Aller au contenu principal
Par Carenews PRO - Publié le 2 avril 2020 - 16:00 - Mise à jour le 27 juillet 2020 - 11:43
Recevoir les news Tous les articles de l'acteur

Conséquences de la pandémie dans l’ESS, polémique Darmanin, chèques-services pour les sans-abri… La revue de presse du 2 avril spéciale coronavirus

Cette semaine encore, la crise du Covid-19 a été au devant de l’actualité. Pour mieux comprendre ses effets sur le secteur de l’économie sociale et solidaire, sur les personnes vulnérables ou encore sur l’environnement, nous vous proposons une sélection d’articles.

Crédit photo : CasPhotography.

Elle a mis le feu aux poudres cette semaine : le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a donné une interview au Figaro annonçant notamment le lancement d’une plateforme de dons en faveur des petites entreprises. 

« Pour ceux qui le peuvent, notamment pour les entreprises dont l’activité continue ou qui sont le moins affectées, c’est une façon d’apporter leur contribution à l’effort de solidarité de la nation envers ceux qui sont dans les situations économiques les plus difficiles. »

Des déclarations vivement critiquées à gauche, qui ont relancé le débat autour de l’ISF.

Comment l’épidémie affecte-t-elle les structures de l’économie sociale et solidaire ? Dans cet entretien à La Tribune, le haut-commissaire en charge de l'ESS au ministère de la Transition écologique, Christophe Itier, détaille des conséquences « doubles ». En plus de la baisse ou de l’arrêt de leur activité, les entreprises de l’ESS « subissent aussi pour nombre d'entre elles, l'impact de la pandémie sur l'accompagnement des personnes dans les établissements médico-sociaux, dans la solidarité ». Et d’insister sur l’importance de les accompagner.

https://www.carenews.com/dossiers/coronavirus

Dans un entretien à Ouest-France, Julien Denormandie, le ministre en charge de la Ville et du Logement, a annoncé cette semaine la création d’un dispositif de « chèques-services » pour les sans-abri. « Nous avons décidé de débloquer 15 millions d’euros pour pouvoir en fournir à 60 000 personnes au moins, dans l’Hexagone et en Outre-mer, à raison de 7 € par personne et par jour », a-t-il expliqué. Permettant d’acheter des produits de première nécessité, alimentaires et d’hygiène, ils seront distribués par les associations caritatives. La moitié des bénéficiaires se trouveraient en Île-de-France.

Le 31 mars, une plateforme Internet a été lancée pour faciliter l'accompagnement des personnes en situation de handicap. Baptisée solidaires-handicaps.fr, elle doit favoriser « la mise en relation entre les personnes handicapées, leurs aidants, les professionnels et les dispositifs d'accompagnement et d'appui qui leur sont destinées », indique le secrétariat d'État chargé des personnes handicapées. Courses, médicaments, démarches administratives… La plateforme vise notamment à venir en aide aux aidant·e·s grâce à des solutions de proximité, dont les volontaires et voisins disponibles. L’Info Durable rapporte que selon la secrétaire d'Etat Sophie Cluzel, « quelque 30 000 adultes et 60 000 enfants handicapés vivent actuellement chez eux car l'établissement médico-social qu'ils fréquentaient la journée a fermé ».

En Grèce, au Mexique, au Bangladesh ou encore en Syrie, face à la progression de la pandémie, les camps de réfugiés font l’objet d’une inquiétude grandissante. « Ils sont tous surpeuplés, leurs habitants ont un système immunitaire affaibli et souffrent souvent d’autres maladies, comme la tuberculose », observe le quotidien québécois La Presse. Les conditions sanitaires empêchent d’appliquer les mesures barrières recommandées contre le COVID-19, et les ressources médicales insuffisantes laissent craindre le pire. « Dès qu’un virus entrera dans un de ces camps, il fera des ravages », alerte Joseph Belliveau, directeur général de MSF Canada. 

Baisse de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre, silence dans les villes et retour des oiseaux et d’autres animaux sauvages ou marins… Les bénéfices du confinement de près d’un tiers de l’humanité sur l’environnement ont été largement relayés. « Voir l’épidémie actuelle comme une chance pour la planète serait toutefois trop optimiste », alerte WeDemain. En cause : le probable report des réunions clés autour de la crise climatique et donc des décisions internationales sur le sujet, ou encore un potentiel rebond des émissions polluantes lorsque les activités économiques pourront pleinement reprendre. 

« Les pirates profitent de cette période d’inquiétude liée à la pandémie et à ses répercussions sur les entreprises et l’emploi pour recruter des money mules. Ces passeurs d’argent blanchiront à leur insu l’argent volé par les cybercriminels. » Alors que les appels à la générosité se multiplient et que le gouvernement multiplie les mesures d’aide aux entreprises, IT Social se penche sur un exemple de fausse offre d’emploi proposée sur Internet aux personnes en chômage partiel ou total, et donne ses conseils pour éviter de se faire arnaquer.

La rédaction 

Fermer

Inscription à la newsletter

Cliquez pour vous inscrire à nos Newsletters

La quotidienne
L'hebdo entreprise, fondation, partenaire
L'hebdo association
L'hebdo grand public

Fermer