 26000, c'est une norme dite d’application générique (...) pour toutes les entreprises, et ce, dans n’importe quel secteur d’activité. Les syndicats et fédérations professionnels ont fait remarquer qu’il serait mieux d’avoir des approches sectorielles pour que les filières s’approprient plus facilement et plus rapidement les enjeux de RSE. »

Pour répondre à ces recommandations, la Plateforme RSE a donc lancé, dès 2018, une expérimentation pour recenser tous les labels RSE sectoriels. Agences de communication, coopératives, industrie des détergents ou encore vignerons, 18 fédérations professionnelles y ont ainsi participé. C’est d’ailleurs à l’issue de cette expérimentation que la Plateforme RSE a publié un diagnostic et des recommandations. 

 

Lisa Domergue 

Fermer

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer